Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > Logiciels libres, circulaire Ayrault

Logiciels libres, circulaire Ayrault

Ecrit le 17 octobre 2012

 Circulaire du Premier Ministre : Les logiciels libres

Dans une circulaire du 19 septembre, adressée à ses ministres, Jean-Marc Ayrault invite à utiliser des logiciels libres dans les ministères en expliquant :

« Les logiciels libres sont des logiciels dont le modèle de propriété intellectuelle est conçu pour donner à l’utilisateur une grande liberté d’utilisation, de modification et de diffusion. Ils couvrent un domaine d’emploi très large, à la fois dans les entreprises privées et dans les administrations. Au sein de l’administration, on constate une longue pratique de leur usage qui a permis le développement de compétences et la capitalisation de nombreuses expériences positives. Celles-ci ont notamment démontré les atouts du logiciel libre (moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs). (...)

Je vous demande de mettre en œuvre, au sein de vos services, les orientations définies dans le document joint. »

Télécharger le document : Circulaire-Ayrault , format pdf de 152.9 kilo octets

Le document précise des orientations claires pour l’usage du logiciel libre dans l’administration, au sein de 6 chapitres :

  • - Objectif du document
  • - Origines et fondement du logiciel libre
  • - Le libre, un choix raisonné
  • - L’action interministérielle sur le logiciel libre
  • - Points d’appui à l’action interministérielle sur le logiciel libre
    Annexe : Organisation des instances « logiciel libre dans l’administration »

Ce dossier de référence sert d’appui pour l’introduction et l’usage des logiciels libres dans l’administration. On peut le consulter ici  ou ici en format texte réalisé par l’APRIL :

Malheureusement cette circulaire n’est pas encore adressée aux collectivités locales qui vont continuer à être engluées dans des logiciels ’propriétaires’ (type windows, Word et autres Excel).

Le logiciel libre est gratuit, mais il ne dispense pas de financer des opérations de maintenance (mise à jour, aide éven-tuelle). Peu sensible à la volumétrie (nom-bre d’appareils équipés, nombre d’utilisateurs), il se prête donc bien à une mutualisation et favorise une concentration des usages en intercommunalité.

Mais il y a de fortes résistances à vaincre :
les secrétaires de mairie sont encore accros à Windows, ne sachant pas quels sont les avantages de Linux (par exemple en rapidité et en absence de virus). Les organismes de formation (type lycée, GRETA  , Maison de l’Emploi) continuent à n’assurer les formations que sur des logiciels propriétaires (il semble cependant qu’il puisse y avoir une évolution dans quelques mois à la Maison de l’Emploi). Et pourtant les logiciels libres ont fait une percée importante : selon l’INSEE, plus d’une entreprise française sur 5 utilise Linux (système d’exploitation remplaçant Windows) et 43 % des sociétés utilisent des logiciels libres (type OpenOffice ou LibreOffice).


 Le droit au numérique

Dans son intervention au Forum national des Logiciels Libres (11 octobre 2012), Mme Fleur Pellerin, ministre, a déclaré : « je souhaite qu’une forme de « droit au numérique » soit garantie. Je vois d’ailleurs dans cet impératif républicain de « droit au numérique » un puissant moteur de réflexion et d’innovation sociale ». Et elle cite en exemple « Les médiateurs numériques de la M@ison de Grigny, dans la région du Rhône, se déplacent jusque dans les immeubles des habitants pour les accompagner dans leur usage du numérique ».

Télécharger le document : Logiciels libres pour artisans commerçants , format pdf de 227.3 kilo octets

Ecrit le 16 janvier 2013

 Ordipass et Ubuntu

Bravo ! 5000 jeunes de la Région Pays de Loire vont être équipés d’un ordinateur portable à partir de ce mois de janvier, le tarif dépendant de leurs ressources. Ainsi, pour 68% des jeunes, le coût de l’ordinateur est inférieur ou égal à 50€. De plus, abandonnant Windows, ces ordinateurs seront équipés du système d’exploitation Linux (Ubuntu 12.04) ! Espérons que le Conseil Régional et le Conseil Général en équiperont aussi leurs bureaux !