Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > APP, formation

APP, formation

Page 332
Ecrit le 31 mai 2003
Les articles les plus récents sont généralement en bas de page, ou pages suivantes

Anniversaire de l’APP
Atelier pédagogique personnalisé

Jeudi 25 mai 2003 avaient lieu à Châteaubriant et Ancenis, un anniversaire et une inauguration. Anniversaire de l’APP, (atelier pédagogique personnalisé installé dans les locaux de la Maison de la Formation à Châteaubriant) . Inauguration de la liaison de visiophonie avec Ancenis.

A Châteaubriant, autour des quatre formateurs, une dizaine de stagiaires étaient présents pour faire part de leur expérience et de leurs attentes. Leurs âges ? De 20 ans à 50 ans. Leurs motivations : aussi variées que possible :

Il y a Jacques, 50 ans, qui a désiré se perfectionner en anglais, pour poursuivre sa carrière de chanteur ; et Karine, qui a bien besoin d’une remise à niveau en maths et physique pour présenter un concours d’entrée dans une école de vidéo

Il y a Joël, qui veut préparer un concours administratif et Joanna arrivée en France il y a 4 ans et qui souhaitait apprendre à parler couramment le français. Et aussi Myriam, qui a un projet de création d’entreprise, et qui souhaite se former en comptabilité. Et encore Muriel qui souhaite une formation en dessin technique du bâtiment. Naguère il y eut une mère de famille qui voulait seulement apprendre le programme de biologie de 4e pour pouvoir aider sa fille dans ses études au collège.

Seul mais pas solitaire

Ce qu’il y a de formidable à l’APP, c’est que chacun reçoit, individuellement, la formation précise qu’il souhaite, tout en bénéficiant du soutien du groupe. Dans les locaux situés au premier étage de la « Maison de la Formation », tout un matériel est à disposition : livres scolaires, équipement informatique, mais surtout quatre formateurs toujours prêts à répondre à vos besoins, à soutenir vos efforts, à vous proposer des évaluations, à corriger vos travaux.

« C’est comme si nous travaillions à la maison, mieux qu’à la maison, car ici nous trouvons le calme, le silence propice à la réflexion. Nous ne sommes pas seuls avec nos questions, nous avons toujours un formateur prêt à nous aider à trouver la réponse » disent les stagiaires unanimes, qui apprécient cette façon de travailler à la fois individuellement et ensemble. Seul regret : il manque quelques petites salles permettant de travailler à deux ou trois à la préparation d’un même concours.

A la carte

L’APP est un atelier à entrées et sorties permanentes. Chacun peut y trouver la formation « à la carte » qu’il souhaite, avec diverses méthodes : soit le face-à-face pédagogique (un prof pour soi tout seul !) soit une formation ouverte et à distance.

La durée de cette formation ? A la carte aussi ! L’APP s’adapte aux possibilités des stagiaires : formation intensive pour les uns, rythme plus lent pour les autres, en fonction des disponibilités horaires de chacun, et parfois, du manque d’entraînement : il n’est pas toujours facile de se remettre à étudier à 50 ans ! « Quel que soit votre niveau, à l’APP on vous prend là où vous en êtes pour vous accompagner là où vous voulez aller ». Le plan de formation est totalement personnalisé et peut aller de une heure à trente heures par semaine.

Et ça coûte combien ? Maximum 24 F de l’heure, mais souvent des financements existent pour aider les personnes les plus en difficulté. La qualité de l’accueil et de l’écoute à l’APP a permis de résoudre bien des problèmes.

250 par an

L’APP de Châteaubriant tourne actuellement à 250 stagiaires par an, ce qui représente 24 000 heures de présence-stagiaire. Quatre organismes, habituellement concurrents, sont partenaires de cette opération : le GRETA   (qui pilote le tout), l’AFPA  , le CFP St Joseph et l’Ecole d’Agriculture de Derval.

Visiophonie

A quoi sert la visiophonie ? Selon M. Montlaurent, directeur de l’APP, « nous souhaitons une formation au plus près des gens et de leur domicile, ce qui est très intéressant pour les personnes du monde rural qui, parfois, n’ont pas de moyen de locomotion et pas de temps à gaspiller en transport. C’est dans cette optique que nous avons ouvert à Ancenis une antenne de l’APP de Châteaubriant : le relais se fait par visiophonie, par l’intermédiaire d’un ordinateur et d’une caméra : le stagiaire et le formateur peuvent ainsi communiquer en face à face. Nous avons des stagiaires de Châteaubriant qui ont leur formateur à Ancenis, et des stagiaires d’Ancenis qui ont leur formateur à Châteaubriant ».

Voilà, vous savez tout. Alors maintenant n’hésitez plus : vous préparez un concours à visée professionnelle - vous avez besoin d’un soutien en complément de cours par correspondance — vous préparez un voyage en Allemagne et vous avez besoin des premiers rudiments d’allemand - vous voulez aider votre enfant, au collège, dans son programme de mathématiques - vous avez besoin d’une préparation à des entretiens d’embauche — ou tout simplement vous avez envie d’apprendre, pour le plaisir. Alors poussez la porte de l’APP : c’est dans la Maison de la Formation à Châteaubriant, cité Paul Huard, rue des Vauzelles, Tél 02 40 81 01 14


Ecrit le 15 décembre 2004 :

 Formation des chômeurs : désengagement de l’Etat

Le désengagement de l’Etat pour la formation de chômeurs adultes longue durée : Patrick Cotrel dénonce une « décentralisation gratuite » :

– Suppression des SIFE* par l’État (4 M€ par an)
– menaces sur les organismes de formation
– Inquiétudes pour les dispositifs régionaux à destination des jeunes

Dans le cadre de sa compétence en matière de formation professionnelle, en particulier pour les demandeurs d’emploi, la Région vise la qualification et le retour à l’emploi dans un maximum de cas.

Pour cela elle met en place des programmes de formation, en partenariat avec l’État, responsable des chômeurs adultes de longue durée et avec les Assedic, responsables des chômeurs indemnisés.

Ce fonctionnement, au bénéfice des demandeurs d’emploi, permet une mixité de publics et de générations, profitable pour tous, une approche au niveau des bassins d’emplois (22 en Pays de la Loire) et constitue une véritable plate forme à entrée permanente pour tout public :

3 000 SIFE* sur 31 000 chômeurs de longue durée sur 118 000 en Pays de la Loire

6000 à 6500 jeunes sans qualification sur 33 000 jeunes chômeurs

Fini ?

Dans la période actuelle, qui se caractérise par une grande incertitude liée d’une part à la Loi de décentralisation du 13 août 2004 et d’autre part au Plan Borloo sur la cohésion sociale adopté le 7 décembre, l’État décide de supprimer les stages d’insertion et de formation emploi (SIFE)* à compter du 1er janvier 2005

Ceci va avoir des conséquences importantes sur les programmes mis en place par la Région, notamment à destination des jeunes en difficulté.

Patrick Cotrel, président de la Commission
« formation professionnelle, apprentissage et politiques de l’emploi » a dénoncé une « décentralisation gratuite et un nouvel exemple du délestage fiscal de l’Etat vers les Régions ».

« Concrètement, c’est une enveloppe de 4 millions d’euros qui s’envole, sans aucune transition, sur des dispositifs communs » explique Patrick Cotrel.

« C’est la disparition brutale de dispositifs destinés à former 3000 personnes en difficulté d’insertion. C’est aussi un coup dur pour les organismes de formation qui pour certains n’échapperont
pas à des licenciements voire des fermetures ».

C’est un véritable abandon par le Gouvernement d’une population déjà fragilisée. La Région ne peut pas se substituer à l’État mais va tenter, dans des délais très courts, de mettre en place des dispositifs spécifiques et mixés jeunes / adultes :

– en veillant dans sa programmation 2005 à un maillage du territoire et à une répartition équilibrée de l’offre de formation pour maintenir un bon accès aux formations sur l’ensemble de la Région.

– en visant prioritairement les publics les plus éloignés de l’emploi, d’abord les jeunes sans qualification mais en ouvrant les stages aux adultes en voie d’insertion lorsque cela sera nécessaire pour le maintien du dispositif anciennement mixé.

*SIFE : stage d’insertion et
de formation emploi


Ecrit le 5 octobre 2005 :

 Formation : réservée aux plus formés

D’ici le mois de janvier 80 à 90 personnes devraient être embauchés, essentiellement des soudeurs. Une formation accélérée de soudure débutera à la fin du mois d’octobre à Nozay. Les personnes intéressées doivent se faire connaître à l’ANPE. En général il n’y a pas de problème lié au déplacement.

A noter deux paradoxes, dans ces histoires de formation :

1)- les personnes qui effectuent la sélection des personnes candidates à la formation de soudure choisissent en priorité celles qui ont un niveau élevé (le baccalauréat et au-dessus). Il ne faut donc pas s’étonner si ces personnes quittent le métier ou la région quand elles ont trouvé mieux et mieux payé.

2)- lors de la sélection, sont choisies de préférence les candidats ayant une voiture ou un moyen de locomotion fiable. Même pour le co-voiturage les sélectionneurs font la grimace !