Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Humeur : le français tel qu’on le cause

Humeur : le français tel qu’on le cause

Ecrit le 8 janvier 2012

Notre cher ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, l’a déclaré le 12 octobre dernier : « il est tout à fait normal qu’un Français parle le français ». Un premier décret de la loi du 16 juin 2011 sur l’immigration stipule que « tout déclarant doit justifier d’une connaissance de la langue française caractérisée par la compréhension des points essentiels du langage nécessaire à la gestion de la vie quotidienne et aux situations de la vie courante ainsi que par la capacité à émettre un discours simple et cohérent sur des sujets familiers ».

Comme ce décret parle d’or ! Voici un exemple tiré du magazine Elle, un magazine de mode créé par les femmes pour les femmes : conseils beauté, mode femme, recettes de cuisine. Egalement des conseils en amour et sexualité .. bon chic, bon genre et langage recherché.

Intitulé « Tendance : black fashion power », cet article explique :

« Ces derniers temps, l’heure est au »black carpet« . (...) Les filles à afro s’appellent des »nappies« soit la contraction de »natural« et de »hippy« (...) Un savant dosage d’ethnique et de preppy la rend irrésistible (...) A leur insu elles sont donc peut-être en train de réinventer le »girl power« et d’envoyer bouler leurs mentors hip-hop, ceux qui avaient tant de mal à voir les filles autrement que comme des potiches en string et décolleté.(...) Pour la communauté afro, le vêtement est devenu une arme politique. (...) Dans l’Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear. (...) Mais si, en 2012, la »black-geoisie« a intégré tous les codes blancs, c’est toujours (...) avec une référence ethnique (un boubou en wax, un collier coquillage, une créole de rappeur ...) qui rappelle les racines.(...). Tout est toujours un peu exagéré. Le dress code Hamptons est +++, le vestiaire Ivy League est boosté. C’est souvent drôle mais jamais ridicule. Et ce sont de formidables leçons de style ! On n’a pas fini de s’inspirer de ce fashion black power »

O°O


Au delà de son écriture en bon français, l’article a scandalisé en France et jusqu’aux USA. Audrey Pulvar, la polémiste de « On n’est pas couché » évoque un article « dont la bêtise et l’inanité ne tarderont pas à servir de modèle du genre ’papier de merde’ dans les écoles de journalisme » en se demandant avec ironie : « des cohortes de noirs, femmes, et hommes (...) ont-ils attendu le couple Obama pour mettre au placard la ceinture de banane et les soutiens-gorge en noix de coco ? ». Elle s’interroge : « De quelles racines parle-t-on exactement pour des noirs présents depuis quatre siècles sur le continent nord-américain ? ». De nombreuses autres femmes protestent contre « les relents racistes » de l’article de Elle. Le buzz négatif enfle et pousse Elle à retirer le papier incriminé de son site internet et à présenter ses excuses.

« Les jeunes femmes noires ne sont pas ces sauvages enfin civilisées et éduquées ayant ’intégré tous les codes blancs’ comme vous nous l’expliquez à la manière d’un colon émancipateur », écrit pour sa part Patricia Ohanda, éditorialiste du site francophone afrosomething.com.

« Toujours la même histoire, les noirs ne peuvent qu’être une extension des blancs puisque seuls les blancs peuvent avoir la classe, c’est évident ! » écrit une lectrice de « Astuce-Beauté » en ajoutant : « Plus cliché et insultant c’est impossible même avec la meilleure volonté du monde ! »

Lire aussi :
– L’article intégral de Elle
– les commentaires d’Audray Pulvar


Ecrit le 22 février 2012

Il va y avoir un specatcle à Derval le 3 mars 2012. On nous annonce un ’road-movie"

Dis papa, c’est koi un road-movie ?
Ah mon fils, ta qu’a zyeuter le fly !
Dis papa, pourkoi qui speakent pas l’français ?