Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Algérie > Octobre à Paris

Octobre à Paris

Ecrit le 19 octobre 2011

 Cortège funéraire

17 octobre 61, la manifestation du FLN à Paris contre le couvre-feu est massive. Des milliers d’Algériens convergent des banlieues. La manifestation est réprimée dans le sang. On retrouve plus de 300 cadavres dans la Seine.

Face à ces « ratonnades » c’est l’indignation ! Papon, préfet de police, rétorque que « la police a fait ce qu’elle devait faire ! » (...)

7 février 1962, dix charges explosives [attribuées à l’OAS] secouent la capitale. L’une des bombes, destinée à André Malraux, ministre de la Culture, blesse grièvement une fillette de 4 ans, Delphine Renard. Le lendemain, 8 février, la population émue manifeste. Ils sont près de 60.000 à défiler. Vers 18h, au moment de la dislocation du cortège, au métro Charonne, la police charge, se déchaîne et s’acharne sur des manifestants anti-OAS qui se précipitent dans l’escalier de la bouche du métro. Quelques-uns tombent et se blessent. Les corps s’entassent. Les policiers interdisent tout secours. Pire ! Ils jettent des grilles de protection d’arbres, et une table de bistrot, sur les corps blessés ! Ils lancent des grenades lacrymogènes ! Neuf militants de la CGT ou du Parti Communiste sont assassinés. Parmi eux Anne-Claude Gaudeau, jeune nantaise de 24 ans, employée aux chèques postaux. Et Daniel Féry, 15 ans, apprenti. (...)

(Jusqu’à ce jour, aucun gouvernement n’a reconnu les assassinats, ni honoré la mémoire des victimes !)

(extrait du spectacle de la Sablière- octobre 2011)


Ecrit le 19 octobre 2011

 Octobre à Paris

Il s’agit d’un film exceptionnel. Œuvre de
Jacques Panijel, il a été réalisé dans la
foulée de la manifestation du 17 octobre
1961 à Paris. Ce film intense et boule-
versant, aussi incroyable que cela puisse
paraître, n’a jamais été exploité en salles,
même s’il a fait à plusieurs reprises l’objet
de projections illégales. Arbitraire de la
répression, tabassage meurtrier des
manifestants, noyades délibérées dans la
Seine, fusillades, suivis du parcage bestial
au Palais des sports, des tortures sadi-
ques des supplétifs harkis dans les caves
de la Goutte d’or, des descentes pro-
vocatrices dans les bidonvilles de la
banlieue.

Ici on noie les Algériens, réalisé en 2011
par Yasmina Adi, jeune femme d’une
trentaine d’années, est un complément qui
actualise douloureusement la portée du
film précédent (les témoins d’aujourd’hui,
dont les veuves des victimes, attendent
toujours la reconnaissance officielle du
préjudice qui leur a été infligé).

Le dossier de Golias