Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > François Hollande > L’avenir du monde rural

L’avenir du monde rural

Ecrit le 17 juillet 2012

 Demain, quel monde rural ?

Dans un communiqué du 4 juillet 2012, l’Association des maires de France (AMF) tient à réaffirmer que les territoires ruraux doivent être les acteurs d’une société en mutation. « Le monde rural possède pour cela de nombreux atouts : 85% de l’espace national, un tissu d’emplois industriels et artisanaux bien représentés, un dynamisme démographique dans de nombreux territoires, la première agriculture européenne, un patrimoine exceptionnel... »

Au niveau local, si le renforcement des grandes agglomérations joue un rôle moteur dans le développement des territoires environnants, la gouvernance infrarégionale ne saurait se limiter à un dialogue entre la région et les agglomérations. « Les communes rurales doivent être pleinement associées aux politiques transversales qui les concernent afin de développer des synergies entre l’ensemble des territoires, en s’appuyant sur les intercommunalités et en évacuant la stérile opposition urbain / rural ».

Au niveau national, l’AMF demande que tous les territoires ruraux bénéficient d’une
considération égale, non pour des raisons de simple symétrie mais parce que le territoire français doit être abordé dans sa diversité.

« En matière de normes, (…) il faut privilégier les recommandations de bonnes pratiques, en lieu et place des règles obligatoires et nationales, afin de conférer davantage de souplesse et de faculté d’adaptation aux communes rurales dont on mésestime la grande capacité d’innovation ».

 Les territoires ruraux, espaces productifs et innovants

C’est dans les territoires ruraux que l’économie peut le plus se développer : la production y trouve de l’espace, l’artisanat une identité et un savoir-faire, sans oublier
l’agriculture, l’économie résidentielle ou le tourisme  . Les territoires ruraux sont également des lieux d’innovation pour la production de l’énergie, notamment renouvelable.

Lieux d’intégration et de cohésion

L’AMF considère que l’école en milieu rural doit faire l’objet d’une attention toute particulière . Il est essentiel de trouver une articulation entre le nécessaire maintien de l’école de proximité en milieu rural et la recherche, à l’échelle d’un territoire donné, des meilleures conditions de scolarisation pour la réussite des enfants.

« L’accès aux soins est une préoccupation majeure pour les populations des territoires ruraux. La présence de professionnels de santé doit y être assurée dans la proximité, par l’incitation quand celle-ci fonctionne mais également par des mesures plus contraignantes. De nombreuses personnes âgées vivent en milieu rural et souhaitent être maintenues à domicile, malgré une dépendance parfois importante. Les maires des communes rurales s’y emploient en développant, en lien avec le secteur associatif, de nombreuses actions d’aide à la personne et d’aménagement d’espaces sécurisés ».

Le financement de l’aide à domicile est un sujet de préoccupation, les maires redoutant qu’une réduction des allocations versées aux personnes dépendantes conduise les communes à devoir accroître leurs aides.

En matière de logements, l’AMF considère que la politique de l’habitat doit être résolument orientée vers la réhabilitation, notamment en centre bourg. Par ailleurs, l’AMF considère qu’il faut encourager la mobilité résidentielle et l’accueil des populations en favorisant la production de logements sociaux. Ces politiques doivent limiter au maximum la consommation du foncier agricole.

L’AMF appelle à repenser la question de la mobilité et des communications en zone rurale (le haut débit par exemple)

Enfin l’AMF demande une refondation complète de la réflexion sur les services de proximité, prenant en compte les besoins réels des populations (…) et estime que les coûts de préservation des espaces, de la biodiversité, de la protection des milieux naturels ne doivent pas reposer uniquement sur les communes concernées, majoritairement rurales.

Lire le document de l’association des Maires de France, document pdf de 3 méga octets