Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Aéroport : non-violence et garde à vue

Aéroport : non-violence et garde à vue

Ecrit le 27 juin 2012

Non violence et garde à vue

« Le 21 juin, la Coordination des Opposants au projet d’aéroport appelait à un rassemblement à Notre-Dame-des-Landes à l’occasion du démarrage de cinq enquêtes publiques dont celle sur la loi sur l’eau. (La zone impactée par le projet est à 98 % en zone humide). Vers 8 heures 30, deux-cent-cinquante personnes ont voulu rejoindre la mairie mais en ont été empêchées : tous les manifestants étaient tenus très à l’écart par un déploiement exorbitant de forces de l’ordre. Les conducteurs de tracteurs ont été sortis de force de leur véhicules, des militants se sont fait traîner à terre avec une rare violence et des tracteurs ont subi des dégradations délibérées (portes éclatées).Une manœuvre du tracteur de Sylvain Fresneau, président de l’Association de Défense des Exploitants Concernés par l’Aéroport (ADECA) a déclenché des jets nourris de gaz lacrymogènes et Sylvain a été mis en garde à vue » raconte l’ACIPA. Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes

"Face à la violence d’Etat qui impose aux populations des projets inutiles, coûteux et destructeurs, qui impose des enquêtes publiques à Notre-Dame-des-Landes dans le mépris total des règles élémentaires de démocratie, des paysans et des citoyens opposent leurs arguments pacifiquement, usent de diplomatie et demandent le dialogue depuis des années, selon les principes de la non-violence. 

Mais ce jeudi 21 juin 2012, notre collègue Sylvain Fresneau a été choisi comme victime de la répression policière et a subi une garde à vue de près de 10 heures. Sylvain Fresneau est des nôtres, ce sont tous les paysans qui sont insultés dans cette affaire. Les organisations paysannnes de COPAIN 44 défendront son honneur. Sylvain et Brigitte Fresneau ont le courage de résister aux pressions innombrables depuis des décennies car ils savent que leur ferme est menacée de destruction pour des raisons immorales et absurdes."

Communiqué de COPAIN, Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes (Confédération Paysanne, GAB, CIVAM, TERROIRS 44).