Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > La Mée ? > Histoire-Résistance-1939-1945 > Arthur Deroche, Forces Françaises Libres

Arthur Deroche, Forces Françaises Libres

Ecrit le 22 octobre 2012

Tyrone Little Wood

Arthur Deroche, Sion-les-Mines

Né en janvier 1923 à Sion-les-Mines, Arthur Deroche, 89 ans, est décédé le 21 octobre 2012. Son histoire mérite d’être contée (voir le site internet)

En 1940, au début de la guerre, Arthur Deroche a 17 ans. Il embarque sur le « Vikings », un gros chalutier de pêche, réquisitionné par la marine française et armé pour servir d’escorte aux convois militaires. Le 9 mai 40, le Vikings se trouve en Angleterre, la veille du jour où les Allemands envahissent la Belgique, jetant à la mer les forces franco-britanniques. Quand arrive le 22 juin 40 (capitulation de la France devant l’Allemagne), Arthur Deroche est toujours basé en Angleterre. Quatre jours plus tôt, un certain de Gaulle, général de brigade inconnu, a lancé un appel à la Résistance, mais peu de monde le sait.

Arthur Deroche rejoint De Gaulle en septembre 1940 et là, comme radio, il navigue pendant quatre ans, d’abord sur le contre-torpilleur LEOPARD, puis sur la corvette « La LOBELIA ». Son nom de guerre était « Tyrone Little Wood » (Tyrone petit bois). Il a participé aux trois phases de la Bataille de l’Atlantique : Au Musée de la marine à Paimboeuf

1- Assurer le ravitaillement de l’Angleterre, Si l’Angleterre avait été vaincue par la famine, toute possibilité de débarquement allié sur les côtes françaises aurait été interdite. C’était la domination nazie sur toute l’Europe, pour longtemps.

2- Equiper la Russie en tanks et en avions pour lui permettre de tenir face à l’Allemagne nazie.

3-Ouvrir un second front, sur la côte atlantique ouest, pour diminuer la pression des forces nazies en les partageant sur les deux fronts. Il fallait pour cela acheminer des troupes américaines et du matériel jusqu’à l’Angleterre en vue du débarquement. Les transports de matériels, forcément très lents, nécessitaient la présence d’escortes. La Lobélia en faisait partie.

A la fin de 1943, la Bataille de l’Atlantique était gagnée, la voie était libre pour l’opération OVERLORD, c’est-à-dire pour le débarquement en Normandie qui devait être l’opération capitale de la seconde guerre mondiale.

Dans notre région, Arthur Deroche était un des derniers Combattants de la Liberté.

Notes :

« La Lobélia » était une corvette des Forces Navales Françaises Libres

Faits d’arme