Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 19 décembre 2012

Mée-disances du 19 décembre 2012

Ecrit le 19 décembre 2012

 Danser c’est résister

De L’Orient-Le Jour du 12/12 : Danser dans les rues de Tunis : c’est ainsi que le collectif de jeunes artistes, Art Solution, a choisi de défendre la liberté d’expression face aux salafistes qui prônent un islam rigoriste. Une vidéo montre cinq danseurs investissant les rues de la capitale à la manière d’un flashmob, sous le regard amusé des passants. On y voit une femme exécuter un ballet au milieu d’un marché de légumes, un homme effectuer des pas de breakdance sur le quai d’une station de métro à Tunis, ou encore un couple danser du classique au milieu d’une place publique de la capitale...

Très vite, cette vidéo devient très populaire avec près de 48 000 clics en deux jours seulement. « Cette vidéo est l’expression d’un acte de résistance contre l’obscurantisme, dit un artiste. Nous sommes en confrontation directe avec les salafistes, et notre seule arme est l’art ».

 La valise intelligente

De Courrier International du 14/12 : Du nouveau au rayon bagages : la valise intelligente qui vous suit comme une grande. Ses capteurs reçoivent et triangulent le signal émis par votre téléphone portable. Quand vous vous déplacez avec votre téléphone, un microprocesseur active une chenillette située sur la tranche du bagage. La valise intelligente peut même grimper les escaliers, et rouler de conserve avec une autre valise. Cette invention révolutionnaire en est encore au stade du prototype.

 Résistance

Lemonde.fr du 14/12 : Le mont Valérien, situé dans les Hauts-de-Seine près de Suresnes, est tristement connu dans les pages d’histoire comme le principal lieu d’exécution par l’armée allemande en France. Un millier de résistants et d’otages y furent fusillés durant l’Occupation. Ce haut lieu de mémoire est fréquenté chaque année par plus de 20 000 visiteurs. Grâce à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, un ambitieux site Internet mont-valerien.fr s’articule autour de quatre rubriques principales : « Apprendre, comprendre, visiter, s’informer ». Parmi les nombreux repères, un calendrier revient sur les dates clés de l’histoire de l’Occupation, avec en parallèle le dernier jour de chacun des 1 001 fusillés identifiés. On peut aussi y consulter d’émouvantes dernières lettres de fusillés, et de graffitis de résistants sur les murs de la chapelle où les condamnés à mort étaient enfermés avant leur exécution.

 Après la guerre, le cancer

Du Monde Diplomatique du 5/12 : en Irak, la situation environnementale est calamiteuse. En cause, les industries polluantes et l’absence de règlement pour les contrôler. Mais aussi les séquelles des guerres : la guerre du Golfe (1990-1991) et l’invasion en 2003 par les Etats-Unis et ses alliés. Plus de 300 « points chauds » — comprendre hautement toxiques — ont été identifiés, parmi lesquels 42 sites concentrant des taux considérables de dioxine et d’uranium appauvri, et dont dix avec des taux très élevés de radioactivité.

  • On trouve une forte accumulation de dioxine aux abords des installations industrielles détruites pendant la guerre du Golfe,
  • L’uranium appauvri, interdit par certains pays, provient des munitions utilisées par la coalition en 1991 et 2003. Ce métal lourd a les faveurs de l’industrie de l’armement en raison de son fort pouvoir de pénétration des matériels blindés. Une fois la charge explosée, ce composant chimique se disperse et s’infiltre dans le sol et dans l’eau, occasionnant des pollutions durables dans les rues, les jardins, les champs ou les aires de jeu pour enfants… Il contamine aussi les soldats sans que le commandement ne s’en émeuve. D’autres métaux lourds, comme le plomb et le mercure, entrent dans la composition des munitions et se retrouvent aussi disséminés en quantités significatives dans l’environnement.

Passé l’orage, le cauchemar se prolonge malgré tout pour les civils. Le ciel ne tonne certes plus, les armes se sont tues, la rue s’anime, on circule et on commerce. La vie reprend, semble-t-il, comme avant. Pas tout à fait, pourtant. Partout le même constat tragique : une hausse alarmante de la mortalité infantile, des leucémies, des cancers, des tumeurs, des malformations congénitales.
Exemple : La ville de Falloujah était, en 2004, un bastion des fidèles de Saddam Hussein et, pour cette raison, l’objet de fréquentes attaques menées par l’armée américaine. « Le taux de cancers, de leucémies et de mortalité infantile observé à Falloujah est plus élevé qu’il ne le fut à Hiroshima et Nagasaki en 1945. ». « Plus de la moitié des nouveaux-nés souffrent de malformations congénitales affectant le cœur, le cerveau, la moelle épinière, les poumons et le palais ».

 UMPeu peut

A l’UMP, près de quatre semaines après l’élection contestée du 18 novembre, les positions des rivaux « sont figées ». D’un côté les « copéistes » prônent l’organisation d’un nouveau scrutin interne après les élections municipales de … mars 2014 ; de l’autre, les « fillonistes » réclament un vote avant l’été 2013. Dans une tribune corrosive publiée le 12 décembre dans Le Figaro, François Fillon dénonce à nouveau « une fraude électorale manifeste » et s’alarme d’une « déliquescence de la pratique politique ».

 Fukushima

De l’agence Reuters du 14/12 : Le responsable de Tepco (l’opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima) a jugé que le rapport établi sur la catastrophe, fruit de six mois d’enquête, contient de nombreuses descriptions « des failles de notre culture d’entreprise en matière de sécurité et de nos mauvaises habitudes ». C’est la première fois que Tepco reconnaît aussi directement sa part de responsabilité dans l’accident, l’un des plus graves de l’histoire du nucléaire civil après Tchernobyl, qui a contaminé une vaste zone et contraint 160.000 personnes à évacuer leurs domiciles après la fusion du combustible de trois réacteurs de la centrale touchée par un séisme et un tsunami d’ampleur exceptionnelle.

Selon AgoraVox : L’inquiétude n’est pas levée. Par exemple, dans le réacteur n°1 on constate depuis le 8 décembre 2012 une augmentation de la concentration d’hydrogène, une forte poussée ayant eu lieu le 12 décembre. La piscine de refroidissement du réacteur n°4 contient encore 1331 barres de combustible, dont 200 barres neuves. Certaines ont été élaborées à base de Mox, contenant donc du plutonium, produit radioactif dont la période ou demi-vie est de plus de 24 000 ans. Tepco a promis que cette piscine serait vidée d’ici la fin de … 2014. En même temps, une série de 16 séismes s’est produite les 7 et 8 décembre au Japon.

Des centaines de milliers de Japonais, vivant encore dans les territoires très contaminés, ont été durablement irradiés. En effet les produits relâchés en grande quantité dans un large rayon autour de la centrale, sont du césium 134 et 137, ce dernier ayant une période, ou demi-vie de 30 ans. La radioactivité ne sera donc diminuée par 2 qu’au bout de 30 ans.

Au-delà de la zone des 20 km, l’exposition supérieure à 20 milliSieverts/an augmentera de 20 fois le risque de cancer, alors que la CIPR (commission internationale de protection radiologique) considère comme inacceptable une dose de 1 milliSieverts/an. L’avenir sera (ir)radieux !

 Patrimoine

Dans sa rubrique « Personnalités », sous-rubrique « Galerie Photos », le Nouvel Observateur présente une dizaine de photos de la résidence parisienne de Gérard Depardieu. « Surface habitable : 1800 m2, 20 pièces, 10 chambres (...) Ascenseur, balcon, terrasse, piscine, cuisine équipée ». La cuisine-salle à manger-bar est si vaste qu’il faut sûrement un talkie-walkie pour demander le sel. A vendre ….