Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Les agriculteurs > Agriculteurs en retraite

Agriculteurs en retraite

Ecrit le 11 avril 2012

 Paysans retraités

Les retraités paysans de la FNSEA se sont réunis le 2 avril à Châteaubriant. Ils ont entendu les conseils du lieutenant Blanchard, concernant la sécurité « Chez vous quand vous êtes présent, chez vous quand vous êtes absent, et en déplacement » sans oublier la sécurité des téléphones portables et des ordinateurs. « Fermez les portes à double tour ; ne faites pas entrer n’importe qui ; attention au démarchage à domicile ; sur le trottoir marchez de préférence côté mur plutôt que côté rue ; pensez à mettre un antivirus sur votre ordinateur ». Le lieutenant leur a même conseillé d’installer un « spyware » : il n’y a sûrement pas grand monde qui a compris ! Il aurait mieux fait de leur conseiller d’abandonner Windows et d’installer Linux (Ubuntu) pour éviter définitivement les virus !

Un responsable du Crédit Agricole leur a parlé de la crise « Nous sommes en plein dedans, il y a nécessité de réduire le budget de la France, mais cela va poser des problèmes à l’économie du pays ».

 Retraite agricole

Enfin il a été question de la retraite agricole. « Les agriculteurs sont les derniers à la calculer sur la totalité de leur carrière. Les salariés la calculent sur leurs 25 meilleures années ». La FNSEA réclame la même chose mais un rapport de l’inspection générale des affaires sociales a calculé qu’il resterait un surcoût de 500 à 700 millions d’euros par an à la charge de la solidarité nationale. Pour la FNSEA « c’est le prix de l’équité, le prix d’années d’oubli des retraités agricoles ».

La Confédération Paysanne pense que ce système avantagerait les plus hautes retraites et préfère revendiquer une retraite minimum à 85 % du SMIC avec, dans l’immédiat, priorité à l’amélioration des petites retraites par le renforcement de la PMR (pension annuelle majorée de référence de l’assuré), et proratisation sans décote pour les carrières incomplètes.