Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > La joie d’un " perdu et retrouvé "

La joie d’un " perdu et retrouvé "

Ecrit le 15 août 2012

Le vendeur et la petite pièce

Notre moral oscille entre le bas de chaussette et la plante des pieds. Divers nuages sombres plombent notre actuel et notre avenir. Et si on sortait de notre « sinistrosite » aiguë ? Et si, en cet été peu chaud et très pluvieux, on voulait bien respirer à pleins poumons les rares instants de pure gaieté, de joie ? Oui, ils sont furtifs. Ils sont à consommer tout de suite. Encore faut-il rester ouvert, positif, pour les déguster. Un simple coup de téléphone d’un très proche m’a ré-ouvert les yeux et les oreilles et m’a redonné la pêche, la « niaque ».

Cette personne habite loin du 44 (800 km), et pas bien loin de la source du majestueux fleuve Loire. Plus précisément, elle est stéphanoise (habitant Saint-Etienne, 42) et accro au modélisme, la construction pièce après pièce de maquettes. Et spécialisée dans la reproduction en modèle réduit des gros « trucks », ces fameux et mythiques semi-remorques américains qui affrontent routes et déserts. C’est son « hobby » (sa passion). A l’échelle du 1/24e (soit environ 1,20m en longueur), une maquette représente environ 2 200 pièces à identifier (selon un plan strict), à repérer, à limer, à peindre (3 couches) puis à ajuster par collage ou emboitement. Au bas mot, c’est six mois d’attention, de réflexion et de patience en comptant 3 à 5 h/semaine. Ce n’est pas de la « petite bière ».

C’est génial d’avoir un hobby, car c’est un objectif, un but apaisant et motivant. S’il y a « stress », il est positif. On y affronte les difficultés et on les surmonte, on les dépasse avec succès et plaisir. Que ce soit la pêche à la ligne, un jardin, la lecture, le char à voile, la belote avec ou sans annonce, ou je ne sais quoi, c’est de la détente, du pur bien-être et de l’auto-satisfaction. Tout bon pour le moral.

Je reviens à nôtre « camionneur ». Par besoin de conseil sur la nuance d’une peinture, il se rend au magasin (hors pub. : MIRAGE, 31 rue de la République, 42 000 Saint-Etienne) avec une petite pièce de maquette en poche. Il en repart heureux avec ses pots de couleurs. Rendu chez lui, et partant pour peindre cette fameuse petite pièce, impossible de la retrouver. Imaginez-vous face à un puzzle de 500 morceaux (même si les puzzles ne sont pas votre tasse de thé), fier(e) d’avoir assemblé 490 pièces, et, comptant et recomptant, il ne vous reste que 9 pièces dans le carton. Un trou, un manque. Ou est passée cette maudite pièce ? Je la vois là, là ou encore là. 

Pendant 2 jours, notre « camionneur » retourne toutes ses poches, ses papiers, ses meubles, ses tapis et ses moquettes. Persuadé qu’elle est là, quelque part. Mille et mille fois, comme vous et moi, il refouille chaque cm déjà visité. Rien !! Cette pièce est toute petite (6 cm * 2 mm) mais indispensable. Il refait tout son voyage jusqu’au magasin dans sa tête. Bus, tramway, comptoir, discussion avec le vendeur. Top ! Il téléphone au magasin. Zut, il y a 2 vendeurs à l’accueil, et ce n’est pas le bon.

« Pourriez-vous rappeler d’ici 3 heures ? ». Nouvel appel, c’est le bon vendeur. Qui lui dit que oui, avant de quitter son poste, il a repéré cette petite pièce oubliée sur un coin de comptoir, qu’il l’a mise de côté sans savoir à quoi ou à qui elle pouvait appartenir. Et qu’elle est à sa disposition.

Possible que cette petite histoire, réelle, ne vous touche pas plus que ça. Alors relisez-la. D’abord parce que la personne concernée, qui est « en galère », a voulu me faire partager sa joie d’avoir retrouvé la pièce manquante. Il m’a promis quelques photos quand le « truck » sera terminé.

Et puis je veux féliciter ce vendeur, que je ne connaitrai jamais, qui a rendu le sourire à une personne contrariée. C’est peu et beaucoup. S’il n’avait pas eu ce réflexe, nul doute que cette « petite pièce » aurait terminé sa vie au fond d’un sac d’aspirateur.

Parfois, un petit bonheur (denrée de plus en plus rare) tient à peu de choses. Si nous restons vigilant(e)s, nous pouvons le recevoir ou le donner." 
Pascal, de Blain