Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > Emploi- situation locale > Jeunes, emploi et territoires, septembre 2007

Jeunes, emploi et territoires, septembre 2007

Ecrit le 12 décembre 2007

  Jeunes, emploi et territoires

Voici des chiffres glanés ici ou là, concernant la région de Châteaubriant.

Le nombre d’emplois salariés (relevant de l’Assedic) sur la commune de Châteaubriant au 31 décembre : (source : http://unistatis.orsid.com/index.php)

JPEG - 49.7 ko
Emploi-3

Constats entre 2001 et 2006 :
– Le nombre d’entreprises a un peu augmenté (+ 8)
– Le nombre d’emplois hommes a baissé depuis 2001
– Le nombre d’emplois femmes recommence à augmenter (= hausse de la précarité ?) depuis2004
– Le nombre total d’emplois a remonté en 2006 mais reste inférieur à celui des années 2001-2002-2003

Evolution de l’emploi salarié du secteur privé 2004-2005
Source DRTEFP - Ministère du travail - septembre 2007

« Jeunes, emploi et territoires » : sous ce titre a été publié, en septembre 2007, un rapport rédigé par la Direction départementale du Travail, l’INSEE, le Rectorat et l’ANPE, qui complète les rapports analogues publiés en septembre 2005 et mai 2006. il concerne les 16 zones d’emploi de la région Pays de Loire. Il ne prend en compte que les salariés relevant de l’ASSEDIC, donc pas ceux du secteur agricole qui relèvent de la MSA  , ni ceux du secteur public.

Zone d’emploi de Châteaubriant,
Salariés dans le secteur privé non agricole :

– 2003 : 14 611
– 2004 : 14 555
– 2005 : 14 568

Il y a donc eu une augmentation microscopique en 2005 : + 13 salariés, entre 2004 et 2005 (+ 0,008 % alors que la hausse était de 2 % en Loire-Atlantique).

Les principales baisses :

– Industries agroalimentaires - 68 personnes
– Transports - 35 personnes
– Hôtels-restaurants - 50 personnes
– Santé-action sociale - 31 personnes

En revanche il y a eu des hausses :

– Construction + 63 personnes
– Commerce de gros + 33 personnes
– Activités immobilière + 29 personnes
– Services opérationnels + 64 personnes (intérim)

On voit ainsi qu’il y a eu peu de modifications. Surtout peu visibles puisque 60 % des établissements de la zone d’emploi de Châteaubriant ont moins de 50 salariés.

  Ça tourne : 1313 embauchés, 1313 débauchés

Les enquêtes ont analysé les mouvements de main d’œuvre, au cours de l’année 2006, dans des établissements de 50 salariés et plus. Cela porte sur 3813 salariés. Ces établissements ont :
– embauché : 1313 personnes,
– débauché : 1313 personnes... Remarquable stabilité !

Cela donne une idée de l’ampleur de la précarité. Et le document ne fournit pas d’information sur les entreprises de moins de 50 salariés. On peut s’étonner de ce « brassage » de salariés ! Qu’on ne vienne pas nous dire qu’il y a eu 1313 salariés non valables en 2006 et qu’il a fallu les renvoyer ! On peut constater une grande mobilité dans certains secteurs. Par exemple :

Santé et action sociale :
– Effectif de début : 239 personnes
– Entrées : 238 personnes
– Sorties : 238 personnes. Taux de rotation 100 %

En revanche dans les industries agro-alimentaires, le taux de rotation est moindre :
– Effectif de début : 1023 personnes
– Entrées : 275 personnes
– Sorties : 265 personnes. Taux de rotation de 26 %

Sur l’ensemble des entreprises de plus de 50 salariés on note :
– 1313 embauches dont 738 jeunes dont 93 % en CDD
– 1313 débauches dont 674 jeunes dont 91 % en CDD
Il semble donc que la jeunesse aide à rester dans l’entreprise, mais la proportion de « CDD » n’incite pas à sauter de joie.
Où sont partis les jeunes ?

Le document de la DRTEFP relève qu’il y avait,
– Au 31 décembre 2005 1038 jeunes inscrits à l’ANPE
– Au 31 décembre 2006 884 jeunes inscrits à l’ANPE

et que ces jeunes ont un faible niveau de formation. Evidemment ! Puisque ceux qui ont un niveau supérieur ont souvent trouvé du travail … hors du bassin d’emploi.

 L’emploi des jeunes dans les entreprises de plus de 50 salariés

Les chiffres de la DRTEFP sont inquiétants à un autre titre :

– 2004 : 978 jeunes embauchés et 902 débauchés
– 2005 : 821 jeunes embauchés et 763 débauchés
– 2006 : 738 jeunes embauchés et 674 débauchés

On peut remarquer qu’il y a moins de jeunes inscrits à l’ANPE (réjouissons-nous !) et en même temps moins de jeunes embauchés…. 240 jeunes de moins en 2 ans. Cela renforce malheureusement notre inquiétude et laisse à penser que le chômage baisse mécaniquement, parce que les jeunes sont partis .

  Et les revenus ?

L’INSEE Pays de Loire a publié une note (1) en octobre 2007 sur les revenus fiscaux en Pays de Loire, c’est-à-dire sur les revenus déclarés aux impôts (salaires, retraites, pensions, revenus des professions non salariées). On y découvre que la « médiane » (2) pour la région de Châteaubriant est de 13 941 € par an et par unité de consommation (3).

Elle se situe ainsi loin derrière Nantes (17 131 €), et même derrière la moitié de la France de Province (15 864 €). Seizième sur 16 dans les Pays de Loire et 318e sur 348 zones d’emploi en France.


NOTES:

P.-S.

(1) Source : _ http://www.insee.fr/fr/insee_region...

(2) Médiane : la moitié des Ménages a moins de 13 941 €/an

(3) Le revenu fiscal par unité de consommation (UC) est le revenu du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation qui le compose. Par convention, le nombre d’unités de consommation d’un « ménage fiscal » est évalué de la manière suivante :
– ·Le premier adulte du ménage compte pour 1,
– Chacune des personnes de 14 ans ou plus compte pour 0,5,
– ·Les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3.

Par exemple : un couple avec trois enfants de moins de 14 ans compte pour 2,4 (1 + 0,5 + 3 x 0,3)