Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 17 juillet 2012

Mée-disances du 17 juillet 2012

Ecrit le 17 juillet 2012

 Comment arrêter de cumuler en 90 jours

 
Le JDD.fr du 10/07 : Le collectif Participe Futur a lancé un site Internet contre le cumul des mandats, « Cumul-info-service » interpelle les parlementaires cumulards de manière décalée et humoristique.
 
« On a vu les socialistes rétropédaler sur le cumul des mandats et on a souhaité réagir sur le ton de l’humour, tout en dénonçant sur le fond » explique Mélanie Gratacos, membre du collectif Participe Futur. Sur la page d’accueil du site Internet, plusieurs rubriques, reprennent le modèle du site de lutte contre le tabagisme « tabac-info-service ».
 
« Aidez votre député à arrêter » permet à l’internaute de découvrir le « niveau d’addiction au cumul » de son député, et ainsi de lui envoyer un message d’encouragement. Comme pour la cigarette, trois étapes clés : « Je me motive », « j’arrête » et « je tiens bon ». Des conseils pratiques pour alerter sur ce phénomène. Une rubrique plus approfondie, « regards d’experts » propose un point de vue technique et juridique sur la question.
 
[...] Alors que le phénomène de cumul des mandats touche 339 des députés élus en mai 2012 (dont 179 socialistes qui se sont engagés à lâcher tout mandat exécutif local en cas de victoire aux législatives avant fin septembre 2012), l’objectif est de les « aider à décrocher ». « On va faire de la veille, établir des listes avec ceux qui ne lâchent pas. » détaille Mélanie Gratacos. « Mais on n’est pas dans une démarche populiste, on ne va pas faire de podium. La question du cumul des mandats est compliquée et implique tout le système démocratique. »
 
Résolument de gauche mais non encarté, le collectif rappelle que la lutte contre le cumul des mandats est une question d’efficacité, de lisibilité des responsabilités publiques et de pluralité de la classe politique. Le 12 juillet, Participe Futur a donné rendez-vous aux cumulards à Paris pour une manifestation intitulée « lâcher de mandats ».
 

 Le Coran et les pots-de-vin

 
Courrier international du 09/07 : La volonté de placer la religion au cœur de la société indonésienne connaît ces dernières années un véritable regain. Périodiquement, en Indonésie, le ministère des Religions lance un appel d’offres pour acquérir des Corans destinés à être distribués gratuitement dans tout le pays aux plus pauvres et aux écoles musulmanes. Il en faut deux millions par an. Or l’imprimerie du ministère des Religions dans la région de Cisarua, à Java-Ouest, ne peut en éditer que 60 000 exemplaires.

Un ancien membre du Parlement raconte que depuis 2009 l’appel d’offres a toujours été remporté par l’entreprise représentée par Zulkarnaen, lequel est membre du conseil budgétaire de la commission religieuse au Parlement, position stratégique pour décider des contrats. « Les accords sont vite réglés parce que tous les membres de la commission touchent », précise l’ancien parlementaire […] qui se demande : « si ce qui est sacré est corrompu, que penser de ce qui est profane ! »

 Fessenheim : quel avenir ?

 
Le Journal de l’environnement du 06/07 : Jeudi 5 juillet, les responsables de la sécurité du nucléaire français étaient auditionnés devant les députés de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

L’occasion pour André-Claude Lacoste, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), d’avertir : « Si le radier du réacteur de Fessenheim n’est pas épaissi d’ici juillet 2013, on ferme ». […]. Pour le député écologiste Denis Baupin, c’est « inquiétant d’avoir attendu Fukushima » pour admettre l’existence de ce problème de radier ainsi que d’autres anomalies évoquées lors de l’audition. […]

Le choix du futur de la centrale de Fessenheim est à placer dans un contexte défavorable à l’industrie nucléaire. En effet, selon un récent rapport intitulé le « World Nuclear Industry Status Report 2012 », et rédigé par deux experts indépendants du secteur, l’industrie nucléaire ne serait plus compétitive, piégée par des coûts de plus en plus élevés et directement concurrencée par les énergies renouvelables.
 
Selon ce document publié début juillet, 31 pays dans le monde produisent de l’électricité nucléaire à partir de 429 réacteurs qui produisent au total 364 gigawatts. La France produit à peu près la moitié de l’électricité nucléaire de l’Europe. L’âge moyen des centrales, au niveau mondial, continue à progresser et est passé à 27 ans. A moins de construire de nombreux nouveaux réacteurs, ce qui est fortement improbable dans ce contexte de crise économique, la tendance actuelle est à l’extension de leur durée de vie. La production d’électricité nucléaire est ainsi passée d’un pic de production de 17% en 1993 à 11% en 2011. Dans l’Union européenne, le nucléaire a baissé de 14 GW depuis 2000, tandis que dans le même temps 142 GW d’énergies renouvelables ont été mis en place.

 « De nombreuses compagnies électriques étaient en grande difficulté économique avant la catastrophe de Fukushima. 15 mois après, il est certain que le déclin de cette industrie ne peut que s’accélérer. » […]
« Il apparaît de plus en plus évident que le nucléaire n’est plus compétitif dans ce monde, que ce soit d’un point de vue économique, environnemental ou social », affirment les experts.
 

 Traders décomplexés

 
Challenges.fr du 10/07 : Selon un sondage publié mardi 10 juillet par le cabinet d’avocats new-yorkais Labaton Sucharow, quelque 24 % des 500 cadres supérieurs dans le secteur financier à New York ou à la City de Londres assurent être « susceptibles d’adopter des méthodes malhonnêtes ou illégales pour réussir ». En outre, 16 % d’entre eux admettent qu’ils n’hésiteraient pas à sortir du cadre de la loi en commettant un délit d’initiés - achat ou vente d’actifs sur la base d’informations privilégiées - s’ils pouvaient s’en tirer sans poursuites. Selon l’enquête, 39 % des cadres interrogés estiment que leurs concurrents ont déjà pratiqué des activités illégales ou malhonnêtes et 30 % d’entre eux pensent que leurs salaires ou leurs bonus les poussent à enfreindre le code de déontologie.

 Cette étude intervient en plein scandale du Libor sur les manipulations du marché interbancaire, et peu après une perte exceptionnelle de la banque américaine JPMorgan Chase, se situant autour de 4 à 5 milliards de dollars. Pour l’un des responsables du cabinet new-yorkais, ces aveux sont inquiétants : « Quand la malhonnêteté est une pratique communément admise par les professionnels de la finance, c’est l’intégrité même de tout notre système financier qui est en danger ». [...]
 
En plein débat sur la réglementation financière des places boursières mondiales, un tiers seulement des personnes interrogées estiment que les régulateurs des deux côtés de l’Atlantique représentent une force de dissuasion.

 Un ex-ministre or-di-nai-re

Le Canard enchaîné du 11/07 : on le savait, qu’ils étaient dans leur bulle, à mille lieues des préoccupations quotidiennes du pékin moyen. Et voilà que Claude Guéant lâche le morceau : à 67 ans, l’ancien ministre de l’Intérieur, qui a échoué à se faire élire député, a avoué benoîtement sur France Inter qu’il vivait aujourd’hui « comme un citoyen ordinaire ». Et que , du coup, n’ayant plus une armada de petites mains à sa disposition, il passe ses coups de fil lui-même : « Je dois faire quelques contrôles médicaux, eh bien je vois ce que c’est, d’obtenir un rendez-vous, c’est pas si simple que ça (…) . Ça apprend, y compris sur l’action publique ».

Un constat qui aurait pu être utile aux sarkosystes s’ils l’avaient fait avant les élections !