Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Histoire autour de Châteaubriant > Commémorations : une cérémonie politico-religieuse

Commémorations : une cérémonie politico-religieuse

Ecrit le 22 juin 2011

 Une cérémonie ... politico-religieuse

Un bon curé ne peut refuser de « dire » la
messe pour un défunt. C’est évident. Mais
s’il apprend qu’il y a, dans cette de-
mande, un prétexte à réunion politique ?
Les morts ont parfois « bons dos » ! Le
mélange de la politique et de la religion est
rarement heureux .

C’est ce qui vient d’arriver le 10 juin 2011
dans un joli village des Vosges : Darney. Il
se trouve qu’un certain Colonel Argoud, l’un
des quatre leaders de l’OAS (Organisation
d’Armée Secrète, pour l’Algérie Française )
est né et enterré à Darney après une
carrière militaire d’autant plus tapageuse
que le dit Colonel prônait la légitimité de la
violence et de la torture comme armes de
guerre . Cinquante ans après, ses amis l’en
félicitent encore. Et s’apprêtaient à prendre
le chemin de Darney le 10 juin 2011, pour
lui rendre hommage. Avec la complicité
d’Internet, on le devine.

 Vive la torture

Tout Darney fut en émoi. Et bien
d’autres. Si bien que le Préfet intervint pour
que l’ordre public soit respecté : toute ma-
nifestation dans la commune fut inter-dite.
Le maire ferma le cimetière. Et l’Evêque in-
terdit tout « culte » dans l’Eglise. Les nostal-
giques de l’OAS ne purent déployer leurs
drapeaux. Ni déposer une plaque à la
gloire du ci-devant Colonel-tortionnaire.

Un potin de village ? Pas seulement, car
on sait qu’un certain nombre de mani-festations du même genre ont lieu, actuellement, en diverses régions de France.
Mieux vaut le savoir . Et y réfléchir.

Ceci pose, d’ailleurs, le problème des Commémorations Officielles avec messe inévitable dont se passeraient bien tous ceux
qui ne peuvent se démarquer de ces cérémonies patriotico et politico-religieuses. Le
curé, lui, est toujours embarrassé : où est
Jésus-Christ en tout cela ? Le culte des
morts est un tabou, donc intouchable ...

Le Général Jacques de Bollardière, né à
Châteaubriant, avait des idées sur la question. Officier le plus décoré de l’armée
française, il renvoya à son ministre ses
étoiles et ses rubans, pour clamer : NON à
la torture. Il écopa de six mois de forteresse. Mais fut honoré d’une impasse à
Châteaubriant, du côté de Carfort. Mais il
fut entendu : sa veuve, Simone, est devenue Présidente d’4/ACG : les quatre fondateurs de l’Association Contre la Guerre des
Anciens appelés d’Algérie.

Une curieuse association, il faut le dire :
ses membres refusent de garder pour eux
leur pension d’Anciens Combattants : ils la
consacrent à une action humanitaire en Algérie-même. Une Association constituée
d’anciens soldats des deux côtés de la Méditerranée. Un lien fraternel s’est développé entre les deux continents. Jacques de
Bollardière n’a pas perdu son temps ...

Emile Letertre


NOTES:

4/ACG :Association Contre la Guerre des Anciens appelés d’Algérie.