Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Mée-disances du 30 mai 2012

Mée-disances du 30 mai 2012

Ecrit le 30 mai 2012

 Systèmes sécuritaires

 
Libération.fr du 22/05 : D’après la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), Amesys, société d’ingénierie spécialisée dans les systèmes sécuritaires, a conclu avec la Libye un contrat de mise à disposition de technologie aux fins d’interception de communication, de traitement de données et d’analyses en 2007. Pour sa part, Amesys avait reconnu début septembre 2011 avoir fourni au régime de Mouammar Kadhafi du « matériel d’analyse » portant sur des « connexions internet », en disant que le contrat avait été signé dans un contexte de « rapprochement diplomatique » avec la Libye.
 
Une information judiciaire a été ouverte à Paris pour complicité d’actes de torture en Libye visant Amesys, ont annoncé la FIDH et la Ligue des droits de l’Homme (LDH) pour « fourniture au régime de Khadafi, à partir de 2007, d’un système de surveillance des communications destiné à surveiller la population libyenne ».
 
L’enquête a été confiée à une juge du pôle spécialisé dans les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide du tribunal de grande instance de Paris.

 Passation de pouvoir

 
Le JDD.fr du 25/05 : S’il a séché la passation de pouvoir avec son successeur Arnaud Montebourg jeudi 17 mai, l’ex-ministre de l’Industrie Eric Besson avait une excuse. « Le mariage d’un très bon ami aux Etats-Unis », s’est-il justifié. Mais pas n’importe quel mariage. Il s’agissait en effet de célébrer l’union de Jean-Marie Messier, qui épousait en seconde noce Christel Delaval. […]
 
Les convives se sont retrouvés dans un « resort » proche de Key West, avec une trentaine de bungalows. Il y avait là les intimes de Jean Marie Messier -copains de promo de Polytechnique ou de l’ENA, anciens de la banque Lazard, son associé le banquier Erik Maris, quelques relations d’affaires- et des amis de Christel Delaval, venus de la République Dominicaine. Le mariage a été célébré sur la plage par un « révérend » accrédité par l’Etat de Floride. « Les nouveaux mariés étaient très émus, raconte l’un des participants. L’atmosphère était décontractée, très sympa. Il y avait beaucoup de chaleur et d’amitié, comme Jean-Marie sait faire ».
 
Jean-Marie Messier est une vieille connaissance d’Eric Besson. En 1991, les deux hommes ont créé le Club des Quarante : quarante dirigeants d’entreprises de moins de quarante ans ! Puis, de 1996 à 2001, J6M a confié la direction de la fondation Vivendi au futur ministre. Christel Delaval est, quant à elle, l’ancienne compagne de Didier Schuller, ex-conseiller général de Clichy, avec qui elle avait pris la fuite en 1995 à Saint-Domingue après la révélation du scandale Schuller/Maréchal.

E.Besson n’a laissé à son successeur qu’une note de 13 pages décrivant « chacun des dossiers importants dans l’industrie, l’énergie et l’économie numérique ».

 Démission du président de la banque du Vatican

 
leMonde.fr du 24/05 : Le président de l’Institut des œuvres religieuses (IOR), la banque du Vatican, a été désavoué, jeudi 24 mai, et contraint à la démission. Ettore Gotti Tedeschi, 67 ans, spécialiste de l’éthique de la finance, avait été nommé en 2009 pour remettre les finances du Vatican en ordre et lui permettre de rejoindre la liste des pays respectant les normes contre le blanchiment. Ce limogeage intervient alors que des documents confidentiels émanant du Vatican sortent depuis plusieurs semaines dans la presse, évoquant des luttes de pouvoir et des affaires de corruption. Le pape a fait de la transparence une priorité et a créé à cette fin, en décembre 2010, l’Autorité d’information financière. L’IOR, qui gère les comptes d’ordres religieux et d’associations catholiques pour un patrimoine de 5 milliards d’euros, a été lié dans le passé à plusieurs scandales en Italie.
 
Ndlr : La gendarmerie vaticane a arrêté, le 25 mai, un des auteurs présumés des fuites de documents confidentiels en la personne de Paolo Gabriele, majordome du pape, jusqu’ici au-dessus de tout soupçon.

 Moody’s maintient la note AAA de la France

 
L’agence de notation américaine Moody’s a maintenu, jeudi 24 mai, la note AAA avec perspective négative accordée à la dette française. Dans un document intitulé « Opinion de crédit », l’agence estime que François Hollande a démontré sa détermination à relancer l’économie, mais juge cruciaux les prochains mois : « Durant la seconde partie de l’année, et en particulier après les élections législatives à venir, Moody’s attend que l’actuel gouvernement donne une image plus claire de son programme », notamment ses mesures pour réduire la dette. La perspective négative accolée depuis le 13 février (sous Sarkozy) au AAA de Paris signifie que la probabilité d’une dégradation de la France à moyen terme est élevée. Les agences concurrentes Standard & Poor’s et Fitch ont également confirmé leurs notes depuis l’élection de M. Hollande : AA + avec perspective négative pour la première, AAA avec perspective négative pour la seconde.
Sarkozy « se ressource »

Libération.fr du 22/05 : L’ancien président N. Sarkozy et son épouse Carla, en visite privée au Maroc, séjournent dans une résidence mise à leur disposition à par le roi Mohammed VI, dans le sud du royaume.

« La résidence appartient à la famille royale et est située au cœur de la Palmeraie », à Marrakech. « Elle est réservée généralement aux invités du roi. Elle est très discrète, à l’abri des journalistes et l’ex-président y pratique régulièrement son jogging dans la palmeraie », a ajouté le responsable local .

 Québec : Charest, dehors !

L’Humanité du 23/05 : Le conflit au Québec devient une lutte sociale. 150 000 étudiants manifestent quasi quotidiennement depuis la fin du mois de février, pour s’opposer au projet du gouvernement de faire passer les frais d’inscription à l’université de 2 168  $ canadiens (1 658 €) à près de 4 000 $ canadiens (3 060 euros), en sept ans. Cette augmentation n’est pas nécessaire. Le problème vient du financement des universités : les recteurs augmentent leurs salaires, les campus se décentralisent alors que c’est inutile. Toutes ces dépenses sont ensuite répercutées sur les droits d’entrée à l’université. D’après des études, cette mesure empêchera 7000 étudiants de pouvoir s’inscrire à l’université. La hausse des frais de scolarité n’est pas une décision économique, mais idéologique."

Le 18 mai, le gouvernement de Jean Charest a fait voter par le Parlement une loi d’exception (la loi 78) pour casser le droit de manifester. Avec cette loi, toute manifestation regroupant plus de 50 participants doit être déclarée aux autorités au moins huit heures avant le départ, avec l’horaire, la durée, le lieu et l’itinéraire emprunté par le cortège. Par ailleurs, les organisateurs de piquets de grève encourent de lourdes amendes, allant de 1 000 à 5 000 dollars canadiens (765  à 3 825 euros) par jour pour les individus, et de 25 000 à 125 000 dollars canadiens (19 128 à 95 640 euros) par jour pour les associations étudiantes

Mais le mouvement (qui a célébré son 100e jour le 22 mai) ne cesse de croître et finit par mobiliser tout un pan de la société québécoise. Les mesures répressives n’y font rien, les gens descendent encore dans la rue, portent un carré rouge en signe d’accord avec la contestation, et organisent des concerts de casseroles comme naguère, au Chili sous Pinochet. « Le printemps érable est une débâcle des glaces, c’est-à-dire le réveil d’un peuple qui prend conscience de la perte de possession de son destin et de sa nation sous le joug d’un gouvernement néo-libéral » dit un étudiant.

Les étudiants ont déposé deux recours en justice devant la Cour supérieure du Québec contre la loi 78 qui limite selon eux la liberté d’expression et d’association.