Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Souvenirs ... souvenirs (05)

Souvenirs ... souvenirs (05)

Ecrit le 27 juin 2012

 La dame blanche

De nombreuses légendes parlent de la Dame Blanche : fantôme, spectre, lavandière de la nuit et version plus moderne, auto-stoppeuse. La Dame blanche du lac de Vioreau habitait-elle le manoir de la Chaussée ? Et où habite cette apparition saisie dimanche 17 juin dans le bois de Tugny ? A-t-elle porté bonheur à Yves Danielet compromis le grand destin na-tio-nal de Michel Hunault ?


Ecrit le 15 août 2012

Un clou chasse l’autre. Une éolienne aussi (photo A.Borgone)


 Souvenir du 4 août 1944

4 août 1944. Je me souviens très bien. Les alliés/américains arrivent de Rennes et libèrent Châteaubriant. Les canons tonnent, les armes crépitent, les adultes sont un peu fous, près de chez nous un halftrack flambe. Quelques jours plus tard, sur la place de la Motte, je fais les courses avec ma maman. 25 ans ma maman, toute menue dans sa petite robe d’avant guerre, elle doit être assez craquante. Ce qui n’échappe pas à un GI qui flâne par là, devant ce qui est aujourd’hui l’Amazone. Bien vêtu dans son uniforme plein de poches, pleines de cigarettes et de sucreries, le militaire essaie d’engager une conversation. Mais barrière de la langue ou réserve excessive de ma mère, la communication ne passe guère. Alors, rusé tacticien, le libérateur feint de s’intéresser à l’enfant, à moi ! Tentateur il m’offre un petit paquet brillant qui doit contenir un aliment délicieux assurément. Refus très ferme de ma mère qui repousse le don. Ayant épuisé toutes ses billes l’homme décide d’arrêter là et me serre la main. Je m’empresse de l’essuyer.

Souvent j’ai repensé à ce GI. J’espère qu’il a bien fini la guerre et qu’il a pu retourner sain et sauf aux Etats Unis (de préférence dans un état pas trop au sud). J’espère aussi qu’il aura compris la raison de mon geste de répulsion et qu’il n’en n’a pas souffert.

C’était la première fois que je voyais un noir.

A.Borgone