Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 9 janvier 2013

Mée-disances du 9 janvier 2013

Ecrit le 9 janvier 2013

 Tiens, voilà du Boutin

 
leMonde.fr du 24/12 : Interrogée sur la manifestation du 13 janvier contre le mariage homosexuel, Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, a réfuté, lundi 24 décembre sur i-Télé, que ces derniers soient discriminés. « Les homosexuels peuvent se marier naturellement, a-t-elle expliqué. Mais il faut qu’ils se marient avec une personne d’un autre sexe, mais pas avec le même sexe (...). »

 Le prêt santé de Ma Tante est un succès

 
LeParisien.fr du 17/12 indique dans ses pages locales que « le Crédit municipal de Paris a ouvert ses crédits pour financer les soins médicaux », et relève que pour ce premier jour, « une cinquantaine de personnes ont contacté une des 15 agences ». Le journal note que les responsables de l’organisme « ne sont pas étonnés du succès ». Pour le directeur adjoint de Crédit municipal de Paris-banque : « On savait qu’il y avait un gros besoin en matière de soins ».
 
L’organisme « prête jusqu’à 3 000 € à petit taux fixe (2,95%). Le profil des emprunteurs ? 58 ans en moyenne. Les demandes concernent des frais dentaires à 60%, auditifs à 20% ». Le directeur adjoint ajoute que « le plus dur sera de refuser certains dossiers. On sait aussi qu’accorder un prêt bancaire à certaines personnes trop fragiles les mettrait dans une situation de surendettement. Or c’est ça qu’on veut éviter ». 

 12% pour les Restos du cœur

 
Reuters du 28/12 : Les Restos du cœur enregistrent une demande en hausse de 12% un mois après l’ouverture de leur 28è campagne d’hiver et ont besoin d’une mobilisation de leurs donateurs pour faire face à la situation, a déclaré Olivier Berthe, président de l’association. « Ce n’est pas une hausse, c’est une explosion : une demande de plus 12%, c’est-à-dire 100.000 personnes de plus à venir aux Restos pour cet hiver », a-t-il dit sur RTL. « C’est un chiffre que nous n’avons pas l’habitude de voir, a-t-il ajouté, nous savons que c’est une situation qui s’installe et que nous allons devoir installer des dispositifs durables pour y faire face (...) Si les donateurs ne se mobilisent pas, nous ne pourrons pas faire face à la situation. »
 
Dans ce contexte, Olivier Berthe a pressé le gouvernement de se battre pour obtenir le maintien à son niveau actuel de l’aide alimentaire européenne pour les plus démunis (PEAD), aujourd’hui en débat.

« Il semblerait que le gouvernement soit en train d’accepter un compromis avec l’Allemagne ou l’Angleterre », a-t-il indiqué, ajoutant : « Il ne faut pas que le gouvernement se batte sur ce mauvais compromis. Il faut demander la prolongation du programme d’aide alimentaire, qui bénéficie à 18 millions d’Européens pauvres ». Pour les Restos du cœur, cette aide représente 23% des repas distribués et 15% de ses ressources.
 
Créé en 1987, le Programme européen d’aide aux plus démunis est un mécanisme d’aide alimentaire financé par l’UE qui permet la distribution aux populations pauvres de la communauté européenne d’une partie des surplus agricoles européens. L’Allemagne estime qu’il ne relève pas des compétences communautaires.

Lors de la campagne d’hiver 2011/2012, les Restos du cœur ont accueilli environ 870.000 personnes par jour et distribué 115 millions de repas.

 Mariage gay

leMonde.fr du 05/01 : A une semaine de la manifestation contre le « mariage pour tous », prévue le 13 janvier à Paris, le ministre de l’éducation rappelle à l’ordre l’enseignement catholique. M. Peillon a envoyé à ses recteurs un courrier leur enjoignant d’observer « la plus grande vigilance » en ce qui concerne les établissements privés scolarisant 2 millions d’enfants, quasiment un jeune sur cinq. « Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu’en adressant une lettre aux chefs d’établissement, le secrétaire général de l’enseignement catholique a commis une faute », déclare le ministre.
 
M. Peillon craint que ces débats ne laissent s’insinuer ici ou là quelques relents d’homophobie. « Je ne veux pas raviver la guerre scolaire. Et suis très respectueux du caractère propre de l’enseignement catholique. Mais, en retour, cet enseignement, qui est sous contrat avec l’Etat, doit respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun. Il est du devoir de l’Etat d’être garant du respect de ces principes. N’oublions jamais que nous avons affaire à des adolescents et que les tentatives de suicide sont cinq fois plus fréquentes chez les jeunes qui se découvrent homosexuels que chez les autres. »
 
Le 12 décembre 2012, le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre, avait adressé un courrier à ses 8 300 chefs d’établissement, leur rappelant la position officielle de l’enseignement catholique - contre le mariage pour tous - et évoquant l’organisation de débats. […] Pour le président du SNCEEL, qui regroupe un quart des chefs d’établissement, « c’est seulement une invitation à ouvrir la discussion si le besoin s’en fait sentir ».
 
Un avis que ne partage pas le principal syndicat d’enseignants, la FEP-CFDT, qui estime que ce courrier ne crée pas les conditions du débat, mais « risque plus de servir de caution à certaines opérations partisanes et sectaires qu’à ouvrir des débats éclairés ». Le Sundep va plus loin, parlant de « pression religieuse » et craignant que « ce type d’initiative   ne soit porteur d’exclusion des personnels et des enfants qui n’entrent pas dans la »normalité« définie par l’Eglise catholique ». En revanche, pour Luc Viehé du Spelc, autre syndicat d’enseignants, cette lettre était nécessaire pour répondre à des « demandes de parents d’élèves ».
 
Caroline Saliou, la présidente de l’APEL, confirme que « trois types de sollicitations » lui sont remontées depuis la diffusion, le 19 octobre 2012, d’un communiqué de son organisation marquant son « opposition ferme au projet de loi » : « Des félicitations pour notre prise de position, des regrets que nous n’appelions pas à manifester le 13 janvier, et aussi parfois une opposition à notre prise de position ».
 
Les 843 000 parents d’élèves que regroupe cette association sont très divers. Selon une étude du Credoc de 2004, seuls 14 % choisissent le privé pour des raisons confessionnelles...

 La lettre à Poutine

 
AFP du 04/01 : La lettre de Gérard Depardieu remerciant Vladimir Poutine de lui avoir accordé la citoyenneté russe et faisant l’éloge de la démocratie en Russie a provoqué un concert de critiques et sarcasmes sur les réseaux sociaux russes.
 
« Gérard, viens le 31 janvier sur la place Trioumfalnia (à Moscou), avec ton nouveau passeport russe en poche. Tous les 31, à 18 heures, sur cette place, des citoyens russes exigent le droit de se réunir paisiblement, comme prévu par l’article 31 de la Constitution. On t’attend Gérard ! ». « Voilà pour toi une invitation à jouer un rôle historique réel de défenseur des libertés en Russie » a lancé l’écrivain Edouard Limonov, opposant actif à Vladimir Poutine, qui se fait régulièrement arrêter par la police lors de ces manifestations.
 
Dans une lettre rendue publique par la chaîne de télévision russe Pervyi kanal, Depardieu déclarait : « J’en ai même parlé à mon Président, François Hollande (...) Il sait que j’aime beaucoup votre Président Vladimir Poutine et que c’est réciproque. Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie ».
 
« On n’oubliera et on ne lui pardonnera jamais cette phrase : « c’est une grande démocratie » » a déclaré le journaliste Matvei Ganapolski sur la radio d’opposition Echo Moskvy.
 
« Il est émerveillé par notre démocratie - il est complètement retombé en enfance », a commenté Vladimir Sokolov sur Facebook. « Se tirer de son pays pour du fric... c’est tellement russe - Il est des nôtres ! »