Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Enfance jeunesse > EPIDE et JDC : quand l’armée se soucie d’insertion

EPIDE et JDC : quand l’armée se soucie d’insertion

Ecrit le 6 juin 2012

 L’armée se soucie de l’insertion

Tous les jeunes Français doivent spontanément se faire recenser auprès de leur mairie, dès qu’ils atteignent 16 ans. Cette formalité est obligatoire pour pouvoir se présenter aux concours et examens publics. De même qu’est obligatoire la participation à une journée « Défense et citoyenneté ». Cette année, nous avons la chance de voir ces journées se dérouler à Châteaubriant : cela risque hélas de ne pas durer, pour cause de restrictions budgétaires !

Au cours de ces journées, les jeunes passent des tests de français et reçoivent une information sur les gestes de premier secours. Divers modules abordent : les droits et devoirs du citoyen, « vous devez faire face à un monde instable » et « vous avez un rôle à jouer ». Chaque jeune est reçu individuellement pour tenter de cerner ses difficultés éventuelles. Cela se passe de façon détendue même s’il n’est pas question de fumer, voire de garder les mains dans les poches. Innovation : le responsable, M. Lebrun, a proposé un « module insertion » au cours duquel les jeunes reçoivent des informations sur trois structures qui peuvent les aider, ou aider leurs amis : l’EPIDE, la Mission Locale et l’ACPM   (Ateliers et Chantiers du Pays de la Mée). C’est en effet un aspect social qui manquait à cette journée. « J’avais une appréhension en venant à cette journée obligatoire » dit une jeune fille. « Moi je n’étais pas motivé » ajoute un jeune homme. Et finalement ils s’accordent pour dire « cela s’est très bien passé ».

L’EPIDE (Etablissement Public d’Insertion de la DEfense) se situe à proximité, à Combrée. Il accueille au total 80 jeunes de 18 à 25 ans, garçons et filles, en échec ou en retard scolaire voire en risque de marginalisation, tous volontaires pour bénéficier d’une triple formation : scolaire, pré-professionnelle et comportementale. Il fonctionne comme un internat : les jeunes arrivent le lundi midi, repartent le vendredi midi, ils sont dotés d’un uniforme, et suivent une formation très personnalisée comportant, en outre, deux heures de sports par jour mais, aussi, en soirée, des activités culturelles. Il s’agit de permettre aux jeunes de reprendre confiance, de construire et de s’approprier un projet.

Il y a quatre entrées par an à l’EPIDE, sur dossier et entretien de motivation. La durée est de 8 à 12 mois en moyenne, la formation et la nourriture sont gratuites et le jeune perçoit un argent de poche de 210 €/mois. L’Etablissement finance une bonne partie du permis de conduire, et en sortant, le jeune reçoit un petit pécule de 90 € par mois de présence.

En 2011, l’EPIDE affichait un taux d’insertion de 51 %. Ce taux tourne actuellement autour de 40 %, en raison de la crise économique. Mais il y a des réussites non chiffrables mais bien réelles quand les jeunes ont pu acquérir de la maturité, un respect des règles de la vie en société et globalement le goût de vivre et de se battre pour réussir.

EPIDE – 02.41.94.94.14


Ecrit le 3 juillet 2012

 Plus de JDC

Les « journées défense citoyenneté » (JDC) qui se déroulaient à Châteaubriant, n’auront duré qu’un printemps, avec une originalité : un module « insertion » présentant aux jeunes l’EPIDE de Combrée, la Mission Locale Nord Atlantique et l’ACPM   (Ateliers et Chantiers du Pays de la Mée).

La dernière session a eu lieu le 29 juin avec une cinquantaine de jeunes venus de 24 communes : Fay de Bretagne, Héric, Derval, Rougé, Erbray, Issé, La Chapelle Glain, Fercé, Nozay etc. Cela se passait très bien dans les locaux de la Com’Com’   du Castelbriantais, les repas étant pris à La Mée Délices.

Mais la proximité, c’est fini. Les jeunes iront désormais à Rennes ou Nantes.