Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Proche orient, Israël, Palestine > Bienvenue en Palestine

Bienvenue en Palestine

Ecrit le 13 juillet 2011

Mission pacifique et refoulement

La bande de Gaza est un étroit territoire de 360 km2, environ 41 km de long sur une largeur variant de 6 à 12 km. [Ce qui fait environ 10 fois la superficie de Châteaubriant]. Sur ce territoire vivent 1 600 000 Palestiniens [soit 123 fois la population de Châteaubriant !].

Depuis juin 2007, à cause de la victoire du Hamas aux élections, le territoire est sous blocus israélien. D’après Eva Joly, sur les 6000 produits considérés comme d’impor-tance vitale par l’ONU, Israël ne tolère l’entrée dans la bande de Gaza que de 81 d’entre eux. Israël n’a jamais établi de liste exhaustive des produits autorisés, c’est la Matpash, une autorité militaire israélienne en charge des questions économiques et sécuritaires, qui les sélectionne hebdoma-dairement. Seuls trente à quarante pro-duits de première nécessité sont men-tionnés dans un liste « officielle » .

Une « flottille de la Liberté » a tenté de briser symboliquement le blocus de Gaza, une première fois en mai 2010, mais elle fut arrêtée par une attaque israélienne faisant 9 morts et 28 blessés. Une deuxième flottille devait partir début juillet 2011 mais elle a été arrêtée à la fois par le gouvernement turc et par le gouvernement grec.

Palestine

Parallèlement, mais sans rapport avec la flottille de la Liberté, 15 associations palestiniennes ont lancé l’opération « Bienvenue en Palestine ». Mais Israël a bloqué le 8 juillet la venue de centaines de militants français qui voulaient débarquer à l’aéroport international de Tel Aviv pour se rendre à cette invitation, en dissuadant des compagnies aériennes de les embarquer au départ.

Mais si cette intervention a pu éviter d’éventuels incidents à l’arrivée à l’aéroport Ben Gourion, elle n’a pas étouffé pour autant la protestation qui s’est transférée dans des aéroports de départ en Europe, en particulier à Paris.

Une grande partie des militants ayant pu parvenir à Tel Aviv ont été transférés dans des prisons israéliennes en attente de leur expulsion prévue le samedi 9 juillet mais retardée car le jour de shabbat il n’y a pas beaucoup de vols

« Le but de cette mission pacifique n’a jamais été de manifester en Israël ou de semer le désordre à l’aéroport Ben-Gourion. Nous devions seulement atterrir à l’aéroport de Tel-Aviv et prendre tout de suite des cars pour rejoindre Bethléem, en Cisjordanie, où nous attendaient de nombreuses familles qui veulent nous montrer leurs conditions de vie difficiles », explique au Monde.fr, en colère, Olivia Zemor, coordinatrice du groupe français de la mission. Israël contrôle tous les accès des territoires palestiniens, à l’exception de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte.

« On ne s’attendait vraiment pas à ce que des compagnies européennes cèdent à la pression du gouvernement israélien, qui n’a aucun droit de nous empêcher d’accéder aux territoires palestiniens. En somme, l’aéroport de Roissy est sous occupation israélienne » s’indigne-t-elle. Voir autre article

« C’est incroyable de voir les lignes aériennes de nos pays jouer le jeu d’Israël. Notre vol devait faire Paris-Rome puis Rome–Tel-Aviv. Et même ce premier vol, à l’intérieur de l’espace Schengen, on nous empêche de le prendre ! C’est une entrave à notre liberté de circulation ! » dit encore un militant

Un groupe d’une dizaine de personnes de la région de Châteaubriant, parti avec un « groupe culturel nantais » a pu, lui, passer sans difficultés le jeudi 7 juillet. Nous ferons un compte-rendu à son retour.