Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Présidentielles > Présidentielles 2012 > Présidentielles 2012 : préparer le second tour

Présidentielles 2012 : préparer le second tour

Ecrit le 23 avril 2012

 Faire gagner la Gauche

Avec Hollande tout ne sera pas rose
Avec Sarkozy, il y a tout à perdre.

François Hollande a fait un bon score au premier tour. On peut espérer, maintenant, qu’il va emporter le second tour, même si, c’est certain, une partie des voix d’ex-trême-gauche se réfugieront dans l’abstention. Avec François Hollande, et les socialistes en général, les déceptions seront fortes, mais l’expérience Sarkozy nous a appris qu’il vaut mieux une social-démocratie qu’une copinocratie !

François Hollande et Nicolas Sarkozy s’opposent point par point.

Sur le pouvoir d’achat. Nicolas Sarkozy remettrait en cause le Smic. François Hollande bloquerait pendant trois mois le prix de l’essence, augmenterait de 25 % l’allocation de rentrée scolaire, augmenterait le Smic dès juillet et ouvrirait une grande négociation salariale.

Sur les retraites. Nicolas Sarkozy aggraverait sa « réforme » de 2010 pour complaire au Medef. François Hollande revien-
drait à la retraite à 60 ans pour tous ceux qui ont cotisé 41 ans.

Sur l’emploi. François Hollande créerait 150 000 emplois d’avenir et créerait 60 000 emplois dans l’Education nationale. Il mettrait fin à la politique de révision générale des politiques publiques (RGPP) de Nicolas Sarkozy.

Sur la jeunesse. François Hollande créerait une allocation d’autonomie pour les jeunes de moins de 25 ans. Sarkozy les laisserait aux mains des banques pour financer leurs études.

Sur la fiscalité. Nicolas Sarkozy augmenterait la TVA de 1,6 point. François Hollande abrogerait cette augmentation de la TVA, créerait deux tranches supplémentaires d’impôt sur le revenu : une à 45 %, l’autre à 75 % pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros par an.

Sur l’Union européenne. Nicolas Sarkozy nous imposerait le traité Merkozy qui nous enfoncerait dans la récession et le chômage. François Hollande exigerait la renégociation de ce traité.

La réélection de N.Sarkozy serait une catastrophe

Imaginez un seul instant la hargne et l’esprit de revanche accumulés par le candidat-président. Il n’a tenu aucune des promesses qu’il avait faites en 2007. Son « travailler plus pour gagner plus » s’est traduit par « travailler plus pour gagner moins » et un million de personnes supplémentaires se sont retrouvées au chômage. Imaginez ce qu’il adviendrait s’il était réélu, alors qu’il lui serait impossible de postuler à un troisième mandat et qu’il ne connaîtrait plus aucune retenue.

Pendant cinq ans, les cadeaux au patronat, à la Finance, aux ménages les plus aisés continueraient de pleuvoir. Il porterait les coups les plus durs contre l’assurance-maladie, les retraites, les allocations familiales, le droit du travail, le droit de grève, les syndicats, les services publics, les chômeurs, les immigrés rendus responsables de tous les maux.

Sous prétexte de réduire la dette publique, il diminuerait les dépenses publiques et sociales, augmenterait (c’est déjà voté) la TVA, s’attaquerait au Smic, à l’enseignement, à l’emploi public. Pour complaire à la Finance, il nous plongerait dans une profonde récession et un chômage toujours plus massif, comme aujourd’hui en Grèce, en Espagne, au Portugal ou en Irlande.


Ecrit le 23 avril 2012

 Le 6 mai … chassez N. Sarkozy !

Dans un communiqué, Jacques Auxiette, Président de la Région, déclare : "Pour le deuxième tour, l’élection n’est pas jouée. Le score du Front National reste très préoccupant. Les quinze prochains jours seront déterminants. J’appelle tous les élec-
teurs et électrices qui ont envie d’une autre politique, tous les républicains attachés à une autre manière de gouverner la France, à rejoindre François HOLLANDE, à se mobiliser pour que cette victoire tant attendue devienne réalité. »

Car, en effet, le total « gauche », est à peine suffisant. Si N.Sarkozy droitise encore sa campagne, s’il continue à multiplier les promesses les plus démagogiques, il peut l’emporter au second tour. Nous avons encore 15 jours pour gagner, pour redonner à notre pays les valeurs de liberté, de solidarité, de partage des richesses qu’il n’aurait jamais dû perdre.

La responsabilité de chacun est écrasante : « le choix est simple : continuer une politique qui a échoué avec un sortant qui a divisé, ou aller vers le redressement de la France dans la justice avec un candidat qui rassemblera » dit F.Hollande.


Ecrit le 23 avril 2012

 Drame de l’Euro ! Merkozy s’est suicidé

En 2007 le candidat Sarkozy Nicolas disait : « On ne peut pas continuer avec l’autisme d’un certain nombre de banquiers qui ne comprennent pas que la priorité, ce n’est pas la lutte contre une inflation qui n’existe pas, c’est la lutte pour plus de croissance, pour plus d’emploi et pour moins de chômage » mais, par la suite, il n’a jamais mis en cause les principes fondateurs de la BCE (Banque Centrale Européenne). En février dernier a été adopté le « Merkozy » (contraction des noms d’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy), infligeant l’austérité à toute l’Europe et nous plongeant dangereusement dans la récession. Mais ce traité n’a as été ratifié puisqu’il ne rallie pas la majorité dans plusieurs pays européens.

C’est ce traité non signé, (donc non applicable) que F.Hollande veut renégocier. Horreur ! crie la Droite, jusqu’à ce que N.Sarkozy, donné battu dans tous les sondages, tente le coup pour le coup et se mette à critiquer le rôle de la BCE ! Il brise ainsi le pacte du silence scellé avec Angela Merkel lors du sommet de Strasbourg du 24 novembre 2011 selon lequel il fallait ne jamais évoquer la banque centrale européenne, mais la laisser faire, avec l’espoir qu’elle pourrait sauver l’euro !

Une fois de plus le président-candidat se montre comme un candidat-caméléon pour qui l’essentiel est sa réélection, coûte que coûte ! Comme dit un lecteur : « la campagne électorale de N.Sarkozy est la mise en évidence caricaturale d’un quinquennat sans vision, sans direction, au jour le jour, de bric et de broc, de zig et de zag, d’aller tonitruant et retour revanchard, de petits coups politiques en gesticulations, de com’ à outrance, de clivages en boucs émissaires, de dépenses somptuaires en coupes sociales à l’aveugle. Un bilan global catastrophique ! »


Ecrit le 23 avril 2012

 Réponses

  • 1 ► Amnesty International a invité les candidats à la présidentielle à répondre par écrit à son appel pour un meilleur respect des droits humains en France. Seuls Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy ont refusé de répondre : les droits de l’homme doivent être sans intérêt pour eux …
  • 2 ► Seuls trois candidats à la Présidentielle signent le Pacte 2012 de l’Apajh

François Bayrou (Modem), François Hollande (PS) et Eva Joly (Europe Écologie les Verts). Ce sont les trois seuls candidats à l’élection présidentielle à avoir répondu, à la date du 18 avril, au Pacte Handicap 2012 de l’Apajh. Composé de dix engagements, ce Pacte, soumis aux candidats depuis le 28 février, vise « à reconstruire le consensus républicain qui avait prévalu au moment de l’adoption de la loi du 11 février 2005 ». À moins d’une semaine du premier tour, la Fédération fait le constat que le handicap est, « une fois de plus, laissé dans l’ombre de la campagne ».

L’Apajh indique par ailleurs, que si les trois candidats vont dans le sens de la plupart des mesures proposées, seule Eva Joly envisage de mettre en place le Revenu universel d’existence, après l’avoir expérimenté. Les réponses de François Bayrou, François Hollande et Éva Joly sont consultables sur le site internet de l’Apajh.

  • 3 ► François Hollande n’a pas répondu au courrier de l’association qui milite pour la remise en cause de la déclaration d’utilité publique de l’aéroport de Notre Dame des Landes.

-* 4 ► Logement

En France, aujourd’hui, 10 millions de personnes souffrent, de près ou de loin, de la crise du logement. En France, aujourd’hui, une majorité de familles est tenue au quotidien de faire des sacrifices sur l’essentiel (santé, alimentation, éducation des enfants...) pour accéder ou se maintenir dans un logement. Cette situation est absurde, elle est inadmissible. Pour celles et ceux qui s’apprêtent à diriger le pays, elle doit être intolérable ! Six candidats à la présidentielle (Eva Joly, Jacques Cheminade, François Bayrou, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou) ont signé le « Contrat social pour une nouvelle politique du Logement », rédigé par la Fondation Abbé Pierre. Ce Contrat social prévoit notamment de produire environ 500.000 logements par an, dont au moins 150.000 logements sociaux, de « réguler les prix et maîtriser le coût du logement », une « politique de prévention des expulsions » et que soient imposés aux communes 25% de logements sociaux (20% actuellement).

Nicolas Sarkozy, lui, n’a pas signé.


 Le débat du 2 mai : Hollande-Sarkozy