Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Notre Dame des Landes : mais où vole-t-on ?

Notre Dame des Landes : mais où vole-t-on ?

Ecrit le 3 décembre 2012

 Mais où vole-t-on ?

Les lignes aériennes bougent autour de Notre Dame des Landes. Et un coucou n’y retrouverait sans doute pas son nid.

Car voilà que la chambre d’agriculture d’Ile-de-France dirigée par la FNSEA soutient les paysans de Notre-Dame-des-Landes, votant une motion pour soutenir les agriculteurs mobilisés contre le projet d’aéroport. C’est ce qu’a indiqué le 26 novembre, Christophe Hillairet, son président en expliquant ce choix à AgraPresse ainsi : « Il ne s’agit pas d’agriculteurs de la même obédience. La plupart sont de la Confédération paysanne. Mais ce combat est juste et légitime, il doit dépasser nos appartenances syndicales. Tout le monde agricole doit soutenir ce combat ».

Jacques Lemaître doit se retourner dans sa porcherie !

 Et au PS ...

Le débat a lieu aussi au sein de la commission agricole du Parti Socialiste, où cinq membres ont publié un communiqué demandant la relance de discussions sur l’opportunité de ce projet.

Dans le mouvement Chrétiens dans le monde rural (CMR), fort de 500 membres dans le département, la question divise. Le CMR s’est prononcé pour une nouvelle consultation des citoyens « considérant que le débat public qui a précédé la décision de transférer l’aéroport s’est déroulé en 2002-2003 et que la crise financière et économique intervenue depuis invite à réfléchir à un nouveau modèle de développement », tout en soulignant l’importance d’un aéroport pour le territoire.

 … Et chez les flics...

Même les CRS en ont marre de Notre Dame des Landes, dans un tract posté sur facebook, ils se disent fatigués.

Par ailleurs, Ouest-France a publié un article disant que : « Une dizaine de gendarmes déguisés en opposants, habillés de vêtements boueux, étaient infiltrés sur la barricade, et ont sorti des bandeaux « gendarmerie » au moment de l’assaut ». Ca vole bas !

 … Et un médecin ...

Lésions, points de suture, fracture, impacts de bombes assourdissantes... Stéphanie Lévêque, médecin présent sur place les 24 et 25 novembre à titre professionnel, a écrit au préfet, insistant notamment sur « la gravité de ces blessures » et soulignant qu’elle ne comptabilise que les plus importantes. Elle dénonce par ailleurs, « en dehors de toute considération partisane », les difficultés d’hospitalisation des blessés les plus durement touchés : « L’ambulance des pompiers a été retardée par les barrages forces de l’ordre, ce qui est inadmissible », écrit-elle « dans l’espoir que ma description permette un usage plus mesuré de la force ».


Ecrit le 3 décembre 2012

 Lettre de la section PS

Au sujet de Notre-Dame des Landes, les communiqués se croisent et se répondent, sans répit. Impossible donc de les publier tous. Voici cependant la lettre de la section PS de Moisdon-St Julien :

« Face à la minorité bruyante que nous voyons sans arrêt à la télévision, tous opposés au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, nous avons réuni notre section pour en débattre. Près de quarante ans déjà que le projet est envisagé et le site de Notre Dame des Landes réservé ! Depuis lors, les élus locaux, régionaux et nationaux ont pris le temps de débattre et argumenter face aux collectivités et associations concernées. La population, même locale, y est fortement favorable. Nous en voulons pour preuve le résultat des dernières élections présidentielles sur la 6e circonscription incluant le site de Notre Dame des Landes. A savoir que les trois candidats déclarés opposés à l’aéroport (Europe Écologie, Front de gauche et Modem) ont totalisé moins de 12% des suffrages, alors que les deux principaux candidats clairement favorables au projet (PS et UMP), ont recueilli plus de 67%. Cela ne s’appelle-t-il pas une majorité évidente ?

Les deux régions les plus concernées, la Bretagne et les Pays de la Loire, sont très favorables au projet. En effet, les élus savent bien que les industries et autres forces vives du territoire ont besoin de la modernisation des infrastructures ferroviaires et routières pour continuer à se développer et créer des emplois, afin de vivre et travailler au pays pour tout un chacun. L’aéroport s’inscrit dans cette continuité.

LA SÉCURITÉ

C’est un point très important, on ne peut pas jouer avec ça. Imaginons l’atterrissage forcé d’un avion sur la ville ! Sans compter les nuisances sonores que subissent plus de 40 000 personnes à Nantes, contre moins de 3 000 qui seront concernées à Notre Dame des Landes.

Les nombreux oiseaux vivant sur lac de Grand-Lieu posent parfois de gros problèmes aux avions décollant de Nantes. Il n’y a pas de plan d’eau équivalent à Notre Dame des Landes.

Notons le paradoxe actuel : L’aéroport est au Sud-Loire avec les 3/4 des usagers au Nord-Loire, ce qui encombre quotidiennement le pont de Cheviré.

LE PROBLÈME AGRICOLE

Bien sûr, nous comprenons, nous qui avons des agriculteurs dans notre section, le déchirement de devoir laisser une partie de ses terres, voire son exploitation entière. Mais les indemnités versées aux agriculteurs sont estimées à 8 ou 9 Millions d’euros pour environ 1 500 hectares, avec, pour ceux qui le souhaitent, leur réinstallation, le transfert des « droits à produire » et la priorité sur les exploitations qui se libèrent aux alentours. Quant aux zones humides, chères à certains écologistes, ne croyez-vous pas que si le secteur de Notre Dame des Landes n’avait pas eu de ZAD (Zone d’aménagement différé) empêchant les investissements, les drainages seraient effectués depuis longtemps, comme beaucoup d’autres terres en Loire Atlantique ?

De plus, dans ce projet, il y aura un périmètre de protection des espaces agricoles et naturels de 19 000 hectares situé entre l’agglomération nantaise et l’aéroport, qui sera mis en œuvre par le Conseil Général de Loire Atlantique.

Pour conclure sur ce sujet, nous savons malheureusement que la plupart des exploitations qui se libèrent sont démantelées au profit d’agrandissements d’autres fermes. Par conséquent, il serait préférable de la part d’une organisation syndicale agricole, de se préoccuper davantage à l’installation des jeunes plutôt que de tant s’investir dans l’opposition d’un tel projet.

LES MANIFESTANTS

Il y a, sur le site de Notre Dame, des squatteurs des bâtiments voués à la démolition. Ils construisent des cabanes et « cultivent » quelques terrains, qu’ils occupent illégalement. La plupart du temps, les médias préfèrent les interroger plutôt que d’informer la population du réel projet qui va être mené. Quelle idéologie ont-ils ? La remise en cause de toute organisation démocratique ! Ils prônent la décroissance. Ils ne regrettent pas l’usage de la force publique au service de la loi, mais la souhaitent et la provoquent par des actions violentes, pour ensuite mieux la dénoncer.

NOTRE AVIS

Nous, membres de la section du Parti Socialiste de Moisdon la Rivière et Saint Julien de Vouvantes, voulons saisir l’opportunité de cet aéroport, d’abord pour les trois entreprises de travaux publics présentes sur le canton de Saint Julien. Les infrastructures nous sortiront quelque peu de l’isolement et permettront à nos jeunes de trouver un emploi sur nos cantons. Un développement équilibré de notre région passe par un tel choix, qui génèrera formation, culture, loisirs, pour nous qui en sommes dépourvus. Nous comprenons mal que ceux qui ont le « trop plein de tout » viennent nous prêcher la décroissance !

CONCLUSION

Voilà, Monsieur le premier ministre, ce que nous voulons vous dire. Comme la majorité, souvent silencieuse, de nos concitoyens, nous voulons cet aéroport sans retard inutile ! Nous vous demandons par conséquent de faire respecter la démocratie sans céder à la pression de quelques intégristes. C’est à l’unanimité de la section que nous avons décidé de vous écrire cette lettre ouverte ».

Signé : la section PS


Ecrit le 3 décembre 2012

Attac_Astérix_NDDL

Communiqué du collectif des opposants au projet de NNDL :
Contre l’aéroport et son monde : s’ils détruisent notre lieu d’organisation, nous occuperons les leurs ! (…) nous appelons à des occupations des lieux de pouvoir dans toutes les villes. Dès maintenant, préparons nous à les investir. Dans les 48h qui suivraient une destruction de la Chataigne, rassemblons-nous devant les (sous-)préfectures, les mairies, etc.

Communiqué de Bretagne vivante
Dans l’opposition à ce projet d’aéroport, notre action concerne tant la défense d’espaces agricoles à forts enjeux naturalistes et la préservation de la biodiversité et des zones humides que la promotion de modes de déplacement durables et la lutte contre le dérèglement climatique. Lire le communiqué de Bretagne Vivante

Deux élus nantais, Mahel Coppey et Pierre Gressant ont écrit, eux aussi, à Fr. Hollande, pour contester la construction d’un nouvel aéroport et demander la nomination d’un médiateur.

Quatre associations locales ACIPA, ADECA, CéDpa, Confédération Paysanne 44, ont écrit de leur côté « Nous tenons, Monsieur le Président, à vous rassurer sur le calendrier. Nantes-Atlantique fonctionne très bien et il n’y a aucune urgence à vouloir hâter le pas comme le souhaitaient visiblement le concessionnaire et certains porteurs du projet. Il nous paraîtrait d’ailleurs normal que le projet de ND-des Landes soit réexaminé dans le cadre de la mise en place du nouveau Schéma National de Mobilité Durable ».

La Ligue des Droits de l’homme parle « de l’utilisation démesurée des forces de police avec le déploiement de plusieurs centaines de gendarmes, l’usage du flash-ball - pour la LDH, cette arme ne doit pas être mise en œuvre dans le cadre de manifestations - de grenades assourdissantes et de policiers infiltrés parmi des occupants de la Zone. L’intervention des forces de police a été ponctuée de face-à-face et d’affrontements à ND-des-Landes et à Nantes, avec de nombreuses personnes blessées dont certaines gravement ».

 Un pilote de ligne

Encore un fou furieux ? Un pilote de ligne, 15 ans comme commandant de bord, explique : « On me dit que l’aéroport de Nantes est dangereux car les avions passent sur la ville. Ah bon ! j’ai passé ma vie de pilote à survoler des agglomérations à basse altitude, tant au décollage qu’à l’atterrissage avec des procédures spécifiques à chaque endroit. (…)Les aéroports où les pilotes sont peinards et peuvent gérer les approches et les décollages comme bon leur semble sont rares. Aussi rares que les villes non survolées par les avions. Je connais Nantes pour avoir pratiqué cet aéroport plusieurs fois par semaine il y a quelques années et n’ai pas souvenir de spécificités particulières. Si on reconnaît Nantes dangereux, il faut interdire plusieurs milliers d’aéroports dans le monde et commencer par celui de Chambéry. Hé oui les Savoyards ! L’aéroport de Chambéry le Bourget est coincé entre deux montagnes sur ses flancs, le lac à un bout de piste, la ville à l’autre bout. Pourtant les gros jets se posent et décollent sans scandales ni polémiques. Ne parlons pas de celui de Hong kong, : là, jusqu’en 1998 , c’était carrément un spectacle. Hongkong était dans un délire, Nantes aussi mais en sens inverse ».

Témoignage du pilote de ligne

 Documents

Documents historiques sur Notre Dame des Landes

66000 victimes

Survol de Nantes par effraction