Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > Une page est tournée au Val de Brutz

Une page est tournée au Val de Brutz

Ecrit le 30 janvier 2013

 Résidence du Val de Brutz

Christine RAGUS passe la main

Photo : Jacques Lemaître, Albert Charon,
Christine Ragus, Jacqueline Fournier.
Et le petit dernier : Julien Bachy

Une page se tourne à la Maison de Retraite « Le Val de Brutz » à Rougé : Christine Ragus a pris sa retraite. L’histoire commence en 1965 quand le Conseil Municipal de Rougé évoque la nécessité d’une maison de retraite pour le canton.
Mme Jacqueline Fournier raconte : « A cette époque, la France entière, les politiques, prennent conscience du problème du vieillissement. Les statistiques du canton de Rougé sont mauvaises. Il existe une forte proportion d’Anciens restés seuls dans les villages et un nombre non négligeable d’agriculteurs célibataires encore plus seuls ». A l’époque l’Etat refusait cette construction. Il a fallu attendre les lois de décentralisation de 1982 pour que le projet puisse espérer se réaliser. En 1984, le Conseil Municipal de Rougé entre en relation avec Mme Jacqueline Fournier, Conseillère Générale, dans l’espoir d’obtenir les subventions nécessaires.

« La lutte est farouche à Nantes, nombre de communes, grandes comme petites, sont sur les rangs car ce dossier, portant aide aux personnes âgées, est de plus source d’emplois féminins, très rares à cette époque », se souvient Mme Fournier.

La commune achète le terrain, le Conseil Général et la commune apportent subventions et garanties d’emprunt. La Maison de retraite est enfin en construction. Le choix du futur directeur devient indispensable. « Madame Ragus est candidate, elle possède une solide formation de gestionnaire, c’est son métier, elle a de plus une expérience de chef d’entreprise. C’est une battante. Elle distance de loin ses concurrents lors de son entretien d’embauche ». Six mois avant l’ouverture, elle prend ses fonctions, donnant son avis sur le choix des aménagements et du matériel, complétant sa formation de direction dans une grande maison de retraite du département. Elle a le soutien de deux médecins (M. et Mme Fournier, médecins référents et gratuitement). Sur le plan social, elle peut s’appuyer sur Mme Fournier, membre actif de la commission des Affaires Sociales du Conseil Général et siégeant dans de nombreux conseils d’administration dans ce secteur.

La mission de base s’imposait : « protéger moralement et physiquement les personnes âgées qui nous seraient confiées dans le respect de la dignité et du droit des personnes »

Le plus grand nombre d’emplois est réservé aux personnes de la région. « On ne travaillait pas sur la matière mais sur l’humain ». Dès avant l’ouverture de la résidence, des formations courtes furent demandées aux candidates. Dès ce moment Mme Ragus révéla ses dons d’organisatrice : formations internes, formations externes, formations qualifiantes spécialisées : psychologiques ou pratiques : diététique. Ce travail, reconnu par les Pouvoirs Publics, est resté souvent ignoré localement.

20 novembre 1989, la résidence ouvre avec 60 lits et 60 % du prix de la construction à rembourser sur les prix de journée. Mais dès 1990, Mme Ragus réussit à équilibrer le budget et cela ne changera plus malgré les évolutions permanentes des réglementations. « Circulaires et décrets arrivent régulièrement sur le bureau de la directrice entraînant des modifications de fonctionnement souvent mal comprises du personnel. Mais à chaque épisode, Mme Ragus obtient de nouvelles avancées, surtout du personnel supplémentaire ».

Mme Ragus a longtemps été seule dans ses fonctions, à faire face à toutes les facettes de la Direction, et y consacrant énormément de temps « Regardant derrière elle, elle peut penser que le pari de départ a été tenu : un bel instrument de travail bien entretenu, une équipe professionnelle et qualifiée, un conseil d’administration attentif, des résidents bien accompagnés, une maison reconnue ».

En conclusion, Mme Fournier cite le poète Khalil Gibran :

Le travail est de l’amour rendu visible
Si vous ne pouvez œuvrer avec amour, mais uniquement avec répugnance,
il vaut mieux quitter votre travail et
vous asseoir à la porte du temple
et prendre l’aumône
de ceux qui travaillent avec joie

Le Président du Conseil d’Administration, Albert Charon, a souligné la rigueur et le sérieux de Mme Ragus et le soin qu’elle a apporté à accueillir les résidents, dans le respect de leur autonomie et de leur dignité.

Après s’être vue remettre la médaille de la commune de Rougé, Mme Ragus a remercié tous ceux qui ont travaillé avec elle et passé le relais à M. Julien Bachy en lui souhaitant de prendre « autant de plaisir que moi ».

A cette soirée on notait la présence de l’association AGAPE, regroupement de directeurs de maisons de retraite qui partagent les problèmes (et les solutions) liés à leur fonction, les informations et les achats.

 Appel aux jeunes

Les maisons de retraite : voilà un champ d’engagement auquel on pense peu. Appel est fait aux jeunes souhaitant s’investir dans les conseils d’administration, dans le suivi des maisons d’accueil et de leurs animations. S’adresser au Président Albert Charon.


Ecrit le 24 avril 2013

 Les résidents n’ont pas perdu la boule

La Résidence du Val de Brutz de Rougé s’est qualifiée pour la finale départementale de Wii Bowling inter-résidences. En effet, l’équipe de Rougé a remporté, le jeudi 18 avril, la demi-finale face à la résidence la côte de jade de La Plaine sur Mer. Après avoir déjeuné ensemble, les joueurs ont disputé la rencontre dans une très bonne ambiance, victoire de Rougé par 4-1.

M. Bachy, le directeur et l’ensemble du personnel, mais aussi les résidents, sont fiers de l’équipe qui rencontrera le mardi 30 avril pour la grande finale à l’espace Herminette, à Rougé, la résidence Le Traict de Saint Nazaire. Une centaine de personnes sont attendues (10 résidences au total) le 30 avril pour soutenir les finalistes. Un goûter sera servi pour clôturer cet après-midi festif.

Photo : mairie de Rougé. Et finalement l’équipe de Rougé a fini première !

Article Ouest-France

Reportage Pulceo


NOTES:

(1) la plupart des citations sauf précision contraire, sont issues du discours de Mme Fournier.