Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Proche orient, Israël, Palestine > Palestine : terre de Sumud

Palestine : terre de Sumud

Ecrit le 8 février 2012

 Makloubé

27 janvier 2012 : il y avait plein de choses à faire ce vendredi soir dans la région de Châteaubriant et pourtant la soirée « Terre de Sumud » a rassemblé 128 personnes autour d’un « makloubé » un plan palestinien cuit (longuement) avec des légumes, du poulet et du riz.

Le mot « makloubé » indique que le récipient de cuisson, est renversé sur le plat de service au moment de le déguster. Très bon et pas lourd du tout !
L’invitation était faite par le Comité Palestine Israël du Pays de Châteaubriant  .

« L’indifférence est l’asphyxie de l’âme, une mort certaine » cite Louis David, le Président. La soirée du 27 janvier avait pour buts :
– 1) la découverte (et vente) de l’artisanat palestinien (chaussures, jeans, savon, faïences décorées, etc)
– 2) la projection du film « Terre de Sumud ». Le mot Sumud, là-bas, désigne à la fois la Résistance et la Patience.

 Nous résistons pour exister

Monsieur Abu Srour, directeur du Centre Culturel du camp de réfugiés d’Aïda (à Bethléem), avait envoyé un message pour la circonstance : "La Résistance palestinienne continue contre l’occupation israélienne depuis plus de 63 ans, et avant cela contre le mandat britannique, et contre toutes les occupations précédentes. Malgré toutes ces années de résistance parfois armée, et la plupart du temps non-armée, nous ne désespérons pas de libérer notre pays un jour. Ce combat, nous le faisons pour revendiquer notre droit légitime à la liberté et à la dignité, comme tous les peuples libres et indépendants. Nous ne le faisons pas pour notre gloire personnelle. Nous ne le faisons pas pour que les autres nous admirent ou disent que c’est un bon combat, tout en restant dans les rangs des observateurs en attendant que les choses changent ...

Nous ne le faisons pas pour faire plaisir à quiconque. Nous résistons pour exister ... pour vivre ... pour être fiers devant nos enfants et vos enfants le jour où ils nous poseront la question : qu’est-ce que vous avez fait pour que les choses changent ?

Lorsque le vent souffle, les nains de l’histoire se vantent qu’ils ont créé l’histoire et que personne d’autre n’a le droit d’ajouter une ligne sur la page de l’histoire. Lorsque les rats de la politique se placent dans les rangs des lions pour cacher leur lâcheté et leur complicité avec cette hypocrisie, et faire avorter tous les efforts dignes de cette belle résistance, nous sommes encore debout, pour crier bien haut et agir sans relâche, pour que justice et droits soient respectés et non pas enterrés pour cacher notre impuissance.

Nous ne demandons pas la charité. Nous n’attendons les miettes sur les tables de personne. Nous sommes ce que nous sommes, libres malgré l’occupation, di-gnes malgré l’humiliation de vivre sous cette occupation, honnêtes malgré l’hypocrisie et les mensonges des gouvernements. Nous sommes des êtres humains revendiquant et défendant leur humanité malgré l’inhumanité de nos conditions de vie. Nous ne sommes pas des mercenaires travaillant pour le compte des diplomates ou politiques et donateurs.

Il est évident que nous allons continuer ce combat. Nous avons besoin de vous tous, vous qui êtes animés par cet amour pour les valeurs et les droits que nous partageons. Il est clair que nous avons besoin de tout le soutien et des engagements de tous les individus, groupes et associations, les peuples et les officiels non-corrompus de ces peuples qui partagent avec nous cette passion pour les valeurs humaines, à nos côtés, pour que nous soyons encore remplis par cet espoir nouveau, pour savoir que nous ne sommes pas oubliés, que notre résistance est respectée et encouragée, et que nous sommes les bâtisseurs de cet héritage pour toutes les générations à venir, afin que chaque jour qui vient soit beaucoup mieux que le jour qui s’en va…

Soyez avec nous dans ce combat… Venez nombreux en Palestine quand vous pouvez…. Ne soyez pas complaisants avec la politique israélienne d’isolement du peuple Palestinien…

Merci à ceux qui refusent de rester silencieux ; merci à tous ceux qui combattent le silence ; merci à tous ceux qui refusent que nous soyons enterrés vivants ; merci à tous ceux qui crient à voix haute leur humanité ; merci à vous tous de rester humains".

 Terre de Sumud

« Terre de Sumud » de Stéphane Valentin (sur une idée de Jean Marie Dansette) est un documentaire donnant la parole à de nombreux hommes d’affaires palestiniens. On voit les gens travailler, on comprend combien il est difficile de produire, vendre, exporter à travers les checkpoints, quand la matière première dépend du bon vouloir d’Israël, quand l’exportation dépend aussi du bon vouloir d’Israël : camions qu’il faut décharger aux checkpoints et recharger sur un camion israélien, containers bloqués en douane à Haïfa, délais souvent impossibles à tenir, et renchérissement des frais d’expédition. Savons, jeans, chaussures, faïences, ferronnerie, ces Palestiniens s’obstinent à demander de pouvoir vivre de leur travail.

En fin de soirée, Bernard Ravenel et Louis David ont évoqué la situation en Palestine. "La volonté israélienne est de nier la réalité palestinienne, de s’approprier l’histoire, de dénigrer les Palestiniens, de faire circuler de fausses informations sur la société palestinienne afin de créer le maximum de tensions, de repousser au maximum la constitution d’un Etat Palestinien. Israël ne respecte aucun de ses engagements internationaux.

La résistance non-violente des Palestiniens suscite la solidarité internationale, surtout au niveau des peuples. La demande de reconnaissance de l’Etat Palestinien à l’ONU a recueilli un large écho dans plus de 120 pays«  »Nous devons préparer des élections libres" disent les Palestiniens en affirmant que la solution passe par l’acceptation des frontières de 1967, obtenue par la voie diplomatique.

(ndlr : il ne faudra pas non plus nier le « droit au retour », un droit reconnu par l’ONU et qui fait référence à l’expulsion des Palestiniens en 1948. Il faudra prévoir une indemnisation pour tous ceux qui ne pourront pas bénéficier de ce droit, compte-tenu de la réalité d’aujourd’hui).

 Et l’arme nucléaire ?

Bernard Ravenel a rappelé qu’Israël possède la bombe atomique depuis plus de 40 ans et prépare méthodiquement contre l’Iran une attaque nucléaire dans l’attente d’une possible décision politique en ce sens. Une « attaque défensive » bien sûr.

Malgré les résolutions répétées par lesquelles l’Assemblée générale des Nations unies a confirmé « sa condamnation du refus d’Israël de renoncer à la possession des armes nucléaires », l’arsenal nucléaire israélien, toujours plus déstabilisant et dangereux, continue à être « ignoré » par les gouvernements des « grandes démocraties occidentales » et bien sûr par les opinions publiques mondiales.