Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Des sites internet accessibles

Des sites internet accessibles

Ecrit le 25 janvier 2012

Trois petites communes, St Julien de Vouvantes, Petit-Auverné et La Chapelle Glain, 925, 433 et 820 habitants, se sont adressées à capintranet.fr pour réaliser leur site internet. Elles n’ont pas choisi la facilité : ce ne sont pas des sites « bling-bling » en flash avec des images qui tournent, virevoltent et défilent sans arrêt. C’est moins spectaculaire et plus sérieux : un système accessible aux handicapés comme aux personnes valides.

La personne, en situation de handicap ou non (même aveugle), peut s’équiper d’un ordinateur avec une technologie d’assistance (lecteur d’écran comme NVDA, plage braille, etc), ou Orca, lui permettant d’entendre une description, de lire et de se représenter le contenu d’un site internet en cours d’affichage sur l’écran.

Les trois sites ci-dessus sont conçus et réalisés à partir des règles d’accessibilité définies par le RGAA (Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations Françaises). Chaque page du site contient des éléments ou des groupes d’éléments spécifiques (visibles ou non) qui permettent aux personnes en situation de handicap temporaire ou permanent de pouvoir naviguer sans difficulté et de s’informer comme tout un chacun, la seule possibilité pour les non-voyants étant de naviguer au clavier quand la souris ne leur est plus accessible.

 Tabuler

Mais naviguer au clavier dans un site qui n’est pas conçu pour ça devient vite un véritable casse-tête, décourageant voire impossible (si ! ça existe ! même des sites très coûteux de l’administration ne sont pas navigables au clavier . Par exemple le site de l’Élysée www.elysee.fr n’est pas consultable au clavier)(NDLR : c’était vrai lors de la rédaction de cet article, cela a pu changer)

Les sites de St Julien de Vouvantes, Petit-Auverné et La Chapelle Glain, sont par ailleurs dotés de liens permettant de sauter des sections ; et de pages spéciales (comme un plan du site) ; et de repérages (comme un fil d’ariane) et d’une page expliquant les difficultés ou les pièges que peuvent rencontrer les personnes navigant au clavier (une page d’aide à l’accessibilité).

C’est pas comme les sites de La Meilleraye, St Aubin-des-châteaux ou Grand Auverné ou du Pays de Châteaubriant   où il faut « tabuler » plein de fois avant de pouvoir lire le contenu de la page centrale !

 Langage rigoureux

Le choix de l’accessibilité est une exigence : on n’écrit pas n’importe quoi ! On explique de quoi on parle : l’APF par exemple, est-elle l’Association des Paralysés de France ? ou l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie ?

L’accessibilité exige aussi de faire des tableaux corrects, avec un sommaire donnant à l’utilisateur des indications sur la fonction du tableau. Les lecteurs d’écran, en effet, lisent les tableaux de manière linéaire, cellule après cellule.

L’accessibilité interdit d’utiliser des textes « justifiés » c’est-à-dire avec des bords bien parallèles (comme le texte de cette page) car cette manipulation graphique impose la présence d’espaces entre les mots, parfois excessifs, obligeant le lecteur d’écran à couper une phrase, au risque de la rendre incompréhensible.

Et les mots étrangers ? Ah la la ! Les lecteurs d’écran ne prononceront correctement les mots étrangers que si on leur indique la langue à utiliser. Par exemple le mot writer en anglais (raïteur) veut dire écrire. Mais le lecteur d’écran, s’il n’est pas prévenu, lira : riter ... et l’auditeur ne comprendra plus rien. Et comme les Français utilisent de plus en plus de mots anglais, on voit les dégâts. Par exemple on parle de flyer maintenant pour désigner un tract ou un prospectus. Et pourquoi pas « envoleuille », contraction de envol et de feuille.

 Choix de couleurs

Mais encore ? Il s’agit de bien choisir les couleurs du site pour que les personnes atteintes de « daltonisme » puissent voir les mots avec un contraste suffisant.

Le choix de l’accessibilité est donc un choix rigoureux, à faire dès le départ, parce que, par la suite, les erreurs ne sont pas rattrapables. Le site internet de La Mée, par exemple, ayant 8 ans d’existence, est peu accessible aux mal-voyants. Il n’y a plus qu’à essayer de limiter les dégâts. Le site de St Aubin des Châteaux a une première page illisible en raison d’une profusion de couleurs ! Les sites de Rougé et Soudan, avec leurs images qui bougent tout le temps, ne sont pas conformes non plus aux règles fixées au niveau national.

 Règles nationales

Bé oui, il y a des règles nationales ! Elle sont même obligatoires à partir de mars 2012 mais les autorités n’ont pas fait d’information à ce sujet, laissant les communes faire n’importe quoi ! Et c’est vraiment du n’importe quoi !

Les communes de St Julien de Vouvantes, Petit-Auverné et La Chapelle Glain, et bientôt Mouais, sont conformes aux règles de l’accessibilité, cela a été reconnu par un site spécialisé comme handicapzéro. Mais c’est un souci de tous les instants car il est facile de tomber dans la facilité et de relâcher la vigilance.

 Autres caractéristiques

L’équipe d’animation du site du Petit-Auverné

Les sites ci-dessus ont une présentation simple et claire des activités du Conseil Municipal et de la commune, avec des photos, des compte-rendus de Conseils Municipaux, des services (tarifs, location de salles, droits et démarches, météo et même une traduction en langue étrangère). Un plan du site, bien fait, s’ouvre rapidement. C’est pas comme celui du Pays de Châteaubriant   qui met un temps fou à apparaître. La Com’Com’   du Castelbriantais, elle, n’a même pas de plan du site.

Les trois sites ont une excellente carte de leur commune, en relief et avec les points les plus importants - et un « annuaire » des acteurs économiques et sociaux, chacun ayant une fiche avec nom, adresse, téléphone, plan d’accès, voire formulaire de contact. Et, si lesélus ledésirent, un gestionnaire de réservation des salles et une infolettre (et pas une niouse-letteure !).

Des formations à Châteaubriant ont eu lieu à l’été 2010 et à l’été 2011. La prochaine est prévue à l’été 2012, portant surtout sur l’accessibilité.

 Le succès

Le succès de ces sites est au rendez-vous Par exemple, le site de La Chapelle Glain, a récolté 306 visiteurs uniques dès son premier mois d’existence (il a été mis en ligne le 7 décembre 2011). Il tourne actuellement à une moyenne de 15 visiteurs uniques par jour. Son succès ultérieur dépendra de la publication d’articles nouveaux.

Le site du Petit-Auverné, lancé le 9 juin 2011, que l’adjoint Jacques Gérard enrichit régulièrement, est très fréquenté. Dans cette commune de 433 habitants, il a accueilli, sur 7 mois, 3778 visiteurs qui ont examiné 44 155 pages ! Ce qui est le plus visité : les associations, l’histoire, la météo et les compte-rendus de Conseil Municipal ! De quoi encourager ceux qui ont compris qu’un site internet est une nouvelle forme de communication dont il faut tenir compte.
... à condition de ne pas faire n’importe quoi !

Coordonnées :
saint-julien-de-vouvantes
petit-auverne
la chapelle-glain
et mouais

Une adresse pour faire un site accessible - Adresse d’une graphiste

L’ordinateur des aveugles : 11 vidéos pour comprendre

D’autres indications :

Du matériel informatique pour personnes handicapées

Thunderbird pour les mal-voyants
Libre-Office pour les mal-voyants

Florilège des bonnes pratiques

Des jeunes malvoyants découvrent le désert

Une bibliothèque sonore à Châteaubriant
Le site internet du député Yves Daniel n’est pas accessible
Le site de la compagnie de gendarmerie, non plus