Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Emploi, zone de Châteaubriant > 2008 > BMO - Besoins de main d’oeuvre 2008

BMO - Besoins de main d’oeuvre 2008

Ecrit le 30 avril 2008

 Le BMO de l’ASSEDIC

Le BMO 2008 (1) est sorti. Vous savez, c’est l’indicateur de l’Assedic qui parle des Besoins de Main d’Œuvre. On peut connaître ce qui concerne le bassin d’emploi de Châteaubriant et constater que le besoin de main d’œuvre augmente.

BMO 2005		  801 emplois
BMO 2006		  647 emplois
BMO 2007		  928 emplois>
BMO 2008 …………	1032 emplois

Après le creux de 2006, c’est une bonne nouvelle.

Mais « besoin de main d’œuvre » ne signifie pas « emploi ». « Besoin de main d’œuvre » : c’est juste un souhait, pour un jour, « si les conditions (etc), si le volume des affaires (etc), si … si … si tout va bien j’embaucherai peut-être ». Il est donc intéressant de comparer les besoins de main d’œuvre et les offres d’emploi. Comparaison faite le 21 avril 2008.

Selon le BMO 2008, pour le bassin d’emploi de Châteaubriant, il y aurait les besoins suivants : (source : http://unistatis.orsid.com/bmo/index.php)

109  conducteurs routiers
101  ouvriers qualifiés mécanique
  42  aide-soignants
  41  ouvriers qualifiés de l’industrie
  35  maçons qualifiés
  34  ouvriers agro-alimentaires
  29 chaudronniers, etc 

On y découvre que, dans la région de Châteaubriant, il y a des difficultés à recruter des conducteurs-routiers, des maçons, des chaudronniers, des aide-soignants … Pour ces derniers, cependant, 42 % sont des emplois saisonniers.

Tout ça c’est bien joli, allons donc voir les offres à l’ANPE.

 109 ? Non 5

L’Assedic dit : un besoin de 109 conducteurs routiers. Mais, à l’ANPE on n’en trouve que 5 : deux à Châteaubriant, 1 à Nort sur Erdre, Blain et Moisdon. Soit 2 CDI et 3 CDD.

 101 ? Non 6

Même chose du côté des ouvriers qualifiés de la mécanique. L’ASSEDIC dit : 101 postes proposés. Mais l’ANPE n’en propose que 6 : deux tuyauteurs à Derval, un fraiseur et un tourneur à Soudan, un bardeur à Saffré et un à Fercé. En tout : 4 CDI et 2 CDD, l’un de 15 jours, l’autre de 2 mois. Un seul salaire intéressant : 1900 euros à Saffré.

 29 chaudronniers

L’évaluation BMO est plus exacte en ce qui concerne les chaudronniers-tôliers. L’ASSEDIC annonce 29 emplois. L’ANPE en recense 14 à Châteaubriant, Soudan, Erbray, Nort sur Erdre, Blain, Villepôt. Les salaires vont de 8.44 € à 10 € maximum avec tout de même deux propositions à 10,5 € et 11 € de l’heure.

 Aide-soignantes 42 = 6

L’enquête BMO annonce 42 aide-soignantes demandées pour le bassin d’emploi de Châteaubriant . Où ? Où ?

Selon l’ANPE il est proposé deux CDI à Sion-les-Mines à temps partiel (19,5 heures) un CDD de 5 mois à Rougé, deux CDD d’un mois à Joué sur Erdre et Blain et un CDD de 8 jours à Rougé. Cela ne fait pas beaucoup de propositions. A noter que les salaires sont plus intéressants que dans l’industrie : environ 12 € de l’heure.

 Pourquoi

Pourquoi ces distorsions entre les « projets de recrutement » et les offres d’emploi ? Il suffit d’examiner le rapport détaillé :
http://info.assedic.fr/unistatis/travail/documents/BMO2008_PaysdelaLoire.pdf

Aux pages 53 et 55, on voit que 1259 entreprises ont été enquêtées dans la région de Châteaubriant et que 319 ont répondu. Et il y aurait 1032 projets d’embauche sur ces 319 entreprises. Ah oui, la vie est belle ! Mais du projet à la réalité ….


 Sanctionnons les chômeurs

Nous avons déjà raconté comment une jeune fille ayant un « Master 2 » en alimentation des pays sous-développés et inscrite à l’ANPE dans la case « santé ». s’est vue proposer le poste de ... médecin gérontologue ... une matinée par semaine à la Maison de Retraite de Moisdon la Rivière. Elle a refusé ! (heureusement !) .

Autre cas : voilà une jeune femme, au chômage pour dépression nerveuse, à qui l’on propose un emploi intermittent de … croque-mort ! Ya rien de tel pour vous remonter le moral !

Et une autre, diplômée, à qui l’on suggère d’aller voir à l’ACPM   s’il n’y a pas des heures de ménage ! Il faut savoir que l’ACPM   a en fichier 80 personnes susceptibles de faire du ménage, et qu’elle n’a pu proposer que 4354 h en tout en 2007.

Alors, sans blague, de qui se moque-t-on ? Et on parle de sanctionner les chômeurs qui refuseront deux offres d’emploi .. !

 14 emplois dans le commerce

Depuis quelques temps La Mée collectionne les offres d’emploi de « Cliente-mystère » (appelées aussi : agent d’enquêtes) . Total : 14 offres actualisées régulièrement. Durée du travail : une heure. Salaire proposé : de 10 euros pour Châteaubriant, 13 € pour Nort sur Erdre, 20 € pour St Herblain.

Voir les copies de ces offres ici : http://www.journal-la-mee.fr/spip.php?article13223

On peut se poser des questions quand on sait que des personnes ont répondu à ces offres et n’ont pas été recontactées. La société d’intérim utilise-t-elle donc le procédé des offres-bidon, pour se faire connaître à bon compte ? En tout cas cela fait, sur Châteaubriant, un certain nombre d’offres non satisfaites !


Ecrit le 30 avril 2008

 Courage, les filles !

Les entreprises de métallurgie de Châteaubriant sont prêtes à embaucher des femmes mais certaines Castelbriantaises sont réticentes car elle ont d’autres rêves. Ces femmes préfèreraient travailler comme hôtesse de l’air, infirmière, enseignante, chercheuse ou dans le spectacle, la publicité…

J’ai peut être une solution pour convaincre les petites filles du pays : arrêtons de leur offrir des jouets idiots comme des poupées ou des dînettes, des jouets dangereux comme des livres mais offrons leur des perceuses, des postes à souder, des jolies tenues de travail, des chaussures de sécurité et cela dès leur plus jeune âge afin de leur donner le goût du travail des métaux le plus tôt possible. C’est seulement à ce prix là que nous pourrons garder au pays nos jeunes filles sinon elles partiront vers des régions plus accueillantes professionnellement.

Je plaisante bien sûr car il est tout à fait logique qu’une femme puisse travailler dans n’importe quel secteur mais mon esprit tordu m’amène à poser ces quelques questions : ne serait-ce pas parce que les hommes refusent aujourd’hui certains métiers pénibles qu’on les propose aux femmes ? Est-ce un moyen pour offrir des salaires moins élevés ? Les femmes qui travaillent dans ce secteur, le font-elles par nécessité ou par choix ?

 

Florent Chauveau

 

BMO 2007 : http://obsdurecrutement.free.fr/mm/BMO2007_PaysdelaLoire.pdf

BMO 2008 : http://info.assedic.fr/unistatis/travail/documents/BMO2008_PaysdelaLoire.pdf