Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Mobil’Actif : révolutionnaire mais limité

Mobil’Actif : révolutionnaire mais limité

Ecrit le 28 septembre 2011

Le service Mobil’Actif, lancé le 22 janvier 2008, veut faciliter l’insertion professionnelle et sociale des personnes en grande difficulté économique en leur louant, à tarif social, des véhicules (voitures, deux-roues motorisés, et vélos) pour des déplacements destinés à
– L’embauche ou l’emploi ;
– L’entrée en stage de formation ;
– La recherche d’emploi (Maison de l’Emploi, Pôle Emploi, Mission Locale, ACPM  ) ;
– Les démarches administratives (fiscal, social, endettement...) ;
– La réinsertion à la vie sociale ;
– La santé (visite médicale, soins ...) ;
– Toute autre démarche facilitant l’insertion (permis, hygiène, ...) ;

C’est une idée révolutionnaire, mais limitée puisqu’elle ne s’adresse qu’à un public en grande difficulté et ayant des ressources inférieures ou égales à 1000 € par mois. Et, de plus, quand il n’y a pas d’emploi (comme dans la situation actuelle), Mobil’Actif ne « tourne » pas.

La durée de mise à disposition des véhicules ne peut pas dépasser deux mois maximum. Une tarification adaptée, en fonction du type de public et de véhicule, est proposée afin de responsabiliser les bénéficiaires. Une caution est exigée à chaque mise à disposition.

Contact : http://mobil.actif.free.fr/ - Tél 02 40 51 02 02

Mais cela ne saurait répondre aux besoins de mobilité d’un plus grand nombre de citoyens. Il existe des possibilités de location de véhicules (par exemple HyperU à Châteaubriant ou Locmeca à Louisfert) mais cela ne saurait rendre service à un habitant de Juigné-les-Moutiers qui n’a pas de véhicule pour venir chercher un véhicule !

Pourquoi, alors, ne pas expérimenter d’autres systèmes ? Location à l’heure ? Location à la demi-journée ? Les élus des communes rurales ont un rôle particulier à jouer, en faisant pression sur la ville-centre pour imposer un service utile à tous les habitants.

Une enquête* menée par la DATAR, la DTT et l’ADEME recense les expériences qui, hors lignes régulières, visent à mieux répondre aux besoins de transport dans les zones peu denses du territoire français, plus particulièrement en milieu rural.

En effet, dans la plupart des territoires ruraux, le maillage du territoire par les commerces et les services diminue. La Poste réduit ses horaires ou disparaît, il en est de même des banques et des stations-service ! Les besoins de déplacements sont donc plus importants qu’autrefois.

Et en même temps, beaucoup de personnes, notamment au sein de la population âgée mais aussi chez les ménages à bas revenus, se trouvent sans voiture, voire sans permis. Ce phénomène est particulièrement marqué chez les femmes seules ou avec enfant(s). Rechercher et trouver un emploi relève alors du parcours du combattant.
Isolement

Les municipalités, en milieu rural, souhaitent maintenir voire développer leur population, et garder au moins leurs écoles, en développant les services aux personnes âgées et aux jeunes. Avec la crise actuelle, le coût des carburants augmente considérablement, réduisant encore les possibilités de déplacement.

Les situations d’isolement augmentent en milieu rural, du fait de la baisse des disponibilités familiales (les enfants habitent souvent loin de leurs parents âgés, les adolescents ont leurs deux parents qui travaillent) ou de voisinage .

Le problème le plus crucial porte sur l’accès à l’emploi. Beaucoup de besoins ne trouvent pas de réponse dans les transports collectifs, notamment pour les liaisons transversales, mais aussi dans le cas d’horaires de travail décalés, fréquents dans les classes populaires. Quand il existe un transport scolaire, celui-ci n’est malheureusement pas toujours adapté aux autres usagers. Il est fréquent que des chômeurs se trouvent donc dans l’obligation de renoncer à un emploi, faute d’un moyen de locomotion.

Le covoiturage apparaît aussi plus difficile à faire fonctionner, car les demandes ne rencontrent pas forcément une offre adéquate (même liaison, même horaire).

 Des aires à la douzaine

Les aires de co-voiturage se développent en Loire-Atlantique. Avec les deux dernières, Soudan et Intermarché-Châteaubriant, le Pays de Châteaubriant   en compte douze. Pour les connaître, pour réserver un itinéraire

http://covoiturage.loire-atlantique.fr/

 Transports à la demande

L’organisation des transports est donc un élément essentiel de l’attractivité d’un territoire et joue fortement dans les choix de domicile. Ainsi, l’existence d’une ligne régulière ou d’un transport à la demande peut jouer dans un choix résidentiel, y compris auprès de personnes âgées qui ne l’utilisent pas, mais sont rassurées de savoir qu’elles peuvent l’utiliser en cas de besoin, notamment quand elles ne pourront plus conduire.

Dans la région de Châteaubriant on ne part pas de rien, puisqu’il existe Lila à la demande (mais pas tous les jours !) et une centrale de mobilité (à la Maison du Département  ). Mais il faut déveloper le système. Cela dépend du Conseil Général, mais aussi des collectivités locales.

 Faites une étude !

Ce serait bien si on apprenait que le Pays de Châteaubriant   (33 communes) lançait une étude à ce sujet dans le cadre de la préparation des prochains Contrats de Territoire, pour réaliser à l’échelle de chaque territoire vécu, des schémas de déplacement, intégrant l’ensemble des solutions possibles, et pour organiser des transports à la demande adaptés aux besoins.

 Mobil’At, At ... comme Atelier

Vous avez besoin de réparer votre véhicule ? Vous avez envie d’apprendre ? Le garage associatif « Mobil’At » propose des cours vidéo, des réparations faites par vous-même, avec encadrement par des professionnels - et des contrôles et essais faits par l’encadrant.

Ce garage facilite l’acquisition d’un savoir-faire, permettant de maîtriser son véhicule et son budget. Les réparations se font en dynamique de groupe, dans un esprit d’entraide associatif. Inconvénients : se retrousser les manches, se salir, donner de soi-même !

Menuiserie à la maison de la ruralité

Tout le monde peut y aller : jeunes, femmes, adultes, retraités. Pas besoin de s’y connaître en mécanique. Juste avoir envie ! Trois modules sont proposés :
– diagnostic : faire le tour du véhicule, anticiper l’avenir
– thématique, selon la panne
– petits travaux pour l’entretien et l’urgence

Le coût : tarifs selon les catégories de public, et selon les modules. Possibilités d’aides financières. Mieux vaut un bon diagnostic avant, que des réparations toujours plus onéreuses après !

Où trouver ce garage ? 14 rue des Vauzelles à Châteaubriant - dans l’Espace Paul Huard, entre Pôle Emploi et le marteau-pilon, derrière le local de l’ACPM  .

Tél 02 28 04 05 67, mobilat@orange.fr

Transports solidaires

Initiative   à encourager : le RAP   (relais accueil proximité) pratique le transport solidaire  . Contact : 02 40 55 59 32


NOTES:

(*) http://www.journal-la-mee.fr/IMG/pdf/mobilite.pdf