Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Présidentielles > Présidentielles 2012 > Coup de colère après le 1er tour - 2012

Coup de colère après le 1er tour - 2012

Ecrit le 2 mai 2012

 Coup de colère du Front de Gauche

Depuis la proclamation des résultats du 22 avril, je suis en colère : petit à petit les secteurs ruraux du nord 44 sont en train de se faire contaminer par le F-Haine. Cette maladie ne nous est pas tombée dessus d’un coup. Depuis déjà un bon bout de temps les conditions de son implantation se sont mises en place insidieusement.

 Ils végètent

Les responsabilités sont multiples. Sur tout le secteur qui s’étend du Pays de Redon au Pays d’Ancenis en passant par la totalité du Pays de Châteaubriant  , une partie de plus en plus importante de la population est confrontée au problème du développement de la précarité et du sous-emploi dont souffrent bon nombre de zones rurales en France. Beaucoup de gens végètent avec des petits jobs. Certains, venant de la ville, chassés par la pénurie et le coût du logement, sont venus s’installer dans ces petites communes pensant y trouver un environnement meilleur pour leur famille. Mais les difficultés liées au manque d’emploi et aux frais de transports deviennent peu à peu insurmontables. Cette précarité vient s’ajouter à celle des populations mieux intégrées, qui étaient déjà là avant, celle des petits retraités de l’agriculture vivant avec quel-ques centaines d’euros par mois, celle des jeunes du cru qui vivotent avec l’intérim, le RSA  , ou les petits boulots.

« Pourquoi est-ce qu’ils viennent chez nous, on n’a pas de boulot pour eux ! » cette réflexion entendue lors d’un conseil municipal montre bien le décalage existant entre une partie de la population et les élus municipaux. Ces élus locaux qui ne sont pas pour rien dans le score actuel du F-Haine. Dans cette majorité d’élus « sans étiquette » j’en connais quelques-uns, maires, adjoints, ou conseillers municipaux qui dispensent, sans honte, des déclarations dignes de la famille Le Pen, c’est-à-dire indignes des valeurs de la République : « Liberté-égalité-Fraternité ». Ces élus-là disent que, bien sûr, ils ne font pas de politique, qu’ils ne travaillent, eux, que pour le bien de la population.

Tous ces élus, enfin beaucoup, se retrouvent souvent sur les solutions radicales à apporter. Les idées novatrices affluent : pour développer le secteur rural, faisons venir le Tour de France. On a ainsi vu successivement et à quelques années d’intervalle les villes de Châteaubriant et de Redon dépenser des centaines de milliers d’euros pour devenir des villes étapes. Et pour quels résultats ?

Ou alors il y a une autre solution, créons un aéroport. La vérité c’est que ce sont les élus urbains de Nantes qui veulent cet aéroport, mais on n’a qu’à dire aux gens que ça va être la solution pour développer l’ensemble du territoire à 50 kilomètres à la ronde. Et tout le monde de se mettre à vanter cet aéroport qui va nous apporter la prospérité. De qui se moque-t-on ? Le pompon a été touché quand ces mêmes élus, conseillers généraux du nord du département de Loire-Atlantique ont voté la création du Pôle Métropolitain Nantes-Saint Nazaire, qui les excluait encore un peu plus dans la répartition indispensable des activités économiques sur l’ensemble du département.

N’aurait-il pas été plus utile de se battre tous ensemble, élus et population contre la disparition progressive des services publics ? Ces services publics qui disparaissent petit à petit du paysage rural, bureaux de poste, perceptions, CAF, Pôle-Emploi, sécurité sociale, école… Ne serait-il pas plus utile de défendre ensemble la gratuité des transports en commun, scolaire en tout premier lieu ?

La campagne des législatives qui commence doit nous permettre de mettre ces thèmes-là en avant. Nous devons démontrer à la population que des solutions existent. Je pense que la colère est utile. C’est ce qui nous fait avancer. A la différence du F-Haine, nous savons que cette colère doit être dirigée vers les véritables responsables de ce chaos annoncé : les défenseurs du système libérale et les voraces de la finance.

signé : Laurent DAVID, Candidat Front de gauche

Au bureau de vote des Terrasses, le 22 avril, le premier adjoint au maire de Châteaubriant, Georges Garnier, officiant en tant que assesseur, tamponnait lui même les cartes électorales. Un vrai travail.


Ecrit le 2 mai 2012

 Ecrivons un nouveau livre

Les groupes locaux Europe-Ecologie-Les-Verts de la 6e circonscription de Loire Atlantique (Ancenis-Châteaubriant-Blain) considèrent qu’il faut tourner la page des cinq années d’un Grenelle sans lendemain et des effets d’annonce

« L’enjeu du second tour des présidentielles est national, majeur et de société ; dimanche 6 mai, nous voterons à gauche et si nous votons Hollande, c’est pour qu’il se prononce pour le moratoire des expropriations demandé par les grévistes de la faim dans leur action contre un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes.

Oui, il nous faut ensemble ouvrir un nouveau livre et ensemble utiliser un nouveau stylo pour écrire l’avenir. »

signé : Yves Aubry


Ecrit le 2 mai 2012

 Le 6 mai, passons de l’espoir à la réalité

Le 6 mai, passons de l’espoir à la réalité, il faut que tous les électeurs des forces de gauche se retrouvent derrière François Hollande. Plus son score sera élevé, plus sa légitimité sera indiscutable. La Droite a mis la France sur le déclin et seul le projet de François Hollande redonne de l’espoir aux Français.

signé : Pascal Bioret, groupe opposition à la mairie de Châteaubriant

 yvesdaniel2012.fr

Yves Daniel et Paule Raitière ont animé la campagne de François Hollande sur toute la 6e circonscription au travers de différentes actions et de temps de rencontres   qu’ils ont souhaité mettre en place.

On peut les retrouver sur le site 

Mais ont-ils pensé à faire un site accessible aux non-voyants ?

Boisseau-la-joie

Entendu, le 22 avril au soir, juste après les premières estimations sur le score de Mme Le Pen : « 20 % c’est bon pour nous, ça » (Rudy Boisseau).

« Eux » oui ! Mais la France, non !


Ecrit le 2 mai 2012

 Présomption de Légitime Défense

Depuis la mise en examen pour homicide volontaire d’un gardien de la paix de Seine-Saint-Denis, accusé d’avoir tué d’une balle dans le dos un multirécidiviste, la question de la présomption de légitime défense policière est devenue le nouveau sujet d’affrontement idéologique de la campagne présidentielle.

La question divise les deux candidats du second tour des Présidentielles. N.Sarkozy a repris la proposition prônant un « droit à la présomption de légitime défense » afin de mieux protéger policiers et gendarmes, en précisant qu’il était « le dernier à vouloir donner un permis de tuer à un gendarme ou policier ».

Pour autant, F. Hollande « n’est pas favorable » à la présomption de légitime défense, plaidant plutôt pour qu’un policier mis en examen puisse bénéficier de son salaire et de ses primes « comme tout concitoyen » tant qu’il n’est pas « jugé et condamné ».

De son côté, Marine Le Pen se réjouit de voir le débat se porter sur une proposition qui figure dans son programme. « Chaque jour, Nicolas Sarkozy puise dans mon projet », a-t-elle déclaré, saluant une « victoire idéologique ».

Pour le Syndicat de la Magistrature, la présomption de légitime défense, « c’est stupide à un niveau rarement vu jusque-là. La présomption d’innocence existe déjà, faire une présomption de légitime défense ne changerait rien. Ce policier est innocent jusqu’à preuve du contraire. A moins que le Parquet ne prouve qu’il n’était pas en état de légitime défense, le policier en question est présumé innocent aux yeux de la loi.

Une loi de présomption de légitime défense ne changerait rien, c’est une arnaque pure et simple. Manifestement Nicolas Sarkozy ne connait pas la présomption d’innocence, c’est d’ailleurs lui qui avait inventé la présomption de culpabilité par le passé »

Légitime défense : l’avis de Maïtre Eolas