Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCSD-Com’Com’ du Secteur de Derval > CCSD - 2011-2012 > CCSD - Charte commerciale

CCSD - Charte commerciale

Ecrit le 30 novembre 2011

Après la Métropole de Nantes-St Nazaire, après Machecoul, la CCSD   (com’Com’   de Derval) est la troisième intercommunalité à signer avec la Chambre des Métiers une « charte d’orientation commerciale ». Il s’agit de maîtriser et d’orienter le développement commercial de la Com’Com’   pour répondre au mieux aux équilibres du territoire, au développement durable et aux attentes des habitants, tout en intégrant les mutations de l’offre commerciale et les évolutions des modes de vie.

Après une analyse qui a duré 6 mois, les sept maires du territoire ont signé cette charte le 22 novembre 2011. Dans le document, qu’on peut trouver sur le site internet de la CCSD  , il y a d’abord une analyse de l’existant :

10 286 habitants (+15% depuis 1990) avec arrivée de jeunes actifs atténuant ainsi la progression du vieillissement de la population. L’appareil commercial devra s’adapter d’une part aux besoins des nouveaux ménages ayant des enfants, d’autre part à une population qui vieillit (enjeu proximité/mobilité) et à faibles revenus, ce qui peut avoir une incidence sur les modes de consommation.

Le flux pendulaire (domicile-travail) est négatif (-1 418 par jour), ce qui illustre les relations étroites du bassin d’emploi de Derval avec les deux autres communautés de communes du Pays de Châteaubriant   (Castelbriantais et Région de Nozay), ainsi qu’avec la métropole nantaise et sa périphérie, et dans une moindre mesure l’Ille et Vilaine. Découle de ce solde, une évasion commerciale pour partie incompressible.

En 2007, le territoire du Secteur de Derval compte 46 points de vente, soit 5 de plus qu’en 2004 (+12,2%). Depuis 2004, l’ensemble des surfaces couvertes ont augmenté de 20% (soit +12 064 m2). Cette augmentation n’est pas homogène. Le commerce traditionnel a perdu 8.9% de ses surfaces alors que la « grande » distribution augmentait ses surfaces de 26.3% sur la même période.

En 2009, 13% des commerçants du Secteur de Derval ont plus de 55 ans. La problématique de la transmission d’entreprise notamment pour le commerce traditionnel est un enjeu.

En moyenne la CCSD   a une densité commerciale faible : 655 m2 couverts pour 1 000 habitants (1292 m2 en moyenne départementale), et concentrée sur Derval (1 782 m2/1 000 hab.) . La polarisation de l’activité commerciale sur Derval s’est accélérée depuis 2004.

PNG - 319.9 ko
Jean-Luc Cadio, Jean Louër, Joël Fourny

Le développement commercial de la Communauté de Communes du Secteur de Derval devra se faire en cohérence avec les territoires voisins en s’appuyant sur une vision collective de l’aménagement et de développement portée par le futur Schéma de Cohérence Territoriale du Pays de Châteaubriant   (Scot  ). [ndlr : Hum ! hum !] avec six pôles de proximité répondant aux besoins quotidiens de la population (alimentaire, presse, hygiène santé, ..) ; et un « pôle majeur », Derval, à renforcer et à privilégier pour les achats occasionnels et exceptionnels .

La charte précise qu’il sera nécessaire de réglementer les vocations des zones inscrites dans les PLU   de chaque commune du territoire avec
– cinq zones d’activités le long de la voie Nantes-Rennes
– une zone à vocation commerciale autour du Super-U
– une zone mixte du côté de l’ancien magasin Netto.

Centralité, proximité

Développer les centralités (centre-ville, centre-bourg) - Développer l’emploi et l’économie de proximité - Optimiser l’utilisation du foncier en recherchant la densification ou la requalification des espaces actuels - ...

mais aussi réduire les déplacements motorisés en favorisant en centre-ville la mixité et le rapprochement des activités de commerce avec les autres équipements (services, médicaux, scolaires, administratifs...) pour satisfaire différents besoins des habitants lors d’un même trajet ;
et en incitant à l’usage des modes de transports alternatifs ou doux. Et valoriser le rôle social du commerce.

Et, bien entendu, concevoir un appareil commercial respectueux de l’environnement et du cadre de vie .

Cette charte organisera un travail en commun, pendant les trois ans à venir, profitant de l’expertise de la Chambre des Métiers, pour maintenir les commerces existants, permettre la transmission des activités, proposer une offre commerciale lisible et diversifiée. Cette charte sera l’un des piliers du futur SCOT   (schéma de cohérence territoriale) : « il finira bien par voir le jour » dit Jean Louër ! En l’absence de ce document d’urbanisme au niveau du Pays et en attendant sa réalisation, la charte d’orientation commerciale de Derval pourra constituer le document de référence en matière d’aménagement commercial.

Notons que la charte d’orientation commerciale de Nozay est en cours de discussion et que la première réunion exploratoire a eu lieu le 23 novembre dans la Com’Com’   du Castelbriantais ! Tout finit par arriver !

Articles de Ouest-France du 25 novembre 2011 :