Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > APP ; CIFOR ; DAEU

APP ; CIFOR ; DAEU

 Mentoring : Des tandems pour l’avenir

(écrit le 28 novembre 2001)

« Vous obtiendrez tout ce que vous voudrez dans la vie si vous faites l’effort d’aider suffisamment de personnes à obtenir ce qu’elles veulent » (disait Zig Ziglar)

Mentor, est un personnage de l’Odysée, un ami d’Ulysse, à qui ce dernier confia la gestion de ses biens et l’éducation de Télémaque son fils unique. C’est donc un personnage qui a près de 30 siècles d’histoire ! Le mot « mentor » a donné naissance à un système anglais appelé le « mentoring » qui ressemble au parrainage, mais qui en diffère considérablement, en ce sens que le « mentor » apporte une aide à une personne, que cette aide soit sociale, familiale, professionnelle ou autre. On peut voir naître par exemple un « mentoring » entre des personnes qui se sont remises de traumatismes de la colonne vertébrale et des patients qui viennent tout juste de subir des lésions médullaires ! Ou entre « anciens » et « débutants » en politique ou dans tout autre domaine.

La DAFPIC (délégation académique à la formation initiale et continue) à Nantes, a voulu lancer le mentoring dans les centres de formation qu’on appelle des GRETA  , dans le cadre d’un projet européen qui s’appelle EMPLOI / NOW. Elle n’envisageait pas, mais alors pas du tout d’en faire bénéficier le GRETA   de Châteaubriant, jugé sans doute trop petit, trop petite structure dans une trop petite ville. C’était compter sans la forte implication de Chantal Rolland, de Soudan, qui, par sa passion, sa compétence, son humanisme, a réussi à mettre sur pieds un réseau d’une douzaine de mentors, au point que le GRETA   de Châteaubriant sert maintenant de modèle académique.

Neuf femmes, deux hommes, ont donc joué le rôle de « mentors » pour 23 jeunes femmes âgées de 23 à 46 ans. Qui ont pu bénéficier d’une écoute attentive de leurs difficultés personnelles, dans une relation de confiance, de liberté, un suivi cadré, dans une démarche jalonnée ensemble.

Ces « tandems » ont redonné à ces 23 jeunes femmes les outils nécessaires au combat de la vie. Au bout du compte, un emploi pour quelques-unes, mais, pour toutes, un mieux-vivre, une reprise de confiance en soi.

J’ai changé

Le secret d’un appariement réussi n’est PAS le degré de similitude entre les mentors et les partenaires. Ce qui compte, c’est l’aptitude des mentors à se mettre sur la même longueur d’onde que leurs partenaires, à comprendre et à accepter ce que ces derniers éprouvent. Avec des résultats parfois inattendus : « J’ai changé, dit Marie-Thérèse, mentor de 45 ans. Avant je me disais : s’ils se secouent, les chômeurs peuvent y arriver. Finalement , grâce au mentoring, je me suis rendue compte que des chômeurs sont démolis psychologiquement »

La réussite de l’appariement dépend de la relation qui s’établit entre les partenaires. De plus, cela ne sert pas à grand chose de se contenter d’apparier des gens et de laisser faire. Au contraire, il faut que quelqu’un se charge de faire des vérifications régulières auprès des mentors et partenaires afin de savoir comment les choses se passent, ce que chaque personne retire et ne retire pas de la relation.

C’est le travail de l’animatrice, Chantal Rolland, qui se doit d’être à la fois « veilleur et éveilleur » - pour trouver, en tant que mentors, des personnes très équilibrées - pour proposer le mentoring à des personnes qui vivent la galère et qui acceptent d’être aidées pour s’en sortir - pour vérifier que la relation se maintienne dans un cadre précis, institutionnel, avec un objectif final.

Finalement, l’expérience profite à tous, aussi bien aux mentors qu’aux personnes parrainées dans la mesure où cela permet aux deux personnes de se développer, d’apprendre, d’expérimenter la relation à l’autre de manière purement humaine sans pour autant tomber dans l’erreur du trop affectif.

Les relations à sens unique, où les mentors sont les seuls à donner d’eux-mêmes, sont à proscrire. Il ne s’agit pas de paternalisme (les mentors ne sont pas de la bonne bourgeoisie castelbriantaise !) mais d’un vrai partenariat entre deux personnes, l’une accompagnant l’autre dans sa recherche d’elle-même, dans sa reprise de confiance en elle-même. En quelque sorte, les deux personnes doivent se choisir, la relation entre elles doit être riche et créer quelque chose.

Cela fait trois ans que cela fonctionne à Châteaubriant. Un bilan en a été dressé le vendredi 23 novembre 2001 et un livret détaille ce qu’est cette pratique d’accompagnement, avec des cas concrets.

On peut demander ce livret à l’atelier pédagogique personnalisé, Maison de la Formation, Rue des Vauzelles à Châteaubriant - Tél 02 40 81 01 14
(ou Greta   : 02 40 81 08 59)


écrit le 30 octobre 2002

 Atelier Pédagogique Personnalisé

« Je me suis laissée guider, baissant mon bouclier au fur et à mesure. Pour arriver enfin à une révolution, à une sorte de déblocage de ce qu’il y avait en moi. Pas de regard scrutant, curieux, jaugeant, snobant ou sondeur, on se sent accepté du premier abord ».

Celle qui s’exprime ainsi, a écrit son témoignage dans le livre d’or de l’APP : l’atelier de Pédagogie Personnalisée qui tenait « portes ouvertes » le 17 octobre 2002.

Cet atelier a été ouvert en 1995, suite à une entente locale avec le centre de formation pour adultes de St Nazaire, le centre de Formation de St Joseph, l’école d’agriculture de Derval, et le GRETA   (groupement des établissements publics) qui joue le rôle d’organisme pilote. Drôle d’alchimie

« Mais le miracle a eu lieu, dit le Président Jean Pierre Monlaurent, « l’entente est cordiale, nous aimons travailler ensemble et ce climat très positif rejaillit sur les stagiaires »

Pas une école

Stagiaires, dîtes-vous ? .... L’Atelier Pédagogique Personnalisé (APP) n’est pas une école, même si c’est un lieu où l’on vient pour apprendre. L’APP de Châteaubriant accueille 300 stagiaires par an, avec une moyenne de 100 heures par stagiaire, et ce faisant, il se trouve dans la moyenne nationale, ce qui est une performance pour une petite ville comme Châteaubriant. L’installation d’un APP à Châteaubriant a été une gageure. Pari réussi.

De plus, l’APP s’ouvre vers Ancenis, par visio-conférence : l’idée en est venue à la suite d’une expérience vécue avec une jeune castelbriantaise atteinte de sclérose en plaque (relire La Mée du 27 janvier 1999) qui a pu préparer son baccalauréat à distance, en restant chez elle, tout en intervenant en direct dans une salle de classe grâce à l’équipement informatique.

Pari réussi

Le public : demandeurs d’emploi, salariés. Au niveau national le stagiaire « type » en APP est une femme, de plus de 26 ans, en recherche d’emploi et de niveau inférieur au baccalauréat. Le niveau des stagiaires est très variable, la formation par le biais de l’APP exige un minimum d’autonomie en lecture et écriture, car l’APP fonctionne sur le principe de l’auto-formation accompagnée (1).

A l’APP chaque stagiaire a un parcours individualisé, le plus personnalisé possible, en fonction de ses besoins, en fonction de l’examen qu’il souhaite passer. L’APP se réserve la partie théorique de la formation. La partie technique est « sous-traitée » à l’Association de formation professionnelle des adultes (AFPA  ) basée à St Nazaire, qui dispense une formation à distance avec des regroupements une fois par semaine à Châteaubriant .

 Validation des acquis

L’APP permet aussi la validation des acquis de l’expérience. Toute personne, dès qu’elle a 3 ans d’expérience, peut accéder à une qualification reconnue.

« L’APP c’est donner du lien social, c’est l’accueil de personnes déstructurées, qui reprennent goût à quelque chose, qui font émerger leur projet et trouvent, sur place, l’accompagnement dont elles ont besoin » dit Chantal ROLLAND « Je doutais de moi, je croyais qu’à 40 ans il me serait très difficile de repartir pour apprendre. J’ai repris confiance, j’ai pu intégrer un groupe, apprendre à écouter et à me maîtriser » est-il écrit dans le livre d’or.

 A.R.L., atelier de raisonnement logique

Un des ateliers spécifiques de l’APP, c’est l’ARL (ah les sigles !), c’est-à-dire l’atelier de raisonnement logique sur des problèmes très concrets. Par exemple : « Vous souhaitez acquérir une voiture dans un garage. Vous pouvez tomber sur une bonne occasion mais aussi sur une moins bonne voiture. En comparant les stocks des garages A et B choisissez le garage le plus sûr, c’est-à-dire celui où vous avez le plus de chances de trouver une bonne occasion ». Des images montrent différents types de garages, le stagiaire doit dire quel est son choix.

« A quoi riment ces exercices qui semblent ne servir qu’à s’arracher les cheveux » se disait un stagiaire au début. « Puis petit à petit j’ai compris le bien-fondé de ce jeu, curieux des suites que cela peut donner : confiance en soi, analyse plus efficace des situations, patience, clarté des formulations ». C’est un « jeu » qui se pratique à 7 ou 8, pas plus, avec une animatrice, car il y a des relations de confiance à établir, nécessaires pour oser faire reformuler une question, dire qu’on ne comprend pas la situation, déceler et expliquer la nature du blocage, dans une atmosphère où l’on n’a plus peur de « l’erreur » puisque l’animatrice explique que celle-ci est constructive.

A quoi cela peut-il servir ? A résoudre une multitude de problèmes : dans sa vie quotidienne, faire le meilleur choix .... Lire plus efficacement .... Mieux argumenter une réponse ... etc. Suite


 Préparation à l’entretien d’embauche

Une autre activité de l’APP (atelier pédagogique personnalisé), consiste à préparer les stagiaires à un entretien d’embauche, connaître les critères d’efficacité de la communication orale. Les moyens pédagogiques utilisés sont variés, y compris l’utilisation de la vidéo. « J’ai moins peur du regard des autres maintenant, j’ai appris à me valoriser devant un jury »

L’APP accueille, tous les lundis à 13h30, les personnes qui se présentent pour formuler leurs besoins. Chaque personne est prise de façon individuelle pour voir ce qu’il est possible de faire de façon individualisée.

APP, Maison de la Formation
Rue des Vauzelles
44110 Châteaubriant
tél . 02 40 81 01 14


 Maison de la Formation

La Maison de la Formation à Châteaubriant abrite aussi :

– CAP EMPLOI, organisme spécialisé dans l’intégration professionnelle des travailleurs handicapés - 02 40 08 66 08

– ICS : international conseil services, qui assure la formation professionnelle en langues étrangères - 02 40 81 54 52

– Projet emploi : pour la réinsertion professionnelle des jeunes et des adultes, avec accompagnement long (6 mois) ou court (3 mois) - 02 40 51 73 77

Adresse : rue des Vauzelles à Châteaubriant - Tél 02 40 81 54 54


Ecrit le 22 décembre 2004 :

 Le Greta  , certifié iso 9001

Greta   : un Groupement d’ETAblissements qui a fini par s’imposer dans le paysage de la formation. Il s’agit d’une mise en commun des ressources pédagogiques, au service de la formation des adultes.

Le réseau de formation publique de l’Académie de Nantes est constitué de 13 GRETA   autour d’une tête de réseau qui porte le joli nom de « DAFPIC » (délégation académique à la formation professionnelle initiale et continue).

Une démarche de certification-qualité a été entreprise en trois vagues. Le GRETA   du Castelbriantais a fait partie de la deuxième vague et, le 14 décembre 2004, a eu le plaisir d’annoncer l’obtention de son diplôme « ISO 9001 ».

ISO c’est international standard organisation, une série de normes de comparaison, au niveau international. La certification ISO 9001 garantit :
– . Une politique et des objectifs qualité
– . La limitation des risques de dysfonctionnement
– . Une pratique de l’évaluation et de l’autocontrôle.

La certification obtenue par le GRETA   du Castelbriantais fait suite à une démarche longue et semée d’embûches. Le fait d’être une petite structure, la plus petite de l’Académie de Nantes, entraîne une multitude de tâches pour chacun des salariés, d’où le manque de disponibilité pour s’investir dans une démarche de réflexion sur les pratiques et les méthodes.

Mais finalement, tout le personnel s’y est mis : Direction, administratifs, formateurs, plus particulièrement depuis 1997, avec la volonté d’harmoniser les pratiques et les documents de tous les GRETA   de l’Académie. Un « Manuel de Qualité » commun à tous, a été élaboré. La certification obtenue, qui est un argument de poids face à la concurrence, est valable jusqu’en 2006. Ensuite il y aura régulièrement des « audits de suivi » Suite


 C.I.FOR

(1) pour une formation de base, remise à niveau par exemple, il existe un autre organisme à Châteaubriant, le CIFOR. (centre d’initiative   et de formation), que l’on trouve à la Maison de la Formation et qui propose :
– remise à niveau et lutte contre l’illettrisme
– atelier d’alphabétisation et apprentissage du français (pour les étrangers)
– accompagnement à l’insertion : du diagnostic à l’emploi, en faveur des RMIstes.

Tél 02 51 80 40 40


Ecrit le 6 juillet 2005 :

 Portes ouvertes au CIFOR-Ouest

Si je pouvais cueillir
Les étoiles comme les fleurs
Et en faire un bouquet
Un bouquet de bonheur
Pourquoi me diriez-vous ?
Pour les distribuer !
A qui, me diriez-vous ?
Aux tristes, aux esseulés !
Souvenez-vous ceci
Qu’aujourd’hui vous donnez
Peut-être que demain
C’est vous qui recevrez !

Elisabeth Morel

Il y avait Portes Ouvertes au CIFOR-Ouest le jeudi 30 juin 2005.

Dommage pour ceux qui ne sont pas venus.

Le CIFOR-Ouest est un organisme pas comme les autres.

C-Conseiller
I-Informer
F-Former
O-Orienter
R-Redynamiser

Telle est sa devise. Il accueille tous les accidentés de l’école, tous ceux qui en ont gardé un mauvais souvenir, tous ceux qui, à force de ne plus écrire, ne savent plus mettre des mots bout à bout pour en faire des phrases.

A Châteaubriant, Blain, Nort sur Erdre, (et Nantes) le CIFOR-Ouest offre des formations itinérantes, un jour ici, un jour là. Des maths et du français, raisonnement logique et culture générale, accompagnement vers l’insertion professionnelle.

A raison de sept heures par jour (maxi 500 heures), avec des méthodes adaptées qui font oublier l’école, qui font rêver à l’école qu’on n’a pas connue.

Il y a là Charlène, qui se refuse à écrire. Jusqu’au jour où elle a besoin d’écrire pour expliquer à quel point elle aime aller à Lourdes...

Il y a là Fatima qui a très peur de l’ordinateur et s’apprivoise tout à coup quand elle découvre, par internet, des images de son pays natal : Mayotte.

Il y a là Angelo, qui sait à peine écrire son nom mais a envie de communiquer.

Et Jessica dont l’esprit se ferme à la vue de quelques chiffres, mais fait preuve d’une intelligence vive.
Chaque cas est particulier.

Toutes les semaines 10 à 12 personnes en situation d’échec, ou d’illettrisme, se retrouvent au CIFOR-Ouest, dans les locaux de la Maison de la Formation à Châteaubriant.

Deux grandes tables en rond dans une pièce, des ordinateurs dans une autre. Un coin café. Tout ce qu’il faut pour se retrouver ensemble ou isolément selon les cas, selon les besoins.

Pour la formatrice Nathalie Tannin, les personnes qui viennent au CIFOR-Ouest ont à la fois besoin d’une formation et d’une écoute.

Elles ne sont pas stupides ; elles ont seulement un blocage quelque part, de gros problèmes personnels qui parasitent leur vie. « Je suis là pour les aider à reprendre confiance en elles. Je suis épatée par leur dynamisme, par la richesse de leur expression. On leur a souvent dit qu’elles n’étaient pas grand chose. J’en ai vu pleurer quand je leur ai dit qu’elles étaient intéressantes ».

Charlène, Fatima, Jessica, Elisabeth, Angelo, Bruno et Steph sont plus intelligents que l’image qu’ils traînent après eux.

« Au CIFOR-Ouest ils redécouvrent le plaisir d’apprendre. Ils se stimulent, ils se réconfortent. Ils ont un grand respect les uns pour les autres ». dit Nathalie Trannin.

Nathalie_Trannin_CIFOR-OUEST
Nathalie Trannin

Le CIFOR-Ouest, financé notamment par le Fonds Social Européen, apporte une formation à la carte.

« Nous nous renseignons pour savoir exactement de quels savoirs ils ont besoin ».

Résultats :

des diplômes obtenus comme le CFG (certificat de formation générale), des entrées en formation qualifiante, une réussite humaine incontestable.

« Je me sens bien ici, mieux que chez moi. J’avais besoin de rencontrer des gens pour reprendre confiance en moi » dit Séverine.

Pari gagné.

CIFOR Ouest, Maison de la Formation
16 rue des Vauzelles à Châteaubriant
Tél : 02 40 81 54 51.

Le CIFOR Ouest est certifié « Iso 9001 », sa directrice est Anne-Françoise Rachadi.

Pour tout renseignement :

Odile RINCE, formatrice-coordinatrice
Tél : 02 51 80 40 40


Ecrit le 5 avril 2006 : Voir article ci-dessus

Vendredi 31 mars 2006 : journée Portes Ouvertes à l’APP et au GRETA  .
– APP : atelier pédagogique personnalisé
– GRETA   : groupement d’établissements

Il s’agit de moyens de formation mis à la disposition des habitants de la région, presque « à la carte ». Ce serait dommage de ne pas en profiter ... encore faut-il en connaître l’existence.

L’APP (atelier de pédagogie personnalisée) propose des remises à niveau (communication écrite ou orale, mathématiques, comptabilité, langues, biologie, informatique, etc) : tout ce qu’il faut pour préparer un concours, un examen ou la validation des acquis de l’expérience.

APP
Etude du français à l’APP

Quelques modules particuliers : la gestion du stress (!), la simulation d’un entretien d’embauche, ou le « Français langue étrangère » (cette dernière formation regroupe en ce moment des Anglais, des Russes et un Marocain) (voir photo)

Tous les lundis, à 13h30, il y a une information collective gratuite. Ceux qui le désirent peuvent ensuite rencontrer la coordinatrice Chantal ROLLAND et voir avec elle quelle formation choisir et pour combien d’heures. Renseignements : 02 40 81 01 14

 DIF

Le GRETA   propose des formations inter-entreprises : bureautique, langues, sanitaire et social, lecture de plans ; commandes numériques, soudure et plomberie, habilitation électrique, sauveteur-secou- riste du travail. Il propose aussi des modules de développement personnel : apprendre à apprendre, mémoriser, communiquer.

Ces formations peuvent se faire dans le cadre du DIF : droit individuel à la formation. La loi prévoit 20 heures par an, cumulables sur 6 ans, avec un maxi de 120 heures, qui peuvent se faire de deux façons :
– Soit sur le temps de travail, avec maintien de la rémunération
– Soit en dehors du temps de travail (avec une allocation de formation qui représente 50 % du salaire net)

Le GRETA   propose aussi un suivi de la formation dans le cadre des Contrats de professionnalisation et des périodes de professionnalisation.

 Professionnalisation

Les Contrats de professionnalisation ont été mis en place, depuis octobre 2004, par la « loi de formation professionnelle » pour remplacer les contrats de qualif et les contrats d’adaptation. Ils concernent plus spécifiquement les jeunes de moins de 26 ans, sans qualification initiale ou voulant compléter une formation initiale.

Il s’agit de CDI ou de CDD de 6 à 12 mois, voire 24 mois, sachant que 15 % à 25 % du temps de travail doit être consacré à la formation. Le GRETA   peut prendre en charge cette formation, en lien avec le Lycée Etienne Lenoir.

(ndlr : voilà encore un contrat destiné aux jeunes. Il n’était donc pas nécessaire de créer le trop fameux CPE, contrat première embauche, qui n’apporte rien de plus .... sinon la précarité non inscrite dans le Contrat de Professionnalisation !)

La « période de professionnalisation » est un système mis en place en octobre 2004,
pour les salariés en entreprise. Elle vise à favoriser le maintien dans l’emploi de salariés fragilisés dans leur parcours professionnel. Six catégories de salariés sont visées :
– les salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies et de l’organisation du travail,

– les salariés ayant au moins 20 ans d’activité professionnelle
– les salariés âgés de 45 ans et plus, avec au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise,
– les salariés qui envisagent la création ou la reprise d’une entreprise,
– les femmes après un congé maternité, ou les parents après un congé parental,
– les travailleurs handicapés.

Là encore le GRETA   propose des formations.

C’est le GRETA   qui, par exemple, assurera prochainement la formation de personnes désirant intervenir au domicile de personnes âgées.

Enfin le GRETA   peut répondre à tous les besoins de formation des personnes, même si elles ne sont pas en entreprise. Contacter Mme Nadan au 02 40 81 08 59

  APP : 02 40 81 01 14
GRETA   : 02 40 81 08 59

Ecrit le 30 août 2006 :

 DAEU : diplôme d’accès aux études universitaires

Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) : 10e anniversaire de ce diplôme qui est un véritable passeport : l’entrée à l’université ; la possibilité de présenter les concours administratifs catégorie B.

L’enseignement est organisé par l’Université de Nantes et confié, à Châteaubriant, à des enseignants choisis par l’université.
–  C’est une démarche volontaire de remise à niveau.
–  Cette démarche exige une mise en condition : une préparation préalable en français, anglais, histoire-géographie.
–  Au cours de l’année : préparation à distance, et importance du travail individuel. Un travail collectif, des directives, une mise en commun, sont proposés au cours de regroupements (10 rencontres  ). Ces rencontres   ont lieu au Lycée Guy Môquet à Châteaubriant. Elles permettent aux stagiaires de s’insérer dans un groupe où ils peuvent confronter leurs difficultés, s’entraider et soutenir leur motivation.

Matières enseignées :
–  Français, langues, Histoire-géographie. Pour les langues on peut choisir l’espagnol, l’italien ou l’allemand mais les cours se font alors dans le cadre de l’enseignement à distance (CNED).
–  L’informatique et le droit sont des enseignements optionnels pour lesquels les cours sont uniquement dispensés à Nantes.

Outils de travail :
–  des manuels (avec une part importante réservée à la méthodologie : apprendre à apprendre) et des cassettes vidéo.
–  Un tutorat téléphonique : des professeurs sont à la disposition des stagiaires pour les aider dans leur travail s’ils en font la demande, ou garder le contact avec eux pour les encourager.
–  Un site internet, propose un complément d’exercices et de travail, et un forum qui permet aux stagiaires d’échanger entre eux.

Public :
–  Age : de 22 à 44 ans.
–  Personnes engagées dans la vie professionnelle.
–  Personnes désireuses de compléter leur formation initiale pour se reconvertir, accéder à une promotion, ou simplement pour parfaire leur culture générale.

Modalités d’inscription :
–  Par téléphone auprès du service de Formation Continue de l’Université de Nantes au : 02.40.25.07.31.
–  Par courrier en écrivant à : Université de Nantes - Service de Formation Continue -DAEU, 2bis, boulevard Léon Bureau, BP   96228, 44262 - NANTES CEDEX 2.
–  Par courriel : daeu@univ-nantes.fr.

Résultats :

Le taux de réussite est de 60%, et dépend en bonne partie du travail fourni dans l’année et de sa régularité.

Parcours de femme : Sylvie


NOTES:

(1) pour une formation de base, remise à niveau par exemple, il existe un autre organisme à Châteaubriant, le CIFOR. (centre d’initiative et de formation), que l’on trouve à la Maison de la Formation et qui propose :
– remise à niveau et lutte contre l’illettrisme
– atelier d’alphabétisation et apprentissage du français (pour les étrangers)
– accompagnement à l’insertion : du diagnostic à l’emploi, en faveur des RMIstes.