Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Novembal (ex-ALCA) > 24 licenciements chez Novembal, octobre 2009

24 licenciements chez Novembal, octobre 2009

Ecrit le 21 octobre 2009

 24 licenciements chez NOVEMBAL, groupe TETRA PAK

JPEG - 106.4 ko
9 novembre
Novembal-TetraPak

Dans un communiqué rageur, la CGT de l’entreprise Novembal à Châteaubriant révèle qu’il y a eu un comité d’entreprise extraordinaire à Châteaubriant, où le Directeur des Ressources Humaines (DRH) basé aux Chères (Lyon) a annoncé 24 licenciements (18 à Châteaubriant et 6 à Lyon) « pour améliorer la capacité de l’usine, s’adapter à la réduction de production et réduire les fonctions supports de Châteaubriant ».

La CGT est bien consciente qu’il y a une baisse de production depuis un certain temps. Mais « depuis des années, la production a beaucoup augmenté sans aucune embauche, aujourd’hui il y a une baisse de production et pour la haute direction, il faut trancher fortement dans l’effectif, c’est tout simplement scandaleux ! »

Le centre de recherche pour créer des nouveaux produits, est toujours à Lyon. « Il faut voir le nombre de voyages en avion que notre direction fait dans l’année, sans compter les voitures de location, les restaurants, les hôtels. Depuis des années, le cabinet d’experts comptable que le comité d’entreprise mandate nous dit que la direction de Lyon vit comme une multinationale et pourtant nous ne sommes qu’une PME ».

La CGT poursuit : « Et voilà nous sommes encore et de nouveau face à un plan social, nous ne pouvons même plus les comptabiliser, il y en a eu tellement depuis des années !
– 1/ Des stocks démesurés faits fin 2008 et début 2009 (un coup de poker).
– 2 / Des marchés financiers qui s’effondrent.
– 3/ Deux usines qui s’ouvrent dans les pays de l’Est.
– 4/ Un actionnaire qui est notre principal client. »

RESULTAT : 18 suppressions de postes à Châteaubriant


Ecrit le 28 octobre 2009

 CGT et CFDT demandent une expertise comptable

JPEG - 18.6 ko
Dessin de E
tél 06 23 789 305

Chez Novembal, le comité central d’entreprise du 22.10.09 a confirmé la suppression de 18 postes à Châteaubriant :
1 contrôleur, 2 outilleurs, 5 chefs d’équipe, 7 opérateurs,
1 régleur en atelier pharmacie, 1 employé du service
administratif et 1 personne à l’expédition.

Lors de ce C.C.E., la CGT et la CFDT ont refusé en bloc ce plan de licenciement

« Lors de la discussion la Direction Novembal Tétra-Pack a reconnu des erreurs importantes de stratégie. Le recul de 2,2 % des ventes fin août 2009 n’est pas un drame mais la dégradation qui s’en suit à – 20 % des ventes pour les derniers mois en est une. Depuis 2006 les ventes Novembal sont en net recul et l’endettement s’accentue mais la Direction a attendu 2009 pour réagir qui nous entraîne vers une suppression de 18 postes » dit la CGT.

« L’actionnaire (Tétra-Pack), qui est aussi notre principal client, a mis la main à la poche en réinjectant 25 millions d’euros pour couvrir les dettes de Novembal et il va sans dire que l’on peut supposer que Novembal a dû lui offrir des garanties, et pour nous C.G.T. cette restructuration en fait partie ».

Le mot d’ordre de La Direction est « économies dans tous les domaines ». Ne fallait-il pas y penser bien avant ? « Depuis des années, nous les syndicats, nous les avons alertés (réduction des stocks, des déplacements, voire des investissements, etc…) Et aujourd’hui ce sont des hommes qui vont pâtir de cette situation.
Notre proposition est aucun licenciement : soit des départs en rapport avec l’âge ou des départs volontaires ».

La C.G.T. et La C.F.D.T. ont demandé une expertise comptable. De ce fait, la procédure de restructuration et de licenciement est repoussée.

 Réponse au maire

La section CGT de Novembal a souhaité répondre au maire de Châteaubriant qui, dans Ouest-France du 15.10.09, évoquait les licenciements d’il y a 5 ans, mais, disait-il, « depuis, l’entreprise était revenue à son effectif d’alors ».

« Eh bien non Monsieur le Maire. Ceci est de la désinformation !
En 2001 il y avait 139 personnes. En 2004, l’effectif était de 115 personnes et en 2009 de 99 personnes. Si on baisse en 2010 jusqu’à 83 personnes, cela fera 56 personnes en moins en 10 ans (40 % de l’effectif). » dit la CGT.


Ecrit le 18 novembre 2009

 La guerre des croix chez Novembal

Mon Dieu, qu’il y en a des croix
Sur cette terre
Croix de fer, croix de bois,
Humbles croix familières (…)
Hautes croix du patron
Dressées vers les potences
Croix de la déraison
ou de la délivrance (...)
Et moi, pauvre de moi, j’ai ma croix
Dans la tête
Immense croix de plomb
Vaste comme l’amour
J’y accroche le vent, j’y retiens la tempête

(…) (d’après Damia)

JPEG - 131.6 ko
9 novembre
Novembal TetraPak

Des croix ont été dressées le long du chemin d’accès aux bureaux de l’entreprise Novembal, en bouquet d’accueil pour la visite d’un membre de la direction, lundi 9 novembre 2009, venu faire un audit de 2 jours (mais il est reparti au bout d’une demi-journée !) Une cinquantaine de salariés opposés aux 18 licenciements annoncés ont débrayé pour l’accueillr.

Novembal appartient au groupe Tetra Pak. Il n’a plus qu’une usine en France, à Châteaubriant, les autres sont aux USA, au Japon, au Mexique, en Italie, en Espagne et le siège social à Lyon. Mais les licenciements projetés ne touchent que la France : 18 à Châteaubriant et 6 à Lyon.

Du côté des salariés c’est colère et incompréhension. « En fin d’année 2008, nous avons produit à bloc. La Direction nous parlait d’un coup de poker, d’un pari sur la reprise rapide. Mais ce fut un coup de poker menteur. Il nous a fallu réduire la production. Fin juillet, au moment du départ en congés, il ne tournait que 19 presses sur 50 »

« En 2008, Novembal a fait un bénéfice de 812 000 € et on nous sort maintenant une facture de 6 millions d’euros : 2 M€ pour la fermeture du dernier atelier de production à Lyon, 2 M€ pour la fermeture du Centre de Recherches et 2 M€ pour le site de Lyon. Nous ne comprenons pas ! Dans ces sommes il y a 900 000 € de frais de déplacements et 640 000 € de frais d’assurances et d’avocats »

La famille Rausing, proriétaire du groupe Tetra Pak pèse quelque 7 milliards d’euros, selon la liste des grandes fortunes du Sunday Times, grâce à la fortune amassée par le milliardaire suédois Hans Rausing et son frère Gad dans la société fondée par leur père, Ruben Rausing. (Belgique). Elle a investi plusieurs millions d’euros chez Novembal. « Sans doute lui a-t-on donné des assurances ! » disent les salariés qui ont le sentiment que « la crise » n’est qu’un prétexte. « Nous avons demandé que 7-8 salariés partent en pré-retraite FNE. On nous a dit : trop cher ».

Avec un salaire de base de 1500 €, la prime de licenciement peut être de 1500 € pour un salarié ayant une ancienneté de 5 ans, et de 4000 € pour une ancienneté de 12 ans. Ca ne va pas chercher loin quand il n’y a plus de travail dans la région. Les salariés ont donc demandé une prime extra légale : 30 000 euros + 500 € par année d’ancienneté. Ce qui ferait 35 000 €uros pour 10 ans d’ancienneté.
Mais le patron ne l’entend pas de cette oreille, il propose :

– 1500 € pour 0-5 ans d’ancienneté
– 2500 € pour 6-15 ans
– 4500 € pour 16-19 ans
– 5500 € au-delà de 20 ans.

C’est pas ça qui va créer des volontaires pour être licenciés. D’autant plus que les salariés savent bien que les offres d’emploi ne se ramassent pas à la pelle.

En attendant le licenciement est prévu pour le 21 décembre (joyeux noël !) et, en attendant, les salariés continuent à faire les 5x8, désorganisant ainsi totalement leur vie personnelle et leur santé.

Ah, à propos : au moment de l’annonce des licenciements, le maire et le sous-préfet ont dit qu’ils allaient organiser une table ronde. Mais … rien du tout ! « S’ils sont solidaires, qu’ils obtiennent au moins le départ des 7-8 salariés en pré-retraite et une indemnité d’éviction correcte » disent les salariés. En fait il semble que le maire et le sous-préfet ont bien demandé cette table ronde au groupe Tetra Pak et de prendre des mesures transitoires pour éviter de licencier mais sans succès.

Dans l’entreprise les croix sont dressées sur le passage des visiteurs.

 Saperlipopète !

Faut pas croire ! Tetra Pak n’est pas une mauvaise entreprise. Même qu’elle fait du cinéma ! Sur internet on trouve de beaux petits films :

– par exemple une sensibilisation sur le tri domestique « Tetra Pak, en partenariat avec les collectivités locales, nous instruit de façon ludique » dit la présentation.

– et un autre film : « Je trie ma brique, Campagne de sensibilisation pour augmenter le tri de la brique carton et lui donner ainsi une nouvelle vie. un film poétique et pédagogique ». Voui, poétique !

– et l’opération « Saperliplanète » : « une aventure familiale et environnementale autour du monde »

– et des actions avec le WWF, organisation mondiale de protection de l’environnement

On vous en passe, y en a plein comme ça sur le site internet de Tetra Pak. C’est beau, c’est grand, c’est généreux ! Et saperlipopète, c’est les salariés de base qui paient !

 Les croix en vadrouille

Mardi 10 nov au soir le Directeur du site de Châteaubriant a enlevé les 18 croix plantées dans les parterres de l’accueil, et les a chargées dans son véhicule. Averti par les camarades qui travaillaient (en 5x8) un délégué CGT appelle le Directeur à son domicile pour exiger leur restitution Le lendemain, 11 Novembre à 10h, le Directeur était au rendez vous fixé, voulant bien rendre les croix à condition de lui promettre qu’elles ne réapparaîtront dans le paysage Novembal.

« Après négociations, nous avons accepté de ne pas les remettre si la haute direction apporte lors de la réunion de CCE des propositions réalistes qui n’engendreraient aucun licenciement sec ».

Nous avons l’impression que l’image de ces croix fait plus de mal à la Direction que les dix huit suppressions de poste.

(communiqué CGT)

La médiatisation de cette affaire ne plaît pas, mais pas du tout, à la Haute Direction. Une réunion de négociation doit avoir lieu avec les membres du Comité d’Entreprise les 25-26 nov, notamment au sujet de la prime de départ. Comme si celle-ci pouvait fournir un emploi … qui n’existe pas sur le Pays de Châteaubriant   !

 Retour sur un passé oublié

Hans Kristian Rausing, 45 ans, fils du milliardaire suédois Hans Rausing, et son épouse américaine, Eva, résidant à Londres, héritiers de l’empire suédois Tetra Pak, ont été arrêtés en juillet 2008 pour possession de drogue. Eva s’est même rendue à une fête à l’ambassade des Etats-Unis à Londres avec du crack, un dérivé de la cocaïne et de l’héroïne. Le couple devait passer devant un tribunal le 29 juillet 2008. On n’en a plus entendu parler. Chez les grands de ce monde, la justice se négocie, pas les départs en pré-retraite !


Ecrit le 13 janvier 2010

 Novembal : 14 départs volontaires

Licenciements ...

Le plan de licenciement est terminé chez NOVEMBAL. Les 18 licenciements prévus, se sont réduits à 14 et il y a eu 14 volontaires pour partie (il y en avait même davantage, ceci en dit long sur les conditions de travail en 5x8). Ceux qui sont partis ont eu une prime extra-légale de 10 000 € (+ 300 € par an d’ancienneté)

Nous ne pouvons pas approuver un plan de licenciement quel qu’il soit, mais nous, CGT et CFDT, pensons avoir réalisé notre objectif :
PAS DE LICENCIEMENTS SECS.

… intérim …

Sauf qu’avec ces départs l’entreprise ne pouvait plus faire face à un afflux de commandes pour janvier 2010 : la Direction a donc demandé à des salariés licenciées de différer leur départ (double salaire pour ceux qui ont accepté). Insuffisant pour faire tourner l’usine, donc l’entreprise a eu recours à l’Intérim (5 intérimaires).
Quelle politique de gribouille !
AFFAIRE A SUIVRE.

 … et galette des rois.

« D’autre part, notre cher PDG viendra nous rendre visite le jeudi 14 janvier 2010 afin de nous offrir ses vœux (quelle délicatesse !) et ceux qui voudront bien se déplacer, pourront partager avec lui une galette des rois.

Mais les rois des « …. » où sont-ils ?. Ils arrivent pour recevoir les vœux et pour la fameuse galette de l’épiphanie. Eh oui certaines croyances et traditions font vraiment faire n’importe quoi. A moins que cela ne soit la gourmandise car il y aura AU MOINS 14 PARTS DE TROP »
(les parts des 14 licenciés)

 

Communiqué CGT

 

Non, certes, elle n’est pas bâtie
Sur du sable, sa dynastie,
 
Il y a peu de chances qu’on
Détrône le roi des cons
 
Il peut dormir, ce souverain,
Sur ses deux oreilles, serein,
 
Il y a peu de chances qu’on
Détrône le roi des cons

 

(Brassens)