Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Permis de recherche à Abbaretz

Permis de recherche à Abbaretz

Ecrit le 9 janvier 2013

Lors d’une réunion organisée en novembre 2012, la Préfecture a expliqué que la société Variscan Mines souhaite obtenir un permis exclusif de recherche, pour 5 ans. Substances recherchées : étain, tungstène, or, argent, niobium, tantale, molybdène, lithium, indium, germanium et autres, sur 278 km2 sur la Loire-Atlantique en partie sur l’ancienne mine d’Abbaretz et une quinzaine de communes environnantes.

Les recherches se feraient par « analyse électromagnétique aéroportée » avec une sorte d’hélicoptère renifleur photographiant les 500 premiers mètres de profondeur, pendant dix jours, grâce à des ondes électromagnétiques. Et, si détection positive il y avait, confirmation par sondages. Ceux-ci seraient soumis soit à autorisation (avec enquête publique), soit à déclaration.

Dans tous les cas, les forages miniers de plus de 100 m de profondeur sont soumis à étude d’impact et à enquête publique. Alors, si un gisement exploitable (techniquement et financièrement) était découvert, le découvreur pourrait déposer une demande de concession puis une demande d’ouverture de travaux.

On n’en est qu’au début d’éventuelles reherches.

Pour le maire d’Abbaretz, développer une connaissance de notre sous-sol ne semble pas inintéressant. Quant à ceux qui s’émeuvent d’un possible impact sur les surfaces agricoles, le maire rappelle que, parmi les terres agricoles qui disparaissent en Loire Atlantique chaque année, la moitié l’est au profit de l’urbanisation (habitat, économie, voirie), l’autre moitié pour le loisir (en particulier : 1 cheval = 1 hectare).

Les chevaux procèdent-ils d’un intérêt collectif ?