Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > P.A.S.A. pôle d’activité et de soins adaptés

P.A.S.A. pôle d’activité et de soins adaptés

Ecrit le 10 octobre 2012

Le PASA (Pôle d’Activité et de Soins Adaptés) de Châteaubriant a été inauguré le 1er octobre 2012. Il occupe la grande salle à manger de la maison de retraite du Parc de la Lande et le petit jardin qui se trouvait devant. Ce petit jardin, désormais clos, constituera un espace de plein air pour les personnes en PASA.

Selon Mme Samson, directrice du Centre Hospitalier, le PASA est un espace ou lieu de vie dédié aux Résidents des maisons de retraite de Châteaubriant, atteints de la maladie d’Alzheimer   ou maladies apparentées. Il y a actuellement 162 résidents répartis sur trois sites : la maison de retraite de Béré 48 résidents, la résidence du parc de la lande : 34 résidents et la MAPA : 80 résidents. Dans un mois, le PASA fonctionnera, uniquement dans la journée, proposant des activités sociales et thérapeutiques individuelles ou collectives, afin de maintenir ou de réhabiliter les capacités fonctionnelles, les fonctions cognitives et les liens sociaux des malades.

La maladie d’Alzheimer   est une maladie neurodégénérative dont on ne connaît pas les causes et dont la prévalence est très importante chez les personnes âgées. Elle entraîne une destruction progressive des cellules nerveuses et conduit à une perte d’autonomie. Si certaines formes de la maladie peuvent débuter chez des personnes jeunes de moins de 60 ans, la majorité des cas débutent après 60 ans et même après 75 ou 80 ans. Ce sont donc principalement les personnes âgées qui sont concernées.

 Une femme sur 4, un homme sur 5

Quelques chiffres sur la maladie d’Alzheimer   :

  • - On estime qu’environ 860 000 personnes sont touchées par la maladie d’Alzheimer   en France. La prévalence de la maladie augmente fortement avec l’âge, elle passe de 1,2 % entre 65 et 69 ans à 28,5 % après 90 ans. A partir de 85 ans, une femme sur 4 et un homme sur 5 sont touchés. Après 75 ans, les deux tiers des personnes atteintes sont des femmes. La moitié des malades sont âgés de plus de 85 ans.
  • - Selon les études épidémiologiques, le poids de la maladie d’Alzheimer   est estimé à 36 500 cas dans la Région Pays de Loire. Selon les estimations de l’INSEE, il faut s’attendre à un vieillissement important en Pays de Loire comparé à la moyenne nationale. A l’horizon de 2013, la part de la population des plus de 75 ans pourrait doubler. L’espérance de vie augmentant, on peut donc s’attendre à ce que les cas de maladie d’Alzheimer   soient de plus en plus nombreux.

Face à cet enjeu, les autorités sanitaires et politiques mettent en œuvre une politique globale d’accompagnement des malades et de leurs proches. La réponse de l’Etat est un plan Alzheimer   2008-2012 d’une durée de 5 ans qui se décline en solutions concrètes. L’objectif étant de construire un parcours personnalisé pour chaque malade depuis le diagnostic jusqu’à la prise en charge à domicile et/ou en établissement. La personne malade et son aidant sont placés au cœur de l’action, et le système de prise en charge s’adapte selon l’évolution de la maladie.

 Plan Alzheimer  , mesure n°16

La mesure 16 de ce plan a pour objet la création de Pôles d’Activité et de Soins Adaptés au sein des Etablissements pour Personnes Agées Dépendantes. L’Agence Régionale de Santé, dans le Projet Régional de Santé des Pays de Loire, a inscrit la maladie d’Alzheimer   comme priorité et a préconisé la mise en place de formules adaptées.

Pour Mme Samson, « un des objectifs du Projet d’Etablissement du Centre Hospitalier de Châteaubriant, en lien avec les hôpitaux de Nozay et de Pouancé, est de développer une filière complète de soins gériatriques, afin de proposer à la population une offre de soins de proximité adaptée à ses besoins. Ainsi, l’Etablissement dispose de consultations gériatriques, de consultations mémoire, d’une équipe mobile gériatrique, de médecine gériatrique aiguë, de soins de suite et de réadaptation, de soins de longue durée et d’établissements d’hébergement. Cette offre de soins va du diagnostic à la prise en charge et à l’accompagnement des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer   et de leurs proches ».

 Accueil de jour

Le PASA s’adresse aux personnes déjà en maison de retraite. Pour les malades vivant à domicile, un accueil de jour est en projet, porté par l’Association le Tulipier (dépendant du Lions Club) en association avec le centre hospitalier .

 La vie au PASA

Le Pôle PASA accueillera chaque jour et selon les besoins des personnes, une dizaine de résidents. Chaque personne concernée pourra bénéficier d’une ou plusieurs journées par semaine d’activité, la fréquence étant déterminée par le projet personnalisé, avec des activités « comme à la maison » : cuisine, préparation de la table, atelier mémoire, chants, promenade dans le jardin, mais aussi relaxation et stimulation dans une salle spécialement aménagée. Entre autres objectifs : entretien, récupération de l’habileté gestuelle, valorisation des capacités relationnelles et créatives, des capacités d’autonomie. Le PASA est animé par une équipe spécifiquement formée : ergothérapeute et assistant en gérontologie

Le PASA, est un espace de 150 m2 organisé autour de pièces de vie, salle à manger, salon, cuisine thérapeutique, salle d’activité, salle multisensorielle, dite salle Snoezelen, pour la stimulation des sens primaires, espace de déambulation et espace jardin. La salle « Snoezelen » propose des activités dans un espace spécialement aménagé, éclairé avec de la musique douce pour créer une ambiance agréable et de détente.

Le PASA améliore l’accompagnement des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer   mais, selon le docteur Tamim, fort d’une expérience de 29 ans, « il améliorera également les conditions de travail des personnels car un malade-Alzheimer   demande une attention de tous les instants, très fatigante pour les personnels, et qui se fait au détriment des autres résidents. Ce n’est pas facile de prendre en charge 17 personnes quand une ou deux d’entre elles sont désorientées, perturbatrices ».


Ecrit le 10 octobre 2012

 Mamba : le serpent noir

Il se fait appeler « le serpent des savanes » : c’est un redoutable reptile de quatre mètres de long dont la morsure est presque toujours mortelle, en 20 minutes seulement. Deux scientifiques de Nice, Sylvie Diochot et Anne Baron, ont analysé son venin et y ont découvert des « peptides » qui ne sont pas toxiques chez les souris mais démontrent un puissant effet analgésique, à la fois au niveau local et sur le système nerveux central, « qui peut être aussi fort que celui de la morphine », expliquent-elles dans leur étude publiée le 03/10 dans la revue britannique Nature.

A ces peptides, elles ont donné le nom de « Mambalgine » : Selon l’étude, ces mambalgines présentent beaucoup moins d’effets indésirables que les opiacés : aucun signe de dépression respiratoire n’a été constaté chez les souris testées, avec un phénomène d’accoutumance bien inférieur à celui de la morphine. Vers de nouveaux médicaments anti-douleur ?