Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Une écourue à Treffieux

Une écourue à Treffieux

Ecrit le 25 janvier 2012

Après l’arrêt de l’expérimentation du barrage de la Fleuriais (Treffieux)

 Opération Concertée d’Ouverture des Vannes sur le cours du Don

Les propriétaires de barrages, les riverains et les amis du Don, regroupés dans l’association « Touche Pas à Ma Rivière » (TPMR), ont décidé de réaliser une opération concertée d’ouverture des vannes sur l’ensemble du bassin du Don le week-end des 21-22 janvier.

Par cette action, ils entendent démontrer leur capacité à conduire une gestion concertée de la rivière et des niveaux d’eau et montrer aux habitants, aux élus des communes du bassin versant, ainsi qu’au Syndicat du Don, que les modes de gestion administrative doivent laisser la place à la concertation avec tous les acteurs concernés.

Ils souhaitent ainsi anticiper sur une nouvelle politique de gestion de la rivière qui pourrait être conduite par un syndicat du Don rénové.

Par ailleurs, l’association « Touche Pas à Ma Rivière » se réjouit de la délibération du conseil municipal de Treffieux qui, le 19 décembre 2011, a décidé à l’unanimité de mettre fin à l’expérimentation du barrage de la Fleuriais. L’enlèvement complet des vannes et du seuil résiduel a notamment conduit à l’assèchement d’un puits qui alimente une exploitation laitière depuis de très nombreuses années. Ce type d’incident était reconnu par le Syndicat du Don comme un motif d’interruption de l’expérimentation.


Ecrit le 1er février 2012

 Une écourue sur le Don.

Grâce à l’association « Touche pas à ma rivière » (TPMR) – qui derrière ce titre provocateur et d’apparence individualiste cache une volonté collective de bonne gouvernance de l’eau – les propriétaires de barrages et de seuils de moulins sur le Don ont organisé le week-end des 21-22 janvier une opération d’envergure pour démontrer qu’une vraie concertation avec tous les acteurs concernés pouvait donner des résultats positifs. De Guémené-Penfao à Moisdon-la-Rivière, les barrages se sont ouverts selon un calendrier programmé, en remontant de l’aval vers l’amont pour éviter les engorgements.

Démarrée au moulin des Claies à Guémené à 10h le samedi matin, l’ouverture des vannes en état de fonctionnement s’est poursuivie d’heures en heures, en remontant le cours du Don, jusqu’au barrage de Beausoleil à Moisdon, ouvert le dimanche à 15h.

L’opération s’est déroulée dans la bonne humeur, souvent en présence de riverains heureux de voir fonctionner les vannes comme autrefois, dans le souci d’une bonne gestion de la rivière. Une pause galettes-saucisses le samedi midi, sur le remarquable site du moulin du Pont de Jans, a été fort appréciée de la centaine de participants à l’opération.

Ils sentaient que les gens du pays se réappropriaient leur rivière qui est leur bien commun et qu’ils veulent gérer ensemble.

Un document établissant le bilan de l’opération peut être demandé à l’association.

Ecourue : les anciens du pays connaissent ce mot car il s’agit d’une tradition, mais pour les nouveaux et les jeunes, il s’agit de l’ouverture concertée de toutes les vannes des barrages de la rivière pour effectuer une opération « nettoyage » de la rivière, grâce à l’effet chasse d’eau ainsi provoqué.

Photo ci-contre : Jean Perraud, maire de Conquereuil, et Anne-Sophie
Douet, présidente de TPMR et propriétaire du moulin de
Beaujouet à Nozay, ouvrent ensemble la vanne de
Pont Veix, située entre Conquereuil et Marsac.