Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Un aéroport qui fait du bruit

Un aéroport qui fait du bruit

Ecrit le 21 novembre 2012

 Bataille de communiqués

Si, au départ, les partis politiques se sont montrés discrets sur la question de l’aéroport de Notre Dame des Landes, il n’en est plus de même actuellement, du moins à Gauche. La Droite, qui est favorable à cet aéroport, se tait. Il est vrai qu’elle a bien assez à faire avec la guerre Copé-Fillon ! Elle laisse donc la Gauche se dépatouiller ! Et ça patouille !

Le Parti Socialiste est POUR l’aéroport, du moins dans sa majorité. Les parlementaires du Grand Ouest ont signé leur soutien. Parmi eux : Michelle Meunier et Yves Daniel. Mais tous n’ont pas le même point de vue (lire ci-après la lettre de F.Verchère)

Le Parti Communiste est POUR aussi et l’a déclaré dans un communiqué du 15 novembre 2012 : « Le projet de transfert aéroportuaire vers Notre Dame Des Landes participe de cette ambition conciliant à la fois les enjeux de développement économique et respect de l’environnement ».

Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) sont CONTRE cet « aéroport inutile économiquement et nuisible écologiquement »

Communiqué commun :

"Les Alternatifs, La Gauche Anticapitaliste, la Gauche Unitaire, le Parti de Gauche, le Nouveau Parti Anticapitaliste de Loire-Atlantique appellent à se mobiliser massivement le samedi 17 novembre à 11 heures à Notre-Dame-des-Landes avec tous les opposants au projet d’aéroport, à réoccuper la zone et à reconstruire après les destructions ordonnées par le gouvernement.

Il ne sert à rien au PS de vouloir diaboliser les opposants à ce projet dans une tentative dérisoire de les couper de la population et de les diviser ! La mobilisation commune, les solidarités mutuelles, l’amplification de la lutte viendront à bout de l’aveuglement des pouvoirs publics et des tenants du projet au premier rang desquels le Premier Ministre, le Président de la Région, le Président du Conseil Général dont les mensonges dérisoires ne sont que les révélateurs de leurs inquiétudes face à la mobilisation locale et nationale contre ce projet.

Nous le répétons :
Ce projet est inutile : une modification de l’aéroport actuel suffit à répondre aux besoins.
Il est nuisible : il va bétonner 2000 hectares de terres nourricières.
Il est insensé : il va déplacer des populations, détruire des emplois agricoles,
Il est gaspilleur : en pleine période de restrictions budgétaires et d’austérité, il ne servira qu’à engraisser Vinci et ses actionnaires.
Nous refusons ce projet basé sur le modèle de développement capitaliste, emblématique d’une course au productivisme qui sacrifie terres, paysans et populations locales. Les derniers événements l’ont montré : il ne sera pas imposé, pas même par la répression contre ceux qui refusent un avenir bétonné au profit de Vinci.

Capitalisme et productivisme constituent les deux faces d’un même problème. Nous voulons imposer une autre logique porteuse d’une alternative politique au social-libéralisme.

C’est tous et toutes ensemble que nous continuerons de nous opposer à ce projet et que nous gagnerons"

Et voilà que les choses se compliquent. Une route a été défoncée, le Président du Conseil Général crie à la dégradation du patrimoine public. Sauf que cette voie sera défoncée de toutes façons si l’aéroport se fait.

Un vigile a été agressé, on ne sait pas par qui. La presse « sait » et accuse tout de suite les écolos. Ceux-ci revendiquent leur pacifisme. On se souvient qu’une centaine de casseurs vêtus de noir et munis de barres de fer ont pu « officier » sans être inquiétés à Strasbourg, en avril 2009. La police n’a jamais arrêté une seule personne, pas une seule ! Les provocateurs, ça existe ! A Nantes, la permanence de Europe-Ecologie-Les Verts a été tagguée avec des excréments. C’est quand même pas les écolos ! Il faut donc en conclure qu’il y a vraiment des provocateurs chargés de créer des saloperies pour déconsidérer les opposants à l’aéroport !

Des maisons ont été évacuées de leurs habitants et sont destinées à la destruction. Symboliquement des élus EELV sont venus rouvrir une de ces maisons, alors le Président du Conseil Général condamne « avec gravité » : « Privés de repères, les élus EE-LV sont incapables d’assumer le suffrage universel quand il leur est défavorable et en sont réduits à singer devant les caméras des méthodes d’activistes. » . Ph  . Grosvalet franchit le mur du son !

Breizhistance récupère : « Malgré certains silences médiatiques, c’est une lutte pour la terre et contre la logique mortifère du productivisme, qui aura marqué cette rentrée, la lutte de Notre-Dame-des-Landes contre l’Ayrault-port ».

Qui sont les opposants ? Une poignée d’irréductibles ? L’imposante manifestation du 17 novembre a montré le contraire. La police elle-même a compté 13 500 manifestants et on sait que ses comptages ont la particularité de voir une personne sur deux !

La Ligue des Droits de l’Homme proteste contre la stigmatisation de certaines composantes de la population, et leur assimilation à des « minorités violentes, et venues d’ailleurs », de la part d’un représentant de l’Etat. « Pouvoir contester collectivement ce que l’on estime injuste ou injustifié et manifester publiquement sont des libertés fondamentales. L’Histoire est longue de ces conflits sociaux et collectifs, qui ont modifié des décisions pourtant considérées comme irréversibles ».

Terra Eco, journal que l’on dit proche du PS, évoque « les sept erreurs de Notre Dame des Landes. http://www.terraeco.net/Aeroport-Nantes-NDDL-Notre-Dame,46911.html et Jean Gadrey, économiste et chroniqueur à Alternatives Economiques, évoque : L’AyrautPort de NDDL ou la destructrice folie des grandeurs des barons locaux.

N’est-il pas temps de nommer un Médiateur ?

Lettre de Françoise Verchère au ministre de l’Intérieur

Tu n’as pas, « cher » Manuel, eu l’occasion de nous rencontrer au printemps. Mais tu as envoyé depuis la mi-octobre beaucoup de forces de l’ordre pour détruire des maisons et tenter de vider de leurs habitants une ZAD devenue une Zone à Défendre pour eux. Peut-être devrais-tu regarder de près ce dossier d’aéroport ? Qu’il soit voulu par le premier ministre rend-il tous les socialistes sourds, aveugles et muets ?

« Cher »Manuel, samedi prochain, nous serons très nombreux à NDDL. Le mieux serait que tu ne viennes pas et que tu ne te fasses pas représenter par tes gardes mobiles. On est mieux sans vous pour rebâtir et penser à un autre monde possible. Mais si tu veux en savoir plus sur cette « petite affaire » d’aéroport inutile, nous sommes disponibles pour t’en parler. Il paraît que le gouvernement prône le dialogue. Pour l’instant, ici, on n’a pas encore vu mais on veut bien que tu nous montres comment c’est le dialogue maintenant et le changement aussi !

 Pinocchio

C’est une anti-récompense dont les entreprises se passeraient bien. Chaque année, les Amis de la Terre décernent les Prix Pinocchio, bonnets d’âne du développement durable, aux groupes qui communiquent en faveur de l’écologie sans se soucier des conséquences environnementales et sociétales néfastes de leurs activités. Un prix Pinocchio d’honneur a ainsi été remis à Vinci, de manière collégiale avec les autorités françaises et russes. Le géant français du BTP est pointé pour deux projets dont il est le concessionnaire : l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, dont la construction, qui doit en principe débuter au printemps 2014, entraînerait le bétonnage de 1 650 hectares de terres agricoles et une perte de biodiversité ; et la future autoroute qui doit relier, l’an prochain, Moscou à Saint-Pétersbourg, à travers la forêt de Khimki, réservoir de biodiversité. « Vinci refuse d’entendre l’opposition des populations locales. Mais surtout, ces deux projets n’existeraient pas sans volonté politique », précise Romain Porcheron pour Les Amis de la Terre.

Des photos de la manifestation du 17 novembre 2012

La mobilisation s’étend

Au congrès des maires de l’arrondissement de Châteaubriant, le 16 novembre 2012, Il a été question de Notre-Dame des Landes, bien sûr. « Il est arrivé des gens de l’extérieur. C’est inacceptable, invivable pour la population, il faut mettre de l’ordre dans ce bazar » a dit un élu. Le Sous-Préfet a précisé que « l’opération se déroule dans le cadre républicain, avec quelques débordements qui ne sont pas le fait des forces de l’ordre. Il ne faut pas être inquiet. La liberté de manifester est indéniable ». Y. Vaugrenard a rendu hommage aux forces de l’ordre car « il n’y a pas eu de blessé grave dans les manifestants ». A. Trillard a dit que le marché attribué à Vinci comportait quatre branches : la gestion de Nantes-Atlantique, la gestion de Montoire, la construction de l’aéroport et la gestion de cet aéroport pendant 55 ans. « Si nous annulions le marché, il faudrait payer un dédit de 300 millions d’euros à Vinci. Le débat public a eu lieu il y a deux ans. Actuellement on fait de la subversion ou on respecte la loi ».


Note du 21 novembre 2012

  Question au gouvernement

M. le président. La parole est à M. Yves Daniel, pour le groupe socialiste, républicain et citoyen.

M. Yves Daniel. Ma question s’adresse à M. le ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche. J’y associe l’ensemble des députés SRC du Grand Ouest.

Monsieur le ministre, la manifestation qui s’est déroulée samedi dernier dans ma circonscription a mobilisé près de 13 500 personnes opposées au projet de transfert de l’aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Ce mouvement se caractérise par la très grande hétérogénéité des motivations des manifestants. Parmi ceux-ci, certains se laissent aller à une radicalité violente,…

M. Franck Gilard. Qu’en pense M. de Rugy ?

M. Yves Daniel. …n’hésitant pas à rouer de coups un agent de sécurité et à brûler sa voiture, ce qui illustre bien l’idée qu’ils se font du débat démocratique ! Ces activistes souhaitent importer sur notre territoire un combat politique contre le système. D’autres, avec lesquels nous avons toujours dialogué, souhaitent remettre en cause tout modèle de développement au nom de la décroissance.

Pour ma part, je souhaite vous interroger sur le processus adopté pour mener à bien ce projet et sur trois revendications en phase avec la réalité de ma circonscription : les compensations environnementales nécessaires au projet, la préservation des terres agricoles – question qui me tient particulièrement à cœur –, enfin les moyens mis en œuvre pour assurer la sécurité des habitants, retrouver un climat serein au quotidien à Notre-Dame-des-Landes et permettre une activité économique et agricole normale pendant la construction de cet aéroport.

Monsieur le ministre, pouvez-vous préciser à la représentation nationale les intentions du Gouvernement concernant ces trois points ? (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et RRDP.)

M. Jean-Pierre Fougerat. Bravo !

M. le président. La parole est à M. le ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche.

M. Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche. Monsieur le député, vous avez raison de rappeler l’enjeu de la relocalisation de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes. Il s’agit d’un enjeu de dynamisme et de croissance pour ce territoire, puisque les régions réclament la mise en place d’infrastructures importantes depuis les années 1970, soit depuis plus de trente ans. Ce projet est aujourd’hui soutenu par deux régions, par plus de cinquante communes et par sept départements. Encore récemment, trente-six parlementaires ont souhaité rappeler l’importance de ce projet pour l’ensemble de la région. Ce projet est important parce qu’il s’agit d’une relocalisation, et que l’aéroport de Nantes-Atlantique est le deuxième aéroport régional qui connaît la plus grande progression de trafic. Pour éviter la saturation, il est nécessaire de prévoir une relocalisation permettant dans le même temps de régler le problème des nuisances, notamment aériennes, pour plus de 42 000 personnes dans l’ensemble de la métropole nantaise.

M. Franck Gilard. Vous avez raison !

M. Frédéric Cuvillier, ministre délégué. Depuis 2002, ce projet a fait l’objet de plusieurs concertations, que ce soit dans le cadre du grand débat public ou de la déclaration d’utilité publique.

Comme vous l’indiquez, des négociations ont été menées par l’État, maître d’ouvrage, avec la chambre d’agriculture pour permettre aux trois quarts des quarante exploitants de bénéficier d’une reconstitution foncière. Par ailleurs, les deux enquêtes ouvertes au titre de la loi sur l’eau se sont conclues par un avis favorable,…

Mme Barbara Pompili et M. Denis Baupin. Ah bon !

M. Frédéric Cuvillier, ministre délégué. …sous réserve de mesures d’accompagnement et de compensation qui seront contrôlées par un collège indépendant. Voilà les garanties que l’on peut donner.

Certaines personnes se saisissent de ce sujet pour organiser des manifestations violentes, ce que l’on ne peut tolérer. Il est important d’entendre ce que souhaite le territoire ! (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC (socialiste, républicain et citoyen.) et RRDP (Groupe radical, républicain, démocrate et progressiste)

Lire le texte ici

Voir la vidéo de la séance

 Evacuation ?

Opération évacuation, 23 novembre 2012

Lettre ouverte de Benoit Rubin : Vous considérez que les décisions que vous avez prises sont démocratiques et non contestables. Parallèlement, une partie de plus en plus importante de la population manifeste son désaccord. Nous devons donc nous mettre d’accord sur une méthode pour sortir de manière démocratique de cette situation insatisfaisante pour tous.

Télécharger le document : Lettre de Benoit Rubin , format pdf de 54.4 kilo octets

Dossier Ouest-France sur l’aéroport

La répression à la sauce socialiste-20121124]

Manifestation mensuelle de soutien à la lutte contre l’aéroport, samedi 24 novembre, 16h : place Royale, Nantes. Affrontements et lances à eau

Une « commission de dialogue » ... enfin

Une vidéo pour comprendre les enjeux