Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Novembal (ex-ALCA) > Discrimation syndicale chez Novembal

Discrimation syndicale chez Novembal

[->329 ] [->32901 ] Ecrit le 9 avril 2008 Entreprise Novembal à Châteaubriant. Absent depuis des mois pour maladie, le délégué syndical CGT, revient au travail et, dès sa première réunion de Comité d’Entreprise, le patron lui demande d’un ton sec : « Monsieur Chaplais, qu’est-ce que vous faites dans cette salle ? ». « Je lui réponds que je suis mandaté par mon syndicat. Il me dit qu’il n’a rien reçu, alors je demande à la personne qui s’occupe du courrier et là, surprise, le courrier est bien arrivé sur le bureau du patron ». Celui-ci va voir, trouve le courrier puis revient dans la salle et présente ses excuses. « Je lui réponds que ça commence bien pour une première réunion ensemble ». En fin de réunion, le patron demande au secrétaire CE (CFDT) et au délégué syndical CFDT de rester pour discuter, la CGT est écartée de la discussion. Discrimination. « surtout que nous apprenons plus tard que c’est pour dire à ces deux personnes de ne pas faire de vagues auprès de l’inspection du travail face au nombre important d’intérimaires dans l’entreprise » « il faudrait voir les ordres de missions et surtout le temps des missions, certains sont là depuis des années ». dit J.Pierre Chaplais. Le jeudi 27 mars, deuxième Comité d’Entreprise. M. Chaplais n’a reçu ni l’ordre du jour ni la convocation à la réunion. Le lendemain, 11 heures, réunion avec la direction : le DRH, le directeur industriel, et la direction de Châteaubriant. « Je demande avant le début de la réunion que monsieur Gicqueau puisse assister à la réunion en tant que Délégué du personnel, puisqu’on doit parler du remplacement des quatre personnes en CDI parties, par des embauches et que nous devons discuter d’un accord sur le jour de solidarité ». « Le DRH répond qu’il veut bien accepter monsieur Gicqueau pour parler de l’accord, mais qu’après il devra quitter la salle ». Il précise qu’il ne veut recevoir que le secrétaire du CE (Comité d’Entreprise) et les deux délégués syndicaux et pas l’ensemble du CE. Je lui dis donc : « c’est bon ! » et je claque la porte, « il n’y a rien à discuter avec une personne qui ne veut rien entendre. » La direction nous a imposé lors des dernières élections une délégation unique, donc chaque élu peut assister aux réunions CE (Comité d’Entreprise) et DP(délégués du personnel). Parler du personnel à embaucher éventuellement est aussi bien une question de CE que de DP surtout en délégation unique. Pourquoi la direction accepte-t-elle le secrétaire CE (CFDT) et refuse-t-elle la présence de monsieur Gicqueau délégué du personnel (CGT) ? « Deux personnes, deux syndicats différents ! Pour nous c’est une fois de plus de la discrimination . Ca suffit !! » dit la CGT. [->329 ] [->32901 ] [Novembal : la situation s'aggrave->1131]

Ecrit le 9 avril 2008

Entreprise Novembal à Châteaubriant. Absent depuis des mois pour maladie, le délégué syndical CGT, revient au travail et, dès sa première réunion de Comité d’Entreprise, le patron lui demande d’un ton sec : « Monsieur Chaplais, qu’est-ce que vous faites dans cette salle ? ». « Je lui réponds que je suis mandaté par mon syndicat. Il me dit qu’il n’a rien reçu, alors je demande à la personne qui s’occupe du courrier et là, surprise, le courrier est bien arrivé sur le bureau du patron ». Celui-ci va voir, trouve le courrier puis revient dans la salle et présente ses excuses. « Je lui réponds que ça commence bien pour une première réunion ensemble ».

En fin de réunion, le patron demande au secrétaire CE (CFDT) et au délégué syndical CFDT de rester pour discuter, la CGT est écartée de la discussion. Discrimination. « surtout que nous apprenons plus tard que c’est pour dire à ces deux personnes de ne pas faire de vagues auprès de l’inspection du travail face au nombre important d’intérimaires dans l’entreprise » « il faudrait voir les ordres de missions et surtout le temps des missions, certains sont là depuis des années ». dit J.Pierre Chaplais.

Le jeudi 27 mars, deuxième Comité d’Entreprise. M. Chaplais n’a reçu ni l’ordre du jour ni la convocation à la réunion.

Le lendemain, 11 heures, réunion avec la direction : le DRH, le directeur industriel, et la direction de Châteaubriant. « Je demande avant le début de la réunion que monsieur Gicqueau puisse assister à la réunion en tant que Délégué du personnel, puisqu’on doit parler du remplacement des quatre personnes en CDI parties, par des embauches et que nous devons discuter d’un accord sur le jour de solidarité ».

« Le DRH répond qu’il veut bien accepter monsieur Gicqueau pour parler de l’accord, mais qu’après il devra quitter la salle ». Il précise qu’il ne veut recevoir que le secrétaire du CE (Comité d’Entreprise) et les deux délégués syndicaux et pas l’ensemble du CE. Je lui dis donc : « c’est bon ! » et je claque la porte, « il n’y a rien à discuter avec une personne qui ne veut rien entendre. »

La direction nous a imposé lors des dernières élections une délégation unique, donc chaque élu peut assister aux réunions CE (Comité d’Entreprise) et DP(délégués du personnel). Parler du personnel à embaucher éventuellement est aussi bien une question de CE que de DP surtout en délégation unique.

Pourquoi la direction accepte-t-elle le secrétaire CE (CFDT) et refuse-t-elle la présence de monsieur Gicqueau délégué du personnel (CGT) ?

« Deux personnes, deux syndicats différents ! Pour nous c’est une fois de plus de la discrimination . Ca suffit !! » dit la CGT.

Novembal : la situation s’aggrave