Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > Emploi- situation locale > Emploi, situation locale 2006-20071353 embauchés, 1401 débauchés

Emploi, situation locale 2006-2007
1353 embauchés, 1401 débauchés


 Une illustration de la précarité

(écrit le 27 septembre 2006)

Une-Eliby-Precarite
Dessin de Eliby 06 23 789 305

« Jeunes, emploi et territoires » : sous ce titre a été publié, en mai 2006, un rapport rédigé par la Direction départementale du Travail, l’INSEE, le Rectorat et l’ANPE, il concerne les 16 zones d’emploi de la région Pays de Loire. Il ne prend en compte que les salariés relevant de l’ASSEDIC, donc pas ceux du secteur agricole qui relèvent de la MSA  , ni ceux du secteur public.

Nous ne reprendrons pas les « données de cadrage » : elles s’appuient sur le recensement de 1999 qui est largement dépassé. Il est plus intéressant d’examiner les derniers chiffres de l’ASSEDIC.

Zone d’emploi de Châteaubriant

Salariés dans le secteur privé non agricole :

      • 2003 : 14 611
      • 2004 : 14 555

Il y a donc eu une baisse en 2004 (- 0,4 % sur la zone de Châteaubriant alors que la hausse était de 1,2 % en Loire-Atlantique).

Les principales baisses :

Habillement :		-  51 personnes
Industrie textile	-  94 personnes
Métallurgie		- 189 personnes
Intérim			- 157 personnes

Ces disparitions correspondent aux déclarations faites par les employeurs. Il ne s’agit pas souvent de licenciements collectifs

En revanche il y a eu des hausses :

Equipement du foyer	+   69 personnes
Construction		+   69 personnes
Chimie, plastique	+   47 personnes
Conseils, assistance	+   34 personnes
Hôtels-restaurants	+   24 personnes
Santé, action sociale	+   92 personnes

Cinq salariés par ci, huit salariés par là ... au bout du compte il y a eu une petite baisse de 56 personnes (14 555 au lieu de 14 611)

En 2004, les emplois (non agricoles) se répartissent ainsi :

Industrie		4977 emplois	34,2 %
Services		5040		34,6 %
Construction		1803		12,4 %
Commerce		2732		18,8 %
Divers			   3	
              total    14 555

 Ca tourne !

Les enquêtes ont analysé les mouvements de main d’œuvre, au cours de l’année 2005, dans les établissements de 50 salariés et plus. Cela porte sur 4229 salariés soit environ 29 % de l’effectif total (29 % de 14 555). On peut constater une grande mobilité dans certains secteurs. Par exemple :

Santé et action sociale :
– Effectif de début : 206 personnes

    • Entrées : 222 personnes
    • Sorties  : 227 personnes

Cela fait un taux de rotation de 109 % (1)

En revanche dans les industries agro-alimentaires, le taux de rotation est moindre :
– Effectif de début : 1084 personnes

    • Entrées : 286 personnes
    • Sorties  : 299 personnes

Cela fait un taux de rotation de 27 % (2)

Globalement, en 2005, dans les entreprises de plus de 50 salariés :

      • Effectif de début : 4229 personnes
          • Entrées : 1353 personnes
          • Sorties : 1401 personnes

Cela fait un taux de rotation de 32,6 %

Cela donne une idée de l’ampleur de la précarité. Et le document ne fournit pas d’information sur les entreprises de moins de 50 salariés.

On peut s’étonner de ce « brassage » de salariés ! Qu’on ne vienne pas nous dire qu’il y a eu 1401 salariés non valables en 2005 !

 La formation des jeunes

En juin 2004, 25 jeunes (sur 241) sont sortis des établissements scolaires avec un niveau de formation très bas. Les statistiques sur un nombre aussi faible n’ont pas beaucoup de sens

Mais le même phénomène se reproduit en juin 2005 : 20 jeunes (sur 211) sont sortis des établissements scolaires avec un niveau de formation très bas.

Alors cela devient inquiétant de constater que 10 % des jeunes ont si peu de formation .... ce qui est le double de la moyenne de Loire-Atlantique. Ce bas niveau concerne essentiellement les garçons. Il y aurait là une réflexion à mener.

 L’emploi des jeunes : 97 % de CDD

Les jeunes (moins de 26 ans) sont très concernés par les mouvements de main d’œuvre dans les entreprises de plus de 50 salariés :

    • 821 entrées en 2005 dont 758 CDD
    • 763 sorties en 2005 dont 688 CDD

Les secteurs qui ont embauché le plus sont :
Commerce de détail, réparations
Industrie agro-alimentaires
Santé-action sociale

    • avec 631 embauches (à 97 % en CDD)
    • Et 618 débauches

On peut remarquer la précarité systématique ! 97 % des embauches se sont faites en CDD. On peut remarquer aussi l’instabilité créée chez les jeunes : 631 embauchés, 618 débauchés. Cette instabilité organisée, qui est peut-être bénéfique pour les entreprises (pas sûr !) ne peut que créer le désespoir ... et la violence, surtout lorsqu’on sait qu’il y a toujours un temps d’attente entre l’emploi qu’on quitte et celui qu’on retrouve.

Rappel : tous ces chiffres ne concernent pas les petites entreprises artisanales ou commerciales. Dommage !

Tant que les jeunes, et moins jeunes, ne connaîtront que les boulots précaires, les salaires non assurés, les difficultés à se loger, il ne faut pas espérer une pacification de la vie en société.


Voir les chiffres fantaisistes de la CCC

Voir des chiffrres analogues


NOTES:

Note : calcul du taux de rotation :

(1)	(222 + 227) : 2 = 224,5
        224,5 : 206 = 109 %

(2) (286 + 299) : 2 = 292,5
292,5 : 1084 = 27 %