Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant - après 2003 > Pays de Châteaubriant : soporifique et pichenette

Pays de Châteaubriant : soporifique et pichenette

Ecrit le 3 juillet 2012

Réunion du Pays de Châteaubriant   le 28 juin 2012, pour faire le bilan de l’année 2011. Un beau bilan, ah ça oui ! Celui qui arriverait sur le territoire, sans rien savoir, serait ébloui de tant de travail, de tant de succès ! Nous, à la Mée, ce qui nous éblouit, c’est le magistral talent de communiquant du secrétaire général Michel Evain. Sauf que la lecture au survol des 38 pages du rapport d’activités et des 30 pages du bilan-évaluation du programme de valorisation des bio-ressources, était parfaitement soporifique !

En effet, le Pays de Châteaubriant   (12 délégués pour 33 communes), s’est réuni 5 fois en bureau (à 6 personnes) et 2 fois en comité syndical (12 personnes). Cela fait maximum 7 fois une heure et demie de réunion. Total 10 heures. Dix heures pour faire tout ce qui est écrit dans le rapport ?? Sans blague ? Un élu l’a très bien dit : « Nous n’avons donné que des pichenettes » et ce sont les autres qui ont agi. Les autres ? D’abord le secrétaire général (c’est pas l’armée mexicaine : il est tout seul ce secrétaire !) qui fait un gros travail de préparation et de mise en musique. Et ensuite ce sont les associations de pays, les communes, les Com’Com’   qui ont travaillé, mais le Pays, non ! Et Valdis qui a lancé son unité de méthanisation à Issé,

Ah si, ne soyons pas injustes : le Pays avait prévu 20 000 € TTC pour sa promotion économique, il a dépensé 15 280 € pour un stand pendant deux jours les 16-17 novembre 2011 à Nantes, Et c’est tout ! Mais ça fait une demi-page du rapport !

Fonds de reconversion formation : 10 000 € TTC prévus, 4908 € réalisés, pour aider 4 personnes ! Merveilleux !

Fonds de maintien des commerces : 50 000 € prévus – rien de réalisé en 2011. Des espoirs en 2012 à Rougé, Vay, La Grigonnais, Mouais. L’espoir fait vivre …

Etude du SCOT   (schéma de cohérence territoriale) : 50 000 € prévus. Rien de dépensé. Mais il y a quand même deux pages sur le SCOT  .

Des réunions de « Pôle de compétence » ont eu lieu : une pour présenter le Pôle de Santé de Châteaubriant, l’autre pour présenter le projet Valdis d’Issé. Discussions ? Réflexions ? Propositions ? Rien : y avait qu’à écouter !

Et puis il y a plein de pages descriptives dans le rapport, par exemple deux pages sur l’unité de déshydratation des fourrages ...sauf qu’elle n’est pas faite : (construction en 2013, mise en service en 2014 ?) et une page sur la plateforme de compostage de Soudan sauf que, en bas de page, une petite ligne signale que cette plateforme est reportée sine die !

Mais toutes ces pages et ces pages, ça fait bien. Surtout quand il y a un peu de pommade adressée aux élus avec : « vous avez voulu ceci, vous avez décidé cela ». Les élus eux-mêmes ne sont pas dupes mais, bon, il faut que réunion se passe, il faut faire semblant d’être utile à quelque chose !

Aide aux associations de Pays : la CCRN   avait signalé le manque de compétences du Pays pour verser ces aides, remettant en cause, non pas le montant des subventions, mais les modalités de versement. Et elle a versé sa part de subvention. Les deux autres Com’Com’   ont décidé de constituer une « entente » ce qui fait que chacune d’elles verse la somme à cette « entente » et que « l’entente » verse ensuite aux associations. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

En tout cas quelque chose est « gagné » : le Pays va engager une modification de ses statuts. Longue marche !

ADT  

A part ça, il a été question de l’ADT   (association pour le Développement du Tourisme  ) qui, pour l’année 2013, aurait besoin d’un financement spécifique de 20 000 € environ. C’est pas acquis : le Pays de Châteaubriant   se fait prier.

Et pourtant l’ADT   joue un rôle formidable, différent et complémentaire de celui des Offices de Tourisme  . Sans cette association, il n’y aurait pas eu l’aménagement concerté des sentiers de randonnée sur le territoire, ni la coordination des animations toute l’année, et encore moins l’essor des gîtes et chambres d’hôte qui contribuent au développement économique du territoire.