Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Services publics > Services publics en milieu rural - bouclier rural

Services publics en milieu rural - bouclier rural

Ecrit le 11 avril 2012

Le bouclier rural

« Je garantirai la présence des services publics locaux dans le monde rural » déclare François Hollande dans ses 60 propositions. Il parle aussi de « soutenir la ruralité   » et n’oublie pas de dire « Je relancerai la politique des transports pour lutter contre la fracture territoriale qui exclut une partie des habitants de l’accès aux emplois et aux services publics ».

On peut trouver les 60 propositions ici 

Lors d’une réunion qui s’est tenue à Erbray le 6 avril, en présence d’Yves Daniel futur Député (et de sa suppléante Paule Raitière), Michel Vergnier, député-maire de Guéret, a longuement évoqué les services publics et notamment le « bouclier rural ». « Le bouclier rural, c’est un certain nombre de règles sur l’accessibilité aux services publics, basées sur la notion de temps, à savoir combien de temps me faut-il pour me rendre à un hôpital, à une poste, etc ? C’est aussi une définition de zones de développement économique en milieu rural. Ce « bouclier » va au-delà de la péréquation qui est cependant dedans. C’est surtout une vision offensive, pas seulement défensive, et moderne des services publics ».
Le projet de « bouclier rural » a été déposé à l’Assemblée Nationale le 9 février 2011 et rejetée le 29 mars : 318 contre, 210 pour. Le Député Michel Hunault a voté contre. François Hollande a voté pour.

« On a besoin d’une politique nationale qui réponde à nos besoins locaux » dit Yves Daniel.

Dessin « bouclier rural » paru dans La Montagne - voir ci-contre

« Les services publics, c’est la richesse de ceux qui n’ont rien » dit Michel Vergnier : « il faut graver les services publics dans le marbre, par la loi » : pas plus de 30 min pour trouver les urgences, pas plus de 45 min pour aller à la maternité, pas plus de 15 min pour trouver une école publique, pas plus de 10 minutes pour trouver un bureau de Poste, « il faut organiser le maillage du territoire » ; « il faut redéfinir le rôle des banques : l’argent dont elles disposent vient de la collecte locale, elles devront réinvestir sur place cet argent qui est le nôtre » sans oublier qu’il n’y a pas de développement économique dans un désert culturel.

F.Hollande, quand il sera élu, s’engagera dans une réforme fiscale individuelle et collective avec le plafonnement et la suppression des niches fiscales, le retour au barème de l’impôt de solidarité sur la fortune, la taxation des revenus du travail comme ceux du capital et la symbolique tranche d’imposition à 75% pour les personnes gagnant plus d’un million d’euros par an.

François Hollande réduira de 30% les rémunérations des ministres et du chef de l’Etat et fera signer une « charte de déontologie » plafonnant les effectifs des ministères. Il décidera l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, effective dès septembre 2012 et le blocage pour trois mois des prix du carburant. Un décret pris « après concertation des partenaires sociaux » créera une caution solidaire pour permettre aux jeunes d’accéder à la location.

Au chapitre « combattre les injustices », François Hollande confirmera le départ à la retraite à 60 ans des personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant suffisamment cotisé depuis. Une Loi d’accès au logement concrétisera l’encadrement des loyers, une autre concernera le prix des carburants.

Et bien d’autres choses encore, avec l’espoir que ce quinquennat, commencé par un vote de raison, finisse par un vote d’enthousiasme. C’est ce qui a été dit, l’autre soir, à Erbray.

Le site internet du bouclier rural

La chanson du bouclier rural

Les territoires abandonnés

Grignotage à la sous-préfecture d’Ancenis

Et des permanences impôts ferment en 2015