Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Nourriture > Paysans : approximité en Pays de Loire

Paysans : approximité en Pays de Loire

Ecrit le 24 octobre 2012

 approximite.fr

Le mot est bien choisi : il évoque l’appro..visionnement et la proximité. Les chambres d’agriculture des Pays de Loire viennent de lancer un site internet
approximite.fr
pour mettre en relation les fournisseurs de produits locaux, avec les consommateurs (particuliers ou collectivités). Dans les rubriques destinées aux particuliers on trouve l’adresse des producteurs, les marchés, la vente directe et les horaires d’ouverture. Dans l’espace « collectivités » on trouve des infos liées au colisage, aux délais de livraison. Et pour tout le monde : des recettes (enfin, deux recettes pour l’instant) !

 Malheureusement

Malheureusement, le site internet n’a pas été conçu pour être accessible aux personnes handicapées : il y a beaucoup de rubriques qu’on ne peut atteindre avec une navigation au clavier !

JPEG - 12.4 ko
Bouton « particuliers » - 29.10.2012
JPEG - 12.5 ko
Bouron « collectivités » - 29.10.2012

De plus, quand on consulte la carte « particuliers » on ne trouve RIEN pour le Pays de Châteaubriant   : ni producteur, ni marché de plein vent ! Et dans la carte « collectivités » on trouve seulement un producteur (Hervé Hunault à Soudan). On sait pourtant qu’il y en a chez nous. Pourquoi donc n’y sont-ils pas ? Sélection arbitraire ? Ou non-inscription ? C’est quand même bizarre que la commune de Châteaubriant ait négligé d’inscrire ses marchés du mercredi et du samedi … Espérons que cela sera vite corrigé.

 Manger local au Lycée

JPEG - 5.5 ko
Le cuisinier et l’agent-comptable

M. Dubroca, Proviseur du lycée Guy Môquet, explique que la politique du Lycée est de travailler avec des producteurs locaux, pour sauvegarder l’emploi et assurer la qualité. « Nous traitons la viande de bœuf avec l’association Tradition Bovine de Châteaubriant (lancée par l’Académie du Châteaubriant) et l’atelier de découpe Franck Duvacher – la viande de porc avec la ferme des Fours à Chaux d’Erbray — les pommes avec les Vergers de la Nouette à Ruffigné – les légumes avec la Ferme du Bois du Parc à Châteaubriant – le pain avec la boulangerie Aubinais de Châteaubriant ».

Frédéric Monnier, l’agent comptable précise : « En 2011 la proportion de produits de proximité était de 11 %. Depuis le 1er janvier 2012, elle est de 18 % »

Mais cela ne coûte-t-il pas plus cher ? L’agent comptable répond : « le tarif de demi-pension (180 repas/an) est à 445 € en 2010, 2011, 2012. De même le tarif interne est inchangé depuis 2010 ». Pour ne pas augmenter nos tarifs, nous avons joué sur les recettes en mettant le restaurant scolaire à disposition d’autres structures, et en économisant sur les dépenses autres que celles qui concernent l’achat de denrées.

Le cuisinier en chef, François Paquet, constate : « avant, le steak haché était souvent jeté. Maintenant il est mangé. C’est que le steak industriel comporte 15 % de gras tandis que le steak fermier que nous achetons n’en contient que 5 %. Et puis nous cuisons les viandes, autant que possible, à basse température, pour économiser ainsi 30 % d’énergie. Nous jouons aussi sur le calibre des pommes : à quoi bon donner aux jeunes une grosse pomme qui sera jetée en partie ? »

Pour les producteurs de viande, la difficulté est de trouver un équilibre-matières. Hervé Hunault explique « nous livrons la moitié d’un animal pour les établissements scolaires en steak haché et bœuf bourguignon, et le reste pour les restaurants et pour le Centre Leclerc ».

Aujourd’hui, 17 structures de restauration collective de la Com’Com’   du Castelbriantais s’approvisionnent auprès de producteurs locaux, notamment en produits frais.