Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Grève de la faim pour Notre Dame des Landes

Grève de la faim pour Notre Dame des Landes

Ecrit le 25 avril 2012

 Grève de la faim depuis le 11 avril

L’élue Françoise Verchère a rejoint les deux paysans, Michel Tarin et Marcel Thébault, en grève de la faim pour l’abrogation de la déclaration d’utilité publique.

Mais à Nantes, Jean-Marc Ayrault se tait. Jacques Auxiette, président de la Région et Philippe Grosvallet, président du département, se taisent aussi. Et à Paris, François Hollande n’a pas répondu au courrier du comité de soutien. Verra-t-on un gouvernement de gauche envoyer les CRS expulser les paysans ? Depuis le 28 février 2009, le mouvement ATTAC a rejoint la coordination des opposants à Notre Dame des Landes et prépare le Forum Social Européen contre les grands travaux inutiles et nuisibles du 7 au 11 juillet prochain sur le site de Notre Dame des Landes. Rappelant qu’ATTAC s’est créé pour lutter contre la dictature des marchés financiers, Geneviève Coiffard-Grosdoy dit combien la question de la spéculation sur les terres agricoles et le refus du déni de démocratie ont pesé dans le choix d’ATTAC. « L’humain ou le profit », c’est aujourd’hui la question qui est posée à Notre Dame des Landes.


Ecrit le 2 mai 2012

Vendredi 27 avril, c’est le 17e jour de grève de la faim.

 Le mouvement s’intensifie !

JPEG - 28.5 ko
Marcel Thébault, Michel Tarin, Marie Chiron

Marcel Thébault a annoncé son retrait « avec tristesse », des alertes santé se manifestant et l’inquiétude de ses enfants grandissant. Chacun salue son courage avec émotion. Le relais est pris par Marie Chiron, retraitée du Finistère, fille et soeur d’agriculteur ; la dimension régionale du mouvement est ainsi atteinte.

Gilles Denigot remplace désormais Françoise Verchère et Séverine Durand, paysanne boulangère est venue rejoindre le groupe qui compte ainsi 4 grévistes.

Une délégation s’est rendue à Paris. Elle commente :

Lors de la rencontre au QG de Nicolas Sarkozy avec la directrice de cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet (après fouille et contrôles) la délégation s’est vue opposer une fin de non-recevoir. Le candidat s’est pourtant déclaré soucieux des « gens qui souffrent » et des « ruraux qui ne veulent pas mourir »....

 
Au QG de François Hollande, plus de convivialité et même des discussions intéressantes avec Marc Mancel (l’un des organisateurs de la campagne), Stéphane Le Foll (député européen en charge des questions agricoles) et François Hollande lui-même qui s’est tout de suite déclaré inquiet de la santé des grévistes de la faim, a dit connaître le dossier et s’est même dit prêt à nous recevoir lors de sa venue à Nantes le 3 mai. Une lettre signée de François Hollande devait être remise à la délégation : nous l’attendons toujours ! Stéphane Le Foll, après une conversation téléphonique avec Jean Marc Ayrault, a brusquement changé d’avis et depuis il semble bien que la visite de François Hollande à Nantes soit annulée ! La délégation montée à Paris espère pourtant avoir semé encore un peu plus le doute dans l’esprit de certains décideurs politiques !

 
Le Comité de soutien aux grévistes dénonce :
–  les mensonges que le maire de Nantes continue de répandre dans son entourage, tant sur la sécurité des Nantais que sur les recours juridiques non encore jugés ou sur l’attitude des exploitants et propriétaires au cœur des expropriations qui seraient, selon lui, tous prêts à vendre leurs lieux de vie à Vinci !
– la main mise totale du maire de Nantes sur le sujet du projet d’aéroport. Déjà, en 2007, Ségolène Royal avait voulu ouvrir le dialogue avec nous les opposants, en nous proposant une rencontre qui fut très vite annulée suite à son entrevue avec Jean Marc Ayrault.

C’est bien pour dénoncer ce refus du dialogue et cette main mise que 200 personnes et une petite dizaine de tracteurs ont voulu « encadrer » le meeting le jeudi 26 en début de soirée aux Dervallières, de manière pacifique ; encore une fois, le maire de Nantes a préféré rebrousser chemin plutôt que de venir à la rencontre des opposants.

De leur côté, les Collectifs des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’aéroport (COPAIN) continuent de se structurer : après leur implantation dans plusieurs départements, un collectif vient de naître en Région Pays de la Loire avec la Confédération Paysanne régionale, la coordination agrobiologique des Pays de la Loire et la Fédération régionale des CIVAM. Pour eux qui sont engagés depuis de nombreuses années dans l’accompagnement de projets contribuant à un développement local et durable des territoires, le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, de par ses objectifs et son implantation, est en contradiction totale avec les objectifs poursuivis par leurs structures. 


Ecrit le 2 mai 2012

 Notre Dame des HOLLandes

Ils « prient » (1) ou sont « touchés »(2). Invoqueront-ils dans quelques années Notre Dame des HOLLandes lorsque, devant le tribunal international de l’environnement, ils voudront se repentir du saccage de 2000 hectares de terres nourricières alors qu’il y aura eu la décroissance du trafic aérien causée par le renchérissement drastique du coût du pétrole notamment dû à la raréfaction de l’or noir.

Ils croient encore que la croissance (3) va ressusciter dans un monde aux ressources naturelles finies. La grève de la faim de militant-es anti aéroport à NDDL est une réaction à la « grève de la raison »http://www.ouest-france.fr/actu/act... de Jean-Marc Ayrault (premier ministrable) et autres socialistes

Il est temps de sortir de la déraison et de « regarder plus loin » pour construire ensemble un monde démocratique, solidaire et où il sera, je l’espère, encore possible de « bien-vivre » tout simplement.

Thierry Brulavoine
Co-fondateur de collectif d’élu-es doutant de la pertinence du projet d’aéroport


Suivez la grève au jour le jour

Notre Dame des Landes : au cœur de la lutte

Grève de la faim avril 2012

Notre Dame des Landes : 22e jour de grève de la faim. Robert Chiron, 71 ans, rejoint les grévistes.C’est le sixième gréviste de la faim. Un nouveau Larzac sous les pieds de Jean Marc Ayrault.


Info du 30 avril 2012 :

 20e jour de grève de la faim

Suite de la grève de la faim :

Au 20e jour du mouvement de grève de la faim, les grévistes, malgré les nombreux kilos perdus et la dureté de la situation quotidienne, gardent leur motivation intacte. Sandrine Le Luel, éleveuse de moutons en Centre Bretagne, entre en grève de la faim à son tour pour l’accompagnement de la lutte et contre le « coup de poignard dans le dos » que représente ce projet d’aéroport. L’élargissement de la lutte se confirme.

Réaction à l’article de Ouest France de ce jour

Concernant la position de François Hollande affichée dans le journal Ouest France de ce jour, le comité de soutien aux grévistes de la faim prend acte du fait que le candidat à l’élection présidentielle connaît maintenant un peu mieux le dossier et ceci grâce au déplacement de la délégation montée à Paris le jeudi 26 avril dernier qui a pu discuter avec lui dans la rue. Une lettre lui est envoyée ce jour pour lui demander confirmation et précisions.

Action du 3 mai

Le monde paysan souhaite renouveler son soutien aux grévistes et maintenir la pression auprès des décideurs politiques en organisant une manifestation le jeudi 3 mai sur Nantes ; le point de rassemblement est fixé à 13H sur le lieu de la grève de la faim, en bas de la rue Jean Jacques Rousseau.

Recours sur le cahier des charges

Le comité de soutien met l’accent cette semaine sur l’ensemble des procédures juridiques souvent complexes et visiblement encore méconnues. Ainsi les recours sur le décret en date du 29 décembre 2010 qui a approuvé le contrat de concession et le cahier des charges (et, par conséquent, qui a pris acte du montage financier du projet d’aéroport) menés par 3 requérants ont été présentés.

Sont notamment contestés, d’une part, l’équilibre financier de la délégation de service public attribuée à AGO ; et, d’autre part, les aides publiques de l’Etat (135 millions d’euros) et des collectivités territoriales (115 millions d’euros) qui ne sont pas conformes au droit de l’Union européenne.

Contacts presse comité de soutien : Cyril Bouligand : 06 21 04 76 84 ; Philippe Champigny : 06 78 73 68 65 ; Julien Durand : 06 33 51 01 25


 Les génisses avec les grévistes

Symboliquement, le Square Daviais a accueilli une quinzaine de génisses qui devaient rester pendant plusieurs jours afin de sensibiliser les Nantais sur la disparition des paysans de Notre Dame des Landes. Tout était prévu pour assurer la sécurité des animaux et des passants. Cependant le Préfet en a jugé autrement et 9 fourgons de CRS accompagnés de trois bétaillères réquisitionnées sont venus les évacuer en début de soirée, avec menace de les piquer en cas de refus.

La presse, présente, a couvert l’évacuation

L’évacuation des génisses :


 Manifestation du 3 mai 2012

Une manifestation de soutien aux six militants actuellement en grève de la faim a débuté à 13h, au square Daviais, à Nantes. Près de 200 tracteurs se sont rassemblés autour de la tente des grévistes, près d’un millier de personnes étaient présentes. Après l’intervention de François Hollande, sur France Inter, les grévistes gardent espoir.

Lire l’article du Télégramme

Lire l’article de Ouest-France


 Lettre ouverte du 4 mai 2012

Comité de soutien aux grévistes de la faim, Secrétariat par l’ACIPA - BP   5 – 44130 Notre Dame des Landes, Tél : 06 33 51 01 25 ou 06 21 04 76 84

à Messieurs Ayrault, Auxiettte et Grosvalet

OBJET : Projet d’aéroport à Notre Dame des Landes : lettre ouverte en réponse à votre lettre de ce jour

Messieurs les Présidents,

Nous venons de recevoir votre courrier. Notre déception est grande.

En effet, alors que François Hollande avait fait un premier pas - certes encore insuffisant - en s’engageant à ce que « les agriculteurs puissent continuer à assurer l’exploitation de leurs terrains (...) pendant tout le temps où il y a encore des recours » et que vous dites l’approuver, vous réduisez votre proposition aux seuls recours concernant l’expropriation ; pire, vous ne parlez que de onze exploitants, sans prendre en compte l’ensemble des propriétaires, des habitants et des paysans qui travaillent et habitent sur la zone de la DUP.

Or nous vous rappelons que les grévistes de la faim en lutte depuis maintenant 24 jours, et leurs soutiens associatifs, demandent la suspension de toutes les expropriations et expulsions jusqu’à la fin de tous les recours.

Vous comprendrez bien que votre lettre ne peut donc mettre fin à notre mouvement et qu’il n’est plus possible d’échanger par courrier et presse interposés. Il est urgent désormais que vous acceptiez un véritable dialogue ; Nous sommes évidemment prêts à discuter des conditions matérielles d’une rencontre, et de l’éventuelle présence d’un ou plusieurs médiateurs. Vous pouvez appeler l’un ou l’autre des numéros de téléphone ci-dessus.

Dans cette attente, nous vous assurons, Messieurs les Présidents, de notre totale détermination.

Le comité de soutien

Copie à François Hollande

La Ligue des Droits de l’homme salue avec respect le courage et la volonté de ces hommes et de ces femmes, qui mettent en œuvre, de toutes leurs forces, leur engagement.

Au regard de son champ d’interventions, la LDH n’a pas pris position sur la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes.

Le fait que des personnes en arrivent à choisir la grève de la faim comme mode d’action indique souvent un sentiment de ne pas être écouté et de ne pas voir ses arguments pris en compte. Il faudrait pouvoir trouver une issue à cette situation. La Ligue des droits de l’Homme invite instamment les parties intéressées au dialogue sur les différents points de vue et questions posées.

Blog paroles de campagne

Communiqué des pilotes de ligne

Télécharger le document : Article de Télérama , format pdf de 1 Méga octets
Télécharger le document : Réponse de Philippe Grosvalet à Télérama , format pdf de 396.6 kilo octets

Des vidéos

Article de Médiapart


 7 mai 2012 : 27e jour

Au 27e jour du mouvement de grève de la faim, les grévistes reconnaissent que la fatigue devient difficile à gérer. Ils se félicitent du changement à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy ayant opposé une fin de non-recevoir claire et nette à la délégation venue lui remettre une lettre le jeudi 26 avril dernier.

Concernant le nouveau Président de la République, il lui revient la responsabilité de créer au plus vite les conditions d’un vrai dialogue.

Point juridique

Un juriste a détaillé le recours sur le refus du Premier Ministre d’abroger la DUP, recours qui s’appuie sur de nombreuses circonstances de fait et de droit, à commencer par l’article 1er de la loi Grenelle 1 qui prévoit que toutes les décisions publiques ayant un impact sur l’environnement doivent être précédées d’études approfondies d’alternatives possibles.

Comme l’a dit Gilles Denigot, lors du point presse :« Attendre que la Justice passe honore un homme politique ».


 8 mai 2012 : accord !

Notre-Dame-des-Landes : la grève de la faim contre l’aéroport est terminée

JPEG - 138.1 ko

Un accord est survenu entre les représentants des collectivités locales (conseil régional, conseil général et Nantes métropole) et les grévistes de la faim. Ces deniers ont donc décidé d’interrompre dès ce soir le mouvement qui avait été entamé il y a maintenant 28 jours. Le camp, situé square Jean-Baptiste-Daviais, à Nantes sera levé dans la soirée.

L’accord précise qu’aucune expulsion d’agriculteurs et d’habitants n’aura lieu dans la zone de Déclaration d’utilité publique (DUP) du futur aéroport de Notre-Dame des Landes, tant que les recours ou pourvois déposés avant le 4 mai n’auront pas été épuisés.

Communiqués :


Ecrit le 16 mai 2012

Tribunal

Opposants à l’aéroport : refus de la criminalisation, appel à participer au rassemblement de soutien à 5 inculpé-es, mercredi 16 mai 2012 à partir de midi, Place du Cirque à Nantes et à partir de 14 heures devant le Tribunal - 06 71 00 73 69


Ecrit le 24 mai 2012

 Débats le 29 mai et le 5 juin

Les 28 jours de grèves de la faim des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous ont interpellés et nous ne pouvons que nous réjouir des avancées obtenues après de longues négociations avec les représentants des trois collectivités territoriales et du Parti Socialiste.

Aussi, afin de faire le point sur le dossier et envisager l’avenir, des élus de la 6e circonscription adhérant au collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport (CéDPA = http://aeroportnddl.fr/) organisent

le mardi 29 mai à 20 h au Mil’Lieu à La Grigonnais

Un débat ouvert au public autour du projet de l’aéroport de Notre Dames des Landes avec à l’ordre du jour :

  • situation actuelle du dossier,
  • discussion entre les élus qui portent ou soutiennent le projet (député, conseillers régionaux, conseillers généraux et présidents de communautés de communes), les élus du CéDPA et les candidats aux prochaines élections législatives.

Nous vous demandons en conséquence de réserver votre soirée pour venir découvrir (ou redécouvrir) le dossier et enrichir ainsi le débat par votre réflexion.

Pour les Elus du CéDPA :

Nicolas BODINEAU - François FAVRY – Monique JAMIN - Martine NAUDE – Gérard POISSON - Lionel TRIVIERE (La Grigonnais)

Patrick LAUNAY - Jocelyne POULIN – Armelle TRIPON (Saffré)

Philippe RENAUD (Treffieux)

Patrice LE BOUQUIN (Vay)

Messagerie

Le 5 juin à Châteaubriant

Mardi 5 juin à 20h
au cinéma de
Châteaubriant.

À l’appel d’un collectif d’opposants à cet aéroport, qui s’est constitué à Châteaubriant pour « être un soutien à l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes), au CéDpa (Collectif d’élu-e-s Doutant de la Pertinence de l’Aéroport), à la Confédération Paysanne, à l’ADECA (Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport), à COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées)..en relayant les informations et actions en cours.

« Si vous souhaitez obtenir plus d’informations quant à notre opposition au projet ou devenir membre du collectif, contactez nous à cette adresse mail ou au 06.63.62.92.93. (Marina) ».


Ecrit le 13 juin 2012

 Collectif NDDL

La soirée d’information sur l’aéroport de Notre Dame des Landes, qui a eu lieu le 5 juin, a remporté un beau succès. L’info passe !

Parallèlement, des organisations paysannes d’Ille-et-Vilaine, ont constitué un collectif contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : COPAIN 35 (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles Indignées par le projet d’aéroport). Ce collectif regroupe différentes structures : ADAGE, Terre de liens, Agrobio 35, la Confédération Paysanne 35, Manger bio 35, Brin d’herbe, Accueil Paysan, la FDCIVAM 35. « En effet, ce projet d’aéroport est en contradiction avec ce que nos organisations défendent et mettent en place sur notre territoire ».

Dans une lettre adressée aux élus (et futurs élus), le collectif affirme : « Nous souhaitons ensemble affirmer notre incompréhension quant à votre soutien politique et financier à ce projet, qui est en totale contradiction avec le projet politique que vous revendiquez au sein des différentes collectivités dont vous avez la responsabilité » .

Il appelle à dire NON au projet d’aéroport, « compte des urgences sociales, économiques et environnementales qui sont les nôtres aujourd’hui ».

Contact : Marie Jolivel, 02 99 44 35 05


NOTES:

(1) MM. Ayrault, Auxiette, Grosvalet demandent l’arrêt de la grève de la faim

(2) Le groupe Vinci, touché mais déterminé

(3) Dans son éditorial Jean-Claude Guillebaud, journaliste, écrivain, Sud Ouest, 22-4-2012 écrit : « C’est à son propos [la croissance] que nos candidats sont le plus embarrassés. Aucun n’ose dire à voix haute ce qu’on murmure un peu partout : la croissance ne reviendra plus en Europe. Avec ou sans l’austérité, nous sommes condamnés à une croissance minimale, voire nulle. La vraie question devient celle-ci : cette croissance envolée, au fond, était-elle si souhaitable ? D’un point de vue arithmétique, sans doute. Mais pour le reste ? Écologiquement, humainement, qui oserait prétendre que la fuite en avant consumériste, productiviste et gaspilleuse correspond encore à un dessein historique raisonnable ? Est-ce le monde que nous voulons construire ? Les vrais réalistes ne seraient-ils pas ceux qui proposent de changer la règle d’un jeu devenu perdant : vivre autrement, imaginer une autre société, promouvoir d’autres rapports humains. Juste derrière l’horizon électoral, ces questions fondamentales nous attendent de pied ferme. Tant mieux ! »