Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances de septembre 2011 (1)

Mée-disances de septembre 2011 (1)

Ecrit le 7 septembre 2011

 Fredo le farceur

De l’Humanité du 30/08/2011 : « Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État chargé du commerce, montre une nouvelle fois sa grande compréhension des problèmes économiques et sociaux. C’était à Châlons-en-Champagne, lors de l’inauguration de la foire de la ville. Il y déclara : « Pourquoi est-ce que c’est si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Il faut dire la réalité. Parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que beaucoup d’autres pays. Parce qu’on a beaucoup de Françaises et de Français qui rentrent sur le marché du travail. Alors que l’Allemagne, par exemple, a un taux de natalité qui s’est effondré » ».

Une sortie rappelant cette autre fois où Frédéric Lefèbvre tentait d’expliquer la baisse de popularité de Nicolas Sarkozy, par la perte de dizaines de milliers d’adhérents de l’UMP dus à ... des décès.

A propos, c’est le même Frédéric Lefèbvre qui va venir inaugurer la Foire de Béré. Nous serons tout ouïe !

 La règle d’or ... dur

De Boursier.com du 30/08 : C’est confirmé, une majorité écrasante des Français pense que l’adoption d’une « règle d’or » sur le déficit est une bonne idée. 78% approuvent le projet gouvernemental d’inscription de cette règle dans la Constitution (74% pour les sympathisants de gauche et 82% pour ceux de droite).

Mais les sondés jugent aussi qu’une telle mesure ne serait pas suivie d’effet !... Ainsi, 86% déclarent qu’en « dépit de l’inscription de cette règle d’or dans la Constitution, le budget de l’Etat continuera d’être en déficit dans les prochaines années ». Un sentiment partagé à gauche (89%) comme à droite (81%)...

Les Français redoutent par ailleurs une manipulation politique de la part des dirigeants, puisque d’après l’Ifop, 68% estiment que le débat actuel correspond avant tout à une « opération de communication et à une manœuvre politique ».

 Anecdotique

Dans lemonde.fr du 25/08 l’économiste Thomas Piketty juge la taxation de 3% sur les hauts revenus, annoncée par le gouvernement : « c’est une mesure totalement absurde. Quelques mois après avoir perdu 2 milliards d’euros d’argent public au bénéfice des contribuables de l’impôt sur la fortune, pourquoi inventer une contribution de 3 % pour récupérer 200 millions d’euros, soit dix fois moins que l’argent qu’on vient de dilapider ? » (...) « la CSG, avec un taux de 8 %, rapporte deux fois plus que tout l’impôt sur le revenu avec des taux qui montent jusqu’à 40 %. Voilà ce sur quoi devrait se pencher ce gouvernement qui parle sans cesse de moderniser la France »

Mais le gouvernement est sourd ...

 Déficit en hausse

Selon le Figaro du 30/08, le ministère des finances a revu en hausse de 3,4 milliards d’euros le déficit de l’État pour cette année. Il s’établira à 95,7 milliards d’euros fin 2011. Cette dégradation s’explique en grande partie par une baisse des prévisions de recettes d’impôt sur les sociétés par rapport à ce qui était prévu (3 milliards de moins). En cause : la dégradation de la conjoncture depuis le printemps. De son côté, la charge de la dette augmente de 1,4 milliard de plus, en raison du regain d’inflation observé en début d’année.

Il existe pourtant une « règle d’or » gravée dans le marbre du Traité Eropéen d’Amsterdam de 1997 selon laquelle les Etats Membres n’ont pas le droit d’avoir des déficits dépassant les 3 % du PIB (produit intérieur brut). Bah ! La France est à 5,7 % du PIB. Comme quoi les règles d’or peuvent être en plaqué !

 Bug pédagogique

Le Républicain Lorrain du 31/08 : « Les radars pédagogiques disponibles lors de leur installation ne sont pas adaptés : ils ne distinguent pas les voies de circulation sur l’autoroute et sont incapables de mesurer la vitesse lors de forts trafics, lorsqu’il y a plusieurs voitures dans la même zone » reconnaît la préfecture de la Moselle qui les a fait démonter et cherche à en acheter d’autres, mieux adaptés.

Monter, démonter, remonter, redé-monter ... ça fait marcher le commerce et creuse les déficits publics. Bof, un peu plus ... un peu moins ...

 Chère liberté

De Handicapzéro du 29/08 : D’habitude si prompte à communiquer, la SNCF est cette fois-ci restée bien discrète. Et pour cause. Un décret publié le dimanche 31 juillet et découvert par le magazine Challenges accroît la liberté tarifaire de la SNCF : celle-ci pourra mieux adapter le prix des billets en fonction de la demande et du taux de remplissage des trains. Cela devrait inévitablement se traduire par une augmentation rapide du prix de certains trajets. Pour compenser, la SNCF assure qu’elle s’engage à vendre 50 % de ses billets à un prix inférieur ou égal à celui des périodes normales plein tarif. Mais encore faudra-t-il pouvoir facilement trouver les trains concernés. Déjà complexe, la grille tarifaire pourrait l’être davantage... En outre, il faudra se livrer à de savants (et impossibles ?) calculs pour vérifier que les modifications tarifaires induites par le décret ne cachent pas, au global, une augmentation déguisée du prix du train.

Mais ce qui est bon pour la SNCF l’est aussi pour l’Etat. Plus la première réalise de bénéfices, plus les prélèvements du second sont importants.
Chaque fois qu’on nous a parlé de liberté des prix, ce fut dans le sens de la hausse.

 EPR ... sûr, sûr ?

Le monde.fr du 31/08 : Photos à l’appui, l’ASN (autorité de sûreté nucléaire) relève « des piliers de béton percés comme du gruyère ou grêlés de nombreux ’nids de cailloux’ (zones remplies de pierres et presque dépourvues de ciment) ». Selon le Canard Enchaïné, des « erreurs de ferraillage » et « l’absence de nettoyage des fonds de coffrage, encombrés d’un amas de ligatures et autres objets non identifiés » ont également été repérés. « Tous ces défauts ont été découverts dans les parois des piscines destinées à recevoir le combustible nucléaire irradié ». L’ASN se demande en outre si des malfaçons n’existent pas dans d’autres parties du réacteur.
Ces problèmes de construction ne sont pas nouveaux : en 2008 déjà, les inspecteurs avaient découvert des « fissures dans le ’radier’ », rappelle le Canard. La semaine dernière, l’ASN avait indiqué avoir constaté des « écarts » et des « faiblesses » lors d’une inspection du site de construction du réacteur EPR et demandé à EDF de « faire des efforts importants pour démontrer la qualité de la construction ».

Si les réparations s’avéraient insuffisantes ou impossibles à réaliser, l’ASN pourrait aller jusqu’à la destruction et la reconstruction d’une partie des bâtiments. Ce qui ferait encore monter la facture de l’EPR estimée pour l’instant à 6 milliards.

 Maison de l’emploi : hackée

Le site internet de la Maison de l’Emploi de Châteaubriant a été « hacké » (=piraté) fin juillet puis à nouveau début août. Le technicien étant en vacances, le site a été fermé.

Selon l’agence Reuters les sites internet de neuf préfectures françaises ont été piratés eux aussi fin juillet mais aucun élément d’importance cruciale n’a été exposé aux « hackers », a fait savoir le ministère de l’Intérieur. En conséquence, ces sites internet ont été fermés pendant plusieurs semaines. Certains n’ont toujours pas rouvert.

Pour mémoire rappelons que le site internet de La Mée a été hacké aussi il y a quelques mois. Mais, lui, il n’a pas été fermé ! Comme quoi un coût modique de fabrication et d’hébergement peut être aussi sûr qu’un coût astronomique !


Ecrit le 14 septembre 2011

 Appel à la grève inédit

Le JDD.fr du 08/09 : La rentrée passée, l’heure est à la grogne au sein de l’Education nationale. Fait inédit, les cinq fédérations syndicales des établissements privés sous contrat (Fep-CFDT, le Snec-CFTC, le Spelc, le SNPEFP-CGT et le Synep-CFE-CGC) ont lancé de manière conjointe un appel à rejoindre la journée d’action des syndicats de l’enseignement public du 27 septembre, en réaction aux restrictions budgétaires dans le secteur. Les nombreuses suppressions de postes, sans oublier celles prévues pour la rentrée 2012, sont au cœur du problème. […]
 
Lundi, 12 millions d’écoliers ont repris le chemin des salles de classe, où ils étudieront auprès de 850.000 professeurs. Une rentrée préoccupante. Syndicats d’enseignants, chefs d’établissement et parents d’élèves de la FCPE   (Fédération des conseils de parents d’élèves) dénoncent les conditions de travail dégradées. Pour le primaire, 1.500 classes sont supprimées, ce qui conduit à « plus d’élèves par classe » analyse le principal syndicat SNUipp-FSU. Même punition pour les collèges et lycées, 4.800 postes disparaissent alors que plusieurs dizaines de milliers d’élèves supplémentaires sont attendus.
 
Avec les suppressions prévues pour 2012, ce sont environ 80.000 postes qui auront disparu au sein de l’Education nationale durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l’Education nationale pesant 60 milliards d’euros soit 21% du budget de l’Etat.
 
Ndlr : avec Sarkozy, tout est possible !

 Un tiers des réserves d’or libyen manque à l’appel !

 
LaTribune.fr du 09/09 : 143,8 tonnes : les réserves officielles d’or de la Libye, qui faisaient du pays le 24e détenteur d’or au monde, étaient restées inchangées depuis des années. Elles ont fondu à 114,8 tonnes durant la guerre, reléguant le pays au 32e rang mondial. La banque centrale de Libye a déclaré le 8/09 que 29 tonnes d’or avaient été vendues à des marchands locaux, en avril et mai dernier. Une opération destinée à « payer les salaires » selon les termes de Gassem Assoz, nouveau gouverneur de la Banque centrale. De qui ? Mystère. 

Après l’arrêt des exportations de pétrole, le clan Kadhafi comme celui des rebelles a pu puiser dans ces réserves pour payer fonctionnaires et mercenaires. Sachant que le salaire moyen en Libye est de 200 dollars par mois, 29 tonnes d’or représentaient en avril dernier 1,4 milliard de dollars sur le marché international. Soit dix mois de salaires pour 700.000 personnes... 

Les échos d’un convoi de grosses cylindrées, chargées d’or et de devises, qui aurait franchi la frontière entre la Libye et le Niger le 6/09, faisait craindre une disparition partielle des réserves du pays. La rumeur qui court parmi les traders d’or veut que le clan Kadhafi ait multiplié les achats d’or dès 2010, convertissant des devises à l’instar « d’autres dictateurs qui sentaient le vent tourner ».

 Fadettes

 
Lexpress.fr, du 09/09 : Le patron de la police, Frédéric Péchenard, a reconnu avoir demandé à ses services de consulter les relevés téléphoniques du journaliste Gérard Davet lorsqu’il enquêtait sur l’affaire Bettencourt. 

« J’ai demandé à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d’identifier le haut fonctionnaire qui, soumis au secret professionnel et ayant un accès direct à des documents confidentiels, divulguait des informations confidentielles sur une affaire judiciaire en cours », a-t-il déclaré. 
Sur la légalité de la méthode, le patron de la police a esquivé : « Je me dois de réserver mes déclarations à la justice ». « Il y a une instruction en cours », a fait valoir le DGPN, qui dit ne pas voir encore reçu de convocation de la justice. 

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a affirmé il y a une semaine qu’il n’envisageait « bien évidemment » pas de sanctions à l’encontre du DGPN et du « patron » de la DCRI, Bernard Squarcini, dans cette affaire dite des « fadettes », les relevés de communications téléphoniques utilisés par la police pour identifier la source du journaliste. 

La juge parisienne, Sylvie Zimmermann, est chargée de l’information judiciaire ouverte en mai, notamment pour « atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions » après une nouvelle plainte du Monde, le parquet ayant classé sans suite une première plainte. 

Ndlr : nul n’est censé ignorer la loi … sauf la police ?

 La dernière cavale

 
NouvelObs.com du 05/09 : Sans doute l’état de santé de Jacques Chirac ne lui permet-il pas d’assister à son procès dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. Nul n’a envie d’assister à ce spectacle pathétique. Et pourtant…

Si ce procès arrive si tardivement, l’ancien Président de la République en est le seul et unique responsable. Depuis une quinzaine d’années, Jacques Chirac a tout fait pour échapper à la justice. Il a joué de toutes les manœuvres dilatoires pour gagner du temps. Il a usé de tous les leviers du pouvoir pour étouffer une multitude de scandales (billets d’avion payés en liquide, frais de bouche de la mairie de Paris, cassette Méry, etc) jusqu’à se faire offrir un statut d’immunité pénale en béton pour toute la durée de ses mandats par un Conseil constitutionnel alors présidé par un certain Roland Dumas. Il a même fait rembourser une partie de ses turpitudes auprès de la mairie de Paris par l’UMP, reconnaissant ainsi, de fait, sa culpabilité.
 

Le problème, c’est que l’ancien Président ne s’est pas seulement protégé. Jacques Chirac a commis une véritable faute contre l’esprit républicain. En démocratie, l’impunité est un crime contre le civisme. Fuir ses responsabilités quand le régime vous garantit de bénéficier des moyens d’une défense honnête et équitable, c’est piétiner ce que Montesquieu appelait l’Esprit des lois. Et nuire au bon fonctionnement des institutions de la République. En agissant de la sorte, Jacques Chirac a donc contribué à affaiblir un peu plus ces fameuses « élites » tant décriées par ceux qui les soupçonnent de bénéficier de passe-droits. Même si son état de santé démontre qu’il est sans doute trop tard pour le juger aujourd’hui, il convient de souvenir de ce forfait commis par le principal élu de la République.

 Après le Mediator, le Protelos

Libération.fr révèle que le laboratoire Servier, dont la mise en examen paraît imminente, a falsifié des documents relatifs à un autre médicament, [que le Médiator] évoquant ainsi de « nouvelles défaillances graves ».

Le laboratoire est accusé d’avoir modifié ses propres études scientifiques au sujet du Médiator, ôtant toute référence à l’effet coupe-faim de sa molécule et à sa parenté avec l’amphétamine.

Selon les conclusions d’un rapport d’inspection de l’Agence européenne des médicaments (EMA) sur le système de pharmacovigilance du labo, Servier a caché aux autorités de santé des cas d’effets secondaires du Protelos, médicament contre l’ostéoporose ».[…] 

« Servier n’aurait pas déclaré aux autorités des cas graves susceptibles de remettre en cause le médicament », continue le journal, qui ajoute que « le rapport a été jugé si inquiétant que l’EMA a ordonné une réévaluation de tous les médicaments de Servier, ainsi qu’une nouvelle inspection du labo ».
Ndlr : il y a peu, Servier était décoré par Nicolas Sarkozy !