Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant - après 2003 > Déchets ménagers, SMPC, SMICTOM, SICTOM > Publicité - Casseurs de pub

Publicité - Casseurs de pub


Ecrit le 9 novembre 2005

 La publicité nuit gravement à votre santé

 40 kg par an

Chaque année, est distribué par La Poste, ou par des privés, un million de tonnes de courrier non adressé. Les boîtes aux lettres se trouvent souvent remplies par des prospectus, des publicités, ou des journaux gratuits. Ces courriers non adressés correspondent en moyenne chaque année à 40 kg par foyer.

Les publicités des grandes surfaces représentent 58 % de ces quantités, les journaux gratuits 18 %, le commerce local 14 %, le reste (10 %) correspond aux services et aux publications des collectivités locales.

Le coût de la collecte et du traitement de ces courriers non adressés est à la charge des collectivités locales et donc du contribuable. Pour une ville de 100 000 habitants le traitement représente une dépense supplémentaire de 250 000 € par an.

 La prévention des déchets est l’affaire de tous

Chaque citoyen peut, par des actions concrètes et simples, œuvrer au quotidien pour limiter la croissance constante des déchets que nous produisons. C’est un enjeu majeur de la protection de notre environnement, pour les années à venir.

La question des imprimés publicitaires et des journaux gratuits non adressés est un exemple, parmi bien d’autres, de ce qui peut être fait dans ce sens. Pour ceux qui ne lisent pas les imprimés non adressés et désirent ne plus les recevoir dans leur boîte, une solution simple existe en apposant sur la boîte aux lettres un autocollant signifiant leur refus de recevoir des imprimés publicitaires et des journaux gratuits sans adresses. En principe, les publications des collectivités locales ne devraient pas être concernées.

 Moins de prospectus dans sa boîte aux lettres, c’est possible

L’autocollant « Merci d’épargner ma boîte aux lettres ! » est une initiative   du ministère de l’Écologie et du Développement durable. D’autres autocollants ayant la même signification existent également, proposés par certaines collectivités locales, une partie des enseignes de la grande distribution ou des associations.

Un geste simple qui permet de limiter les quantités de déchets à gérer. Un acte de prévention qui ne demande qu’à être accompagné d’autres actions pour jeter moins.

Trois millions d’autocollants ont été diffusés en 2004. Le relais a été passé aux collectivités locales par le ministère de l’Écologie et du Développement durable. Elles peuvent à la demande l’imprimer et le diffuser à leur tour.

Et si ça ne marche pas ? http://www.ademe.fr/stoppub/

L’ADEME édite un FORMULAIRE DE DECLARATION DE NON RESPECT DES AUTOCOLLANTS qu’on peut trouver sur son site internet.

 STOPUB

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a présenté le 19 octobre dernier les résultats d’une étude destinée à mesurer la réaction des Français suite à l’opération « Stopub » lancée par le Ministère de l’écologie au printemps 2004.

Cette étude se base sur une enquête téléphonique auprès de 3202 personnes.. il s’avère que :

– 9000 collectivités locales, représentant 30 millions de personnes, soit la moitié de la population, ont passé commande de l’autocollant auprès du Ministère. (Pas Châteaubriant)

– d’une ville à l’autre, le taux d’apposition varie entre 1 % et plus de 15 %.

– Ce sont les collectivités qui ont transmis la vignette à leurs administrés qui recueillent le taux de participation le plus élevé. Ainsi, à Paris, où la vignette a été distribuée, entre autres via le journal municipal, le taux est de 15,9 %. Le pourcentage est de 8,8 % dans celles qui n’ont distribué l’autocollant que sur demande des particuliers.

– 70 % des personnes ayant apposé l’autocollant se disent satisfaites mais dans certaines villes ce taux descend à 40 % du fait de l’efficacité partielle de l’autocollant (qui n’a, rappelons-le, aucune valeur contraignante).

Du côté du Ministère, on promet une nouvelle impression d’un million d’autocollants. Mais faut-il s’en contenter ?
Les collectifs « anti-pub » réclament :

– l’adoption d’une loi garantissant le respect des autocollants antipublicitaires comme c’est déjà le cas au Portugal, en Allemagne, à Bruxelles...
– la mise en place d’une taxe obligatoire pour les distributeurs, leur faisant supporter le coût réel du traitement des prospectus publicitaires

Déversement des publicités
reçues dans votre boîte aux lettres

à Nantes,
cours des 50 Otages
le samedi 10 décembre 2005 entre 14h30 et 17h

Qu’on se le dise ! (merci de faire circuler cette information)

Il reste un mois et demi pour stocker vos prospectus et faire de cette action antipublicitaire et écologiste
une réussite !

 Journée sans achat : casseurs de pub

Pour ceux qui voudraient aller encore plus loin, les casseurs de pub (www.casseursdepub.net/) s’associent à une journée internationale sans achat. Voici des extraits du texte que vous trouverez sur internet.

La société de consommation est aveugle,
il n’y a pas de croissance infinie possible
sur une planète dont les ressources sont limitées.
Nous risquons d’avoir épuisé la majeure partie des ressources de la Terre avant 2050. L’extraction du pétrole entre aujourd’hui en déclin. Les pollutions déséquilibrent le climat, et la biodiversité s’effondre.

La société de consommation engendre un pillage : 20 % de la population de la planète, les pays riches, consomment plus de 80 % des ressources planétaires.

Notre niveau de consommation a un coût :
l’esclavage économique de populations entières. (...)

Lulu Topie