Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 10 octobre 2012

Mée-disances du 10 octobre 2012

Ecrit le 10 octobre 2012

 Contre la taxe à 75%

L’Humanité.fr du 28/09 : La taxe de 75 % sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an aura « un effet désastreux sur la compétitivité du football français », ont estimé dans un communiqué commun Frédéric Thiriez (président de la Ligue de football professionnel), Jean-Pierre Louvel (président de l’UCPF, syndicat des clubs professionnels) et Philippe Piat (président de l’UNFP, syndicat des joueurs professionnels). […]. « Les clubs qui, pour leur immense majorité, sont dans l’incapacité totale d’augmenter leur masse salariale, se verront privés de très nombreux talents indispensables à leur réussite sportive et économique », poursuivent-ils, évoquant « l’exode certain de nombreux joueurs. [...] »

Ndlr : vive l’esprit d’équipe !

 Grands donateurs de l’UMP

Mediapart publie la liste des 554 plus généreux donateurs de l’UMP pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Dans ce « club du Premier Cercle » figurent, entre autres, Ernest-Antoine Seillière, (ex-président du Medef), Jean-René Fourtou (Vivendi), François Pinault (groupe PPR), Robert et Bertrand Peugeot (Peugeot), Maurice Bidermann, un des protagonistes de l’affaire Elf, Bernard J. Duroc-Danner, PDG du groupe pétrolier texan Weatherford, le milliardaire russe Leonard Blavatnik.
Ndlr : à votre bon cœur !

 Livre et Liberté

Selon shamenho.com : Le gouvernement brésilien a récemment introduit un programme de réhabilitation original pour les détenus dans 4 prisons fédérales.
Le programme « Rédemption par la lecture » encourage les prisonniers à lire des ouvrages littéraires, classiques, scientifiques ou philosophiques, puis à rédiger des fiches de lecture afin d’obtenir jusqu’à 4 jours de remise de peine par livre.
Chaque détenu a la possibilité de lire jusqu’à 12 livres dans le cadre du programme avec une limite de 30 jours pour la lecture de chaque ouvrage. Les prisonniers les plus assidus peuvent ainsi obtenir jusqu’à 48 jours de remise de peine par an.

Pour chaque livre, le prisonnier doit réaliser une fiche de lecture qui, ensuite, est examinée par un juge qui a pour tâche de déterminer si le travail effectué remplit les critères mis en place par le programme puis décide de la remise de peine dont va bénéficier le détenu.

Nombre de prisonniers n’ont reçu qu’une éducation très sommaire, la fiche de lecture qui leur est demandée représentera un travail considérable. Même si le résultat est très modeste, le juge se concentrera tout particulièrement sur l’aspect personnel du travail et la motivation du détenu pour s’imprégner des textes.

Pratiquée à l’échelle du pays, cette initiative   pourrait permettre de réduire le nombre de détenus dans les prisons surpeuplées du pays, où s’entassent près de 500 000 prisonniers dans des conditions de vie fréquemment dénoncées par des ONG, la presse et les détenus eux-mêmes.

Ce programme fait partie des initiatives originales récemment introduites dans les prisons brésiliennes afin d’augmenter les chances de réinsertion des prisonniers. Une idée pour la France ?

 Une lueur d’espoir

Toujours au Brésil, la prison de Santa Rita do Sapucai donne à ses occupants la possibilité de travailler à l’extérieur sur des vélos fixés au sol et liés à un générateur du réseau électrique de la ville. L’énergie produite par les détenus permet d’alimenter les lumières des rues de la ville : une lueur d’espoir vers la liberté. Pour les prisonniers (volontaires), l’intérêt est simple, trois jours de pédalage valent une journée de remise de peine. Ce programme permet en outre aux prisonniers de faire de l’exercice tout en ressentant leur utilité pour la société au-delà des murs de la prison, et en restaurant leur sentiment d’estime d’eux-mêmes, souvent mis à mal par la violence de la vie en détention.

 Des femmes sur les vagues

De CourrierInternational du 4/10 : Les autorités marocaines n’ont pas autorisé le voilier de l’ONG néerlandaise Women on Waves (“des femmes sur les vagues”) à accoster dans un des ports du pays. “Les Marocaines qui ont choisi d’interrompre leur grossesse pour diverses raisons peuvent le faire à bord du bateau, en toute sécurité”, précise Ibtissame Betty Lachgar, psychologue, membre du Mali (Mouvement alternatif pour les libertés individuelles), initiateur de cette croisade contre l’interdiction de l’avortement.

 Tchèque en blanc

Selon Ouest-France du 21 septembre, le groupe américain IBM vient d’obtenir la surveillance des logiciels de la SNCF, ceux qui assurent l’affichage en gare, les réservations de billets, la sécurité de circulation des trains, etc. Or IBM a entrepris de délocaliser une partie de cette activité vers l’Europe de l’Est (Pologne et République Tchèque).
Pour la CGT, 500 emplois vont ainsi disparaître de France...

 La mort d’une carte

De l’Humanité du 3/10 : l’offre Carte musique jeune s’arrêtera le 25 octobre prochain, dans un silence que seul le plaisir de persifler permet de briser. Ce projet lancé par Frédéric Mitterrand alors ministre de la Culture, devait inculquer de bonnes manières aux jeunes, en les poussant à acheter leur musique en ligne plutôt qu’à la télécharger illégalement. Le jeune, de 12 à 25 ans, pouvait acheter une carte virtuelle d’une valeur de 5, 10 ou 25 euros, et son montant était doublé par l’Etat dans la limite de financement de 75 millions d’euros. Cette somme était à débourser dans des boutiques de vente de musique en ligne. Mais l’échec était consommé dès la première année, à peine 50 000 cartes avaient été vendues. C’est que l’offre de musique en ligne française, est incapable de proposer à l’usager un service de qualité équivalente, en payant, que ce que le partage permet, gratuitement en raison d’un choix trop restreint de titres ! C’est un rude coup supplémentaire pour Hadopi ! Hadopi...re ?

 Stupéfiant

De La Croix du 4/10 : des stupéfiants et de l’argent et des bijoux ont été trouvés à Marseille. Ils étaient contenus dans des casiers des vestiaires de la brigade anti-criminalité (BAC) des quartiers nord de la ville. Des analyses comptables ont en outre été effectuées sur les comptes bancaires pour retrouver la trace de plusieurs dizaines de milliers d’euros « d’argent sale ». La sonorisation des voitures de patrouille entre mai et septembre 2012 - c’est-à-dire l’enregistrement, à leur insu, de toutes les conversations des policiers - a permis d’accumuler des preuves. « Ces écoutes sont accablantes », a confié Jacques Dallest, procureur de la République, en ajoutant : « On retrouve tout le catalogue des agissements les plus inacceptables : récupération de drogues, de cigarettes, d’argent, perquisition illégale, partage de drogue et d’argent. Et cela se répète dans le temps. On est face à un véritable système organisé de vol, de racket, de trafic de drogue »
Ndlr : les scandales qui se révèlent les uns après les autres dans le milieu policier, en disent long, trop long, sur la dégradation morale de notre société.

 Croissance atone

L’Insee a révisé à la baisse sa prévision de croissance économique pour 2012 en France, à 0,2% au lieu de 0,4%, soit un peu moins que les 0,3% escomptés par le gouvernement. Par ailleurs, le taux de chômage devrait atteindre 10% de la population active en métropole au 3e trimestre (10,4% DOM compris), comme en 1999, et 10,2% fin 2012. Le PIB (produit intérieur brut) devrait stagner aux 3e et 4e trimestres de cette année, estime l’Insee, qui tablait en juin sur un redémarrage progressif (+0,1 % puis +0,2 %). Cela porterait à cinq le nombre de trimestres consécutifs de croissance zéro, une situation totalement inédite depuis l’après-guerre. .