Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Conseil de Développement (ex CBE) > Conférence « Déchets et citoyenneté »

Conférence « Déchets et citoyenneté »

Ecrit le 8 juin 2011

 Déchets et citoyenneté

« La première révolution a conduit à améliorer le traitement des déchets et à supprimer les décharges sauvages. La deuxième révolution a mené au tri sélectif et au recyclage. Nous en sommes à la troisième révolution : il s’agit maintenant de réduire les déchets à la production » : c’est ce qu’a déclaré Gaël Virlouvet lors de la Conférence « Déchets et citoyenneté » organisée par le Conseil de Développement.

Il s’agit en effet de réfléchir à nos modes de consommation car, désormais, l’énergie se raréfie, les métaux et les ressources naturelles aussi. Bien sûr on a développé le compostage, la suppression des sacs en plastique dans les magasins, le tri sélectif …. Mais il y a encore du boulot à faire. Tenez, par exemple : une association a un beau photocopieur, d’une marque connue, qui, en échange d’un contrat d’entretien, lui fournit l’encre ou la poudre nécessaire. Elle a besoin d’un appareil plus puissant. Peut-elle revendre (ou donner) le premier ? Non, car l’entreprise refuse de faire un contrat d’entretien ! Ce n’est qu’un exemple ! On sait bien par exemple que cela coûte moins cher de changer un appareil téléphonique que de faire réparer ! Le système actuel génère donc des monceaux de déchets dont on ne sait que faire, alors qu’il serait sans doute possible, comme autrefois, de faire travailler les gens du coin pour effectuer les réparations.

Selon Gaël Virlouvet, membre du Conseil Économique et Social Environnemental et membre du groupe « Environnement et Nature », il s’agit maintenant de repenser la production et la consommation, « pour faire mieux, moins et autrement ».

La production ? Cela peut se faire dans la conception d’un produit, dans la fabrication et la distribution.

La consommation ? Il s’agit d’acquérir, utiliser, jeter en économisant les ressources.

Quelques exemples : pour produire une brosse à dents, il faut 1,5 kg de matériaux divers (plastique, machines, emballage, transports, etc)
– Pour un téléphone mobile, il faut 75 kg (c’est lourd dans la main !). -Pour un ordinateur, il faut 1500 kg surtout quand il est fabriqué loin, et avec des « métaux rares ».

Et, bien sûr, tout cela a un coût ! Il faudra donc accélérer les échanges de savoir-faire, développer la pratique du don, des bourses d’échange, des ressourceries. « Et cela favorisera l’emploi local et les liens sociaux » dit G.Virlouvet. On n’en est donc plus au stade « réduire les déchets » mais à la nécessité de « modifier nos comportements pour moins produire et mieux vivre ».

La ville de Rennes a mis en place des composteurs pour 8000 habitants logeant en habitat collectif. La Com’Com’   de Derval a lancé la redevance incitative et a un projet d’écocyclerie. Nozay suit le même chemin et a, en plus, un programme local de prévention des déchets. Ce sont de bons débuts.

 Quelques références

Source : http://www.iteco.be

  • Coût de l’eau en bouteille : 230 fois plus que l’eau du robinet.
  • Consommation d’eau par personne et par jour : Etats-Unis : 600 litres ; Union européenne : 300 litres ; Pays en voie de développement : 15 litres.
  • 20% de l’humanité (1,3 milliards de personnes) n’a pas accès à l’eau potable.
  • 40% de l’humanité (2.6 milliards) n’a pas accès à des installations sanitaires de base.
  • Utilisation de l’eau pour la production de nourriture : pour un hamburger de 150 g. il faut 2400 litres d’eau.
  • Un quart de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée.
  • La moitié du pain produit dans une ville comme Vienne, par exemple, est jetée tous les jours.
  • 12.5% de l’humanité (800 millions de personnes) ne mangent pas à leur faim.
  • La production d’aluminium émet des vapeurs toxiques pour la végétation et l’eau.
  • Trois litres d’eau pour fabriquer un litre de coca-cola.
  • 1,2 milliards de canettes ou bouteilles par jour, soit 12.500 par seconde !
  • Deux milliards de dollars de dépenses publicitaires par an. Guerre du marketing : matraquage publicitaire avec comme cible chacun d’entre nous….

Ecrit e 15 juin 2011

 Qu’est-ce que le Conseil de développement

Le Conseil de Développement est un « acteur du développement » représentant, par ses membres désignés et mandatés au sein de leurs collèges respectifs, « l’esprit ouvert et participatif des forces vives de la société civile » et particulièrement des secteurs associatifs et professionnels.

« Nous avons la volonté de participer au débat démocratique avec celles et ceux qui s’engagent à apporter leur contribution au développement harmonieux de nos 33 communes. Le Conseil de Développement demeure la structure officielle, confirmée par la loi, l’outil de mutualisation et de mise en réseau, qui peut fédérer en de nombreux domaines pour l’animation et l’identité du « Pays de Châteaubriant   ». Il est un partenaire actif et reconnu du Syndicat Mixte « Le pays de Châteaubriant   » et du Conseil Général de Loire-Atlantique, qui lui procurent les financements correspondant à ses fonctions » explique le Président Jean Luc Colin.

C’est dans cet esprit que le Conseil de Développement a organisé sept conférences thématiques dont on peut trouver le compte-rendu sur son site :
http://www.paysdechateaubriant.com

Deux groupes de travail s’activent actuellement au Conseil de Développement : « Déplacement, mobilité, transports » et « Habitat » (participation au comité de pilotage du futur plan local de l’habitat). Un bilan de la charte de territoire élaborée en 2000 est en cours.

La prochaine assemblée générale aura lieu le 23 juin à 19h à l’espace Campagn’Arts de St Vincent des Landes. Les personnes qui le souhaitent peuvent intégrer l’un de ses collèges. Il suffit de téléphoner au 02 40 55 58 00 avant le 15 juin.