Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Départemental > Conseil Général : commission permanente de février 2012

Loire-Atlantique

Conseil Général : commission permanente de février 2012

Ecrit le 21 mars 2012

 Commission permanente du 2 février 2012

Juigné : la commune projette la construction d’un restaurant scolaire, 180 000 €.
Le CG accordera 36 203 € de subvention.

Louisfert : dans le cadre du contrat de territoire, Louisfert recevra 106 323 € pour la
construction de sa bibliothèque d’un coût
total de 212 647 €

Apprentis : un jeune homme de Rougé
prépare un bac Pro Cuisine. Il recevra une
prime de 760 €. Un jeune homme de Treffieux prépare un brevet professionnel de
responsable d’exploitation agricole. Il recevra une prime de 1065 €. Pour une
jeune fille de Châteaubriant en BP   Coiffure, la prime sera de 1220 €. Pour un
jeune homme de BP   Métallier ce sera 760
€. Pour une jeune fille en CAP restaurant,
la prime sera de 610 €. Le montant des
primes est fonction du quotient familial.

Amélioration de l’habitat privé : des aides
sont attribuées à des personnes du Petit-Auverné, Louisfert, Châteaubriant, Erbray,
St Vincent des Landes, Derval.

Animations : pour son opération de découverte d’illustrateurs, la Com’Com’   du Castelbriantais recevra 4000 € sur une dépense totale de 8650 €.

Essouchage  : un appel d’offres est lancé
pour des travaux d’élagage, abattage, essouchage sur les espaces naturels du CG
dans la région de Châteaubriant. Montant
du marché 17 000 € HT  .

 Promoplast

La société castelbriantaise de Plastique,
créée en 2003 lors de la reprise de Promoplast, envisageait la construction d’un
nouveau bâtiment de 1273 m2 pour un
coût de 662 000 €. Elle comptait créer 2
emplois en CDI sous 3 ans, dont un aurait
pu être occupé par une personne issue
des publics prioritaires. Le Conseil Général lui avait accordé une « aide à la
pierre » de 66 018 € avec un complément de 10 000 € ou 15 000 € pour
l’embauche de cette personne issue des
publics prioritaires. Mais l’entreprise n’a
pas donné suite à son projet. Le CG annule donc l’aide accordée en décembre
2009.

 Agriculteurs

Des aides à l’installation sont attribuées à
des agriculteurs de La Grigonnais, et Châteaubriant. Un agriculteur de Derval a un
projet d’irrigation (retenue d’eau de 27 500
m3) , dans le cadre de la substitution à un
prélèvement direct dans la Chère en période estivale, pour des cultures de fourrage destiné à alimenter son troupeau.
L’investissement pourrait être de 49 649 €
et le CG accorde 19 860 €

 Aide à la société Kuhn Huard

La société Kuhn-Huard compte actuellement 339 salariés en contrat à durée indéterminée et a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 83,9 Millions d’euros. Elle est leader sur son marché (matériels agri coles) et réalise 70 % de son activité à
l’export, notamment vers les Pays de l’Est.
Sa situation économique en 2011 a été
bonne. Elle a versé à ses salariés une
participation équivalent à un mois de salaire en 2010, et à un mois et demi en
2011.

Pour permettre la poursuite de sa croissance et assurer la pérennité du site castelbriantais, l’entreprise va construire un
bâtiment de 2200 m2, pour un coût de
1 300 000 €, pour augmenter ses capacités de production en « débitage » et mécano-soudure.

Le Conseil Général accepte de verser une
subvention de 99 750 €, la société Kuhn-Huard emprunterait donc 1 200 250 € et
s’engagerait à embaucher 10 personnes
dont 3 issues des publics prioritaires. Pour
ces trois personnes le CG versera, en
plus, 45 000 euros s’il s’agit d’allocataires
du RSA  , ou 30 000 euros s’il s’agit
d’autres publics prioritaires.

Selon la CGT de l’entreprise, Kuhn-
Huard se porte bien (malgré certains
contrats dont la livraison a été retardée
par le client), grâce à une industrie du
machinisme agricole en hausse de
+15%, et à des prix de vente de céréales
bien positionnés qui permettent aux agriculteurs d’investir dans du nouveau matériel. Aujourd’hui les investissements réalisés
et en cours permettent à l’entreprise de
répondre à la demande forte des commandes.

Seuls points négatifs :
– l’emploi, la CGT revendique
l’embauche d’une cinquantaine
de personnes actuellement en
emploi précaire, qui ne mettront
pas l’entreprise en difficulté
– et aussi il faut que la société
réponde sur les revendications
salariales (plus de pouvoir
d’achat c’est bon aussi sur
l’économie du Castelbriantais) ,

 Une aide du CG à KUHN HUARD ! :

Qu’une entreprise dont la santé est florissante, qui fait partie d’un groupe dont
la maison mère se porte à merveille et
dont le propriétaire suisse engrange de
confortables dividendes tous les ans,
puisse bénéficier de l’aide des contribuables de Loire Atlantique : on croit rêver ! En plus, les salariés ne profitent
pas de la réussite de leur entreprise à la
mesure de leur travail et des résultats.

Emploi : 10 978 € sont accordés à l’association ACPM   pour des activités de réhabilitation de sites Espaces Naturels Sensibles.

 Accès santé-jeunes

Ce dispositif s’adresse à des jeunes de
16-24 ans en situation d’apprentissage, en
phase d’insertion professionnelle ou stagiaires de la formation professionnelle, bénéficiant de ressources inférieures à 80 %
du SMIC et ne pouvant prétendre à la
CMU complémentaire. Il permet à ces
jeunes d’accéder à une garantie mutuelle.
La cotisation est acquittée à 50 % par le
jeune concerné, le reste étant partagé
entre le Conseil Général et Harmonie Mutualité. Le coût pour le Conseil Général est
de 20 000 €.

300 jeunes du Département bénéficient
chaque année de ce dispositif. L’aide sera
cumulable en 2012 avec les nouvelles dispositions de la Région permettant ainsi
aux jeunes en situation précaire de réduire
encore leurs frais de souscription à la mutuelle.

 Jeunes en errance

La mission locale de St Nazaire s’inquiète
des jeunes en errance, sans hébergement
ou en hébergement précaire, et des
jeunes en grand risque de rupture de lien
social. Le nombre de ces jeunes est en
augmentation continue et il est nécessaire
de leur répondre autrement que par des
aides financières d’urgence, pour stopper
dès que possible le processus d’exclusion.
C’est pourquoi la mission locale leur propose un travail immédiat, pour établir ou
rétablir un lien d’échange et amener progressivement ces jeunes vers une stabilité
sociale ... encore faut-il trouver du travail !

 Familles monoparentales

Dans les familles monoparentales,
l’éducation d’un ou plusieurs enfants
rend difficile l’engagement dans un emploi ou une formation. Ces difficultés limitent la grande part de la vie sociale
aux enfants et à quelques institutions
(caisse d’allocations familiales, protection maternelle et infantile, école). De
plus ce phénomène provoque un éloignement de la sphère économique.
Dans les quartiers Nord de Nantes, s’est
constitué un réseau d’assistantes maternelles volontaires qui réservent une
place de leur agrément à ces familles,
afin de pouvoir accueillir les enfants sur
des horaires décalés, à temps partiel ou
pour des temps courts