Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > Internet et les réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux

Ecrit le 23 novembre 2011

La Ville de Châteaubriant est désormais « Ville Amie des Enfants ». Ce label, créé par l’UNICEF et l’association des Maires de France, a pour objectif de promouvoir l’application des droits de l’enfant dans les villes partenaires, au moyen d’actions visant notamment à améliorer leur vie quotidienne, développer leur esprit de participation et d’écoute, ou encore développer une solidarité internationale.

Dix villes sont ainsi labellisées dans les Pays de Loire dont deux en Loire-Atlantique : Saint-Sébastien-sur-Loire et désormais Châteaubriant. Le dossier de candidature qui a été confectionné à ce sujet n’a pas été communiqué à la presse !

Rappelons qu’il existe à Châteaubriant des activités de loisir très cadrées et encadrées. Mais il n’y a pas de Maison des Jeunes, ni de lieu d’accueil et d’activités parents-enfants, ni de Maison des Parents. Seules certaines associations sont « bien vues » (quand elles peuvent être contrôlées par la mairie). Quant aux autres ....

 Réseaux Sociaux

Dessin de Eliby - 06 23 789 305

Dans le cadre de la semaine des Droits de l’Enfant, une soirée « internet » avait été programmée. Malgré les annonces de presse et de l’agenda municipal il n’y avait qu’une dizaine de parents. L’intervenant a parlé des avantages d’internet, des services qu’il peut apporter

  • - les wikis (qui permettent le dialogue)
  • - les mails (courriers)
  • - les forums (droit à l’expression)
  • - le tchat (communication en direct)
  • - les P2P (téléchargements)

Internet est devenu indispensable, il permet l’accès à des savoirs actualisés, spécialisés, de tous niveaux. C’est un outil de diffusion des connaissances, de l’information, un outil de communication.

De nos jours, très peu de foyers n’ont pas d’ordinateur. Les jeunes, souvent plus aventureux que les parents, savent s’en servir et l’utilisent pour les jeux, les vidéos, la musique et leurs recherches personnelles, mais aussi pour leurs échanges avec des amis.

Comment s’en servent-ils ? Souvent seuls. L’intervenant estime que 65 % des enfants des classes primaires s’en servent seuls. Le pourcentage monte à 82 % au collège et 95 % au lycée.... « malgré les expériences fâcheuses que les jeunes ont pu rencontrer » dit-il en évoquant les images et films pornos, l’utilisation de photos à l’insu du jeunes, les insultes ou menaces qu’ils peuvent lire, voire les demandes de rendez-vous par des inconnus ou les images pédophiles.

 Pas n’importe quoi

Protéger les jeunes, c’est d’abord leur expliquer qu’on ne diffuse pas n’importe quoi. Surtout pas de photo de soi, pas d’adresse personnelle non plus.

Le journal Le Tigre raconte les mésaventures de quelqu’un qui avait révélé toute sa vie sur internet (1)

Apprendre aux jeunes à ne pas écrire d’injures, de propos diffamatoires ; de respecter la vie privée d’autrui, le droit à l’image, le droit d’auteur, et de ne pas répondre aux « flammeurs » (provocateurs).

Et si nécessaire, ne pas hésiter à dénoncer les sites illégaux (pédophiles par exemple)

A propos du droit d’auteur, il existe de nombreuses images « libres de droits ». On les trouve facilement sur google en cliquant sur « recherche avancée ».

 Les risques du téléchargement

Les jeunes ont vite compris comment on pouvait télécharger des documents, de la musique ou des films. Indépendamment de la question des droits d’auteur, il faut savoir qu’un téléchargement présente des risques :

  • - un ou des virus
  • - des « fake » : le contenu, souvent porno, ne correspond pas au titre
  • - des scarewares : petits programmes qui lancent des alertes sur votre ordinateur pour vous faire croire que vous avez un virus et vous inciter à acheter un antivirus.
  • - des spywares ou adwares qui surveillent votre navigation, récupèrent votre adresse (voire votre mot de passe, rien qu’en notant les touches que vous utilisez) et qui revendent le tout à des sociétés commerciales (ou pire : à des pirates qui essaieront de vous piéger). C’est pourquoi il faut éviter les envois multiples avec adresses en clair !

Précautions à prendre : antivirus à jour, anti-spywares et anti-malwares et ... logiciels libres (et Linux à la place de Windows).

Et surtout, faire preuve de discernement !
En sachant que les mots les plus simples peuvent aussi cacher des images inattendues. Exemple le mot mathématique « Equerre » ramène des images de positions du KamaSutra !

 Des risques

Sur le net, les internautes peuvent être soumis à de nombreux risques :

  • - des sites « pro-ana » faisant l’apologie de l’anorexie. « Tu ne peux jamais être trop mince » disent ces sites. Ce qui revient à dire : « Meurs » ! Car la mort est très vite au bout de l’anorexie.
  • - des sites aux contenus choquants appelant à la mutilation, au suicide, à la violence.
  • - des sites aux contenus illicites, faisant l’apologie de la pédo-pornographie, appelant à la haine, au racisme, à la xénophobie.
  • - des sites au contenu manipulé, en faveur de sectes ou d’organismes défendant telle ou telle thèse extrémiste. C’est le cas d’un appel circulant actuellement à l’initiative   d’un certain « Joël Censier » à partir de faits vrais - C’est le cas aussi d’un message sur « Sarah, enfant battue » soi-disant écrit par une enfant de 3 ans. Ces sites jouent sur les sentiments, la douleur entre autres, en neutralisant d’entrée votre esprit critique. Beaucoup d’adultes s’y laissent prendre. C’est encore plus vrai pour les enfants et les jeunes.
  • - et enfin il y a tous les sites au contenu inapproprié : informations incomplètes, fausses, partielles ; diffusion de rumeurs ; fausses chaînes de solidarité ; jeux d’argent et pratiques commerciales douteuses à base de tamtam médiatique.

 Pourriels et jeux

  • - attention aussi aux pourriels, ces courriers électroniques cachant des escroqueries (des gens de Châteaubriant ont été coincés), vous demandant vos codes bancaires (quelqu’un du Grand Auverné s’y est fait voler de l’argent), vous incitant à renvoyer des messages à des correspondants multiples. Dans ce dernier cas, si vous ne cachez pas les adresses, vous offrez une masse d’adresses valides à des pirates qui les vendront à des « spammeurs » et des messages piégés vous arriveront. Les plus malins ont été piégés un jour !
    [Envoyez vos messages multiples en adresses cachées !]
  • - attention enfin aux jeux en ligne, jeux gratuits qui peuvent devenir payants, jeux auxquels on peut devenir « accro ». On peut trouver sur internet un test « Etes-vous cyber-dépendant ? »

 Facebook

Facebook appartient à la liste des « Réseaux sociaux » : il contient plus de 750 millions de profils dans le monde dont 23 millions en France : près d’un Français sur deux ! Dans ce réseau, tout est gratuit. Pourtant 1700 personnes y travaillent sur des tables entières remplies d’ordinateurs. Qui paie ? Vous ! En effet, tout ce qui est mis sur Facebook est propriété de Facebook qui peut en faire ce qu’il veut et revendre adresses et photos à des sociétés commerciales. Les conditions d’utilisation disent (mais qui les lit ?) : « vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation à Facebook »

Sur ce site, des gens veulent absolument devenir votre « ami », ils viennent « faire un poke » (c’est-à-dire vous saluer) et utiliser votre « wall » c’est-à-dire votre mur pour y déposer un message. Cela peut être extrêmement ennuyeux car internet a une grande mémoire. Mais les jeunes adorent Facebook, et la plupart des grands organismes sont sur Facebook (pas La Mée !) y compris le Conseil Général, y compris la Préfecture de Loire-Atlantique.

Le phénomène est donc incontournable (pour l’instant ?). Il faut faire avec ; apprendre aux jeunes à tracer une limite entre vie privée et vie publique ; leur apprendre à se construire une identité positive !

A part ça, on peut quand même empêcher Facebook de retenir vos informations privées. Mais il y a pour cela ... 170 réglages à faire !

 Empreinte médiatique

Un test : savez-vous quelle est votre empreinte médiatique ? Utilisez deux sites : www.123people.fr et www.pipl.com

Tapez-y votre nom et voyez quelles traces vous laissez sur internet : photos ? textes ? Il y a sur internet un site qui fait de « l’éducation médiatique », le voici : http://www.2025exmachina.net/

 Contrôle parental

Protéger les enfants ? Oui évidemment, et il existe pour cela des logiciels de contrôle parental. Sauf que ...

  • - sauf que les parents savent rarement les installer et laissent ce soin à leurs enfants ...
  • - de plus les logiciels de filtrage agissent uniquement sur les comptes utilisateurs (si les parents ont pensé à en créer pour leurs enfants).
  • - et puis, il y a des mises à jour régulières de ces logiciels de filtrage. Les parents le savent-ils ?

et enfin ces logiciels filtrent parfois n’importe quoi, arrêtant des sites intéressants et laissant passer des sites condamnables.

 Education médiatique

Il faut savoir que le risque zéro n’existe pas et que, à force de vouloir trop protéger les enfants, on élimine chez eux la conscience du danger. Il vaut mieux faire une éducation aux risques. Cela passe d’abord par un dialogue dans la famille, et par des recours à des sites intéressants.

La CNIL (commission nationale informatique et libertés) publie des fiches pédagogiques pour les parents et les enseignants (à télécharger librement). Thèmes :

  • - Les données personnelles
  • - Qu’est-ce qu’un « ami » sur un réseau social ?
  • - Le cyberharcèlement
  • - Le teen-marketing c’est-à-dire les publicités adressées aux jeunes sur Internet.
    Attention : Remplir un formulaire, c’est offrir ses données personnelles.

Voici une liste de sites à consulter :

et pour les parents :


Ecrit le 23 novembre 2011

 Sauvons l’internet mondial

Avaaz

Le Congrès des États-Unis débat en ce moment d’une loi qui lui donnerait le pouvoir de censurer l’Internet mondial en instaurant une liste noire qui pourrait inclure YouTube, WikiLeaks et même Avaaz !

Si cette nouvelle loi entrait en vigueur, Les États-Unis pourraient obliger les fournisseurs d’accès à Internet à bloquer tout site suspecté de violer la législation sur le droit d’auteur ou sur les marques, ou de ne pas suffisamment contrôler l’activité de ses utilisateurs. Comme une très grande partie des serveurs et installations de l’Internet mondial est située aux États-Unis, leur liste noire s’attaquerait à l’Internet libre pour nous tous.

Le vote est attendu d’un jour à l’autre, mais nous pouvons contribuer à arrêter cette attaque. Des membres du Congrès font tout pour défendre la liberté d’expression et nous indiquent qu’un tollé mondial pourrait renforcer leur position. Faisons résonner nos voix des quatre coins du monde et lançons de toute urgence une pétition mondiale sans précédent appelant les décideurs aux États-Unis à rejeter le texte et à stopper la censure d’Internet.

La pétition peut être signée ici :
http://www.avaaz.org/fr/save_the_internet_fr/?vl

Depuis des années, le gouvernement américain condamne des pays comme la Chine et l’Iran qui répriment les utilisateurs d’Internet. Mais aujourd’hui, l’impact de cette nouvelle loi de censure aux États- Unis pourrait être bien pire, avec blocage pur et simple de sites..

L’an dernier, une loi de censure d’Internet similaire avait été enterrée avant d’atteindre le Sénat des États-Unis, mais elle est de retour sous une forme différente.

Des lois sur le droit d’auteur existent déjà et sont appliquées par les tribunaux. Mais cette nouvelle loi va beaucoup plus loin en permettant au gouvernement et aux grandes entreprises d’exercer un pouvoir énorme sur les fournisseurs de services et les moteurs de recherche, obligés de bloquer des sites internet sur la base de simples allégations de violation du droit, sans procès ni aucune déclaration de culpabilité !

Ces derniers mois, du Printemps arabe au mouvement mondial « Occupy », nous avons vu de nos propres yeux comment Internet peut galvaniser les gens, unifier et changer le monde.

Aujourd’hui, si nous agissons ensemble, nous pouvons arrêter cette attaque contre la liberté d’Internet. Mobilisons-nous pour faire en sorte que les législateurs américains préservent le droit à un Internet libre et ouvert comme moyen essentiel pour les peuples du monde d’échanger des idées, communiquer et œuvrer ensemble à la construction du monde que nous voulons tous.

[Ndlr : Avaaz est une organisation non-gouvernementale américaine regroupant « des citoyens du monde » pour sensibiliser, et mener des actions. Récemment les fonds d’Avaaz ont servi à monter des serveurs pour éviter la censure des réseaux sociaux en Iran]

Surveillance profonde sur internet

Risque de harcèlement


NOTES:

(1) Lire Le Tigre

(2) Joël Censier : lire Eolas

et le site hoaxbuster