Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Tourisme : la concurrence stérile

Tourisme : la concurrence stérile

Ecrit le 30 janvier 2013

 ADT   : Concurrence inutile

La concurrence fait rage … mais est-ce sage ? Plantons le décor :

  • - d’un côté, trois offices de tourisme   intercommunaux, situés à Châteaubriant, Nozay, Derval. Ils irriguent chacun leur communauté de communes.
  • - de l’autre, une association, l’ADT  , existant depuis les années 1995.

 Des rôles différents

Les premiers informent les habitants locaux, et les touristes de passage et organisent des expos, voire des animations. C’est bien leur rôle.

L’ADT   est plutôt un organisme de réflexion, de coordination. On lui doit l’implantation de nombreux gîtes ou chambres d’hôte qu’elle a su accompagner, conseiller dans le montage des projets d’activités et hébergements pérennes. On lui doit aussi les programmes « Le printemps a des idées », « IdéeS’tivales » et « l’automne a des idées », et la Rando-Mée, des réflexions suivies notamment sur la mise en tourisme   du patrimoine, sur les sentiers pédestres, sur les cafés-de-pays … et des documents riches et variés sur les églises de la région, sur les sentiers pédestres, sur les Forges, etc. et un Guide du Pays de Châteaubriant   et un site internet recensant toutes les sorties que leurs animateurs veulent bien proposer.

 Des pratiques différentes

Les trois offices de tourisme   sont contrôlés par les Com’Com’  . Quand celles-ci sont ouvertes, cela se passe à peu près bien. Quand elles sont rigides, on arrive à des aberrations. Par exemple, à la Com’Com’   du Castelbriantais, les prestataires invités à la commission tourisme   disent : « Nous sommes mis devant le fait accompli, nous n’avons rien à dire ».

L’ADT  , elle, est une association qui s’entoure largement de compétences diverses, qu’il s’agisse d’élus (eh oui, c’est eux qui financent), d’associations locales (par exemple les amis des forges ou ceux des moulins), de prestataires de service et de divers particuliers qui ont des choses à dire ou à proposer. Mais, bien sûr, cette liberté de penser, cette relative indépendance, dérangent. Taisez-vous, ADT  , disparaissez !

 La concurrence

Offices de tourisme   et ADT   ne sont théoriquement pas en concurrence. Mais les élus créent cette concurrence ! C’est le cas encore de la Com’Com’   du Castelbriantais (CCC  ) qui, depuis qu’elle a mis la main sur l’office de tourisme   de Châteaubriant, cherche à se faire mousser. Les crédits que le maire de Châteaubriant refusait à l’office de tourisme  , pour la réalisation de documents, sont versés à flots, désormais, par le même maire en tant que Président de la Communauté de Communes. Et allez donc ! On ne se gêne plus, vu que c’est la Com’om’ qui paie en faisant participer toutes les communes... et en restreignant le champ d’application.

Là où l’ADT   éditait un guide des hébergements du Pays de Châteaubriant   (33 communes), l’Office de Tourisme   de Châteaubriant se restreint maintenant aux 19 communes de la CCC  .

Même chose en ce qui concerne les loisirs.

Cela fait des « guides » attrayants, certes, mais d’un coût sûrement important (bien que, malgré nos demandes répétées, le coût ne nous en ait pas été communiqué !).

 Et le Pays de Châteaubriant   là-dedans ?

Ben rien ! Il n’y a pas de politique touristique de pays ! à l’époque où on parle de mutualisation de compétences et des ressources … malgré les efforts de l’ADT  .

Pire, l’ADT   est condamnée à disparaître. La Com’Com’   de Derval pense que son travail pourrait être transféré aux offices de tourisme   (ce qui est une ignorance complète des capacités des uns et des
autres). Elle imagine que l’agence départementale du Tourisme   pourrait venir faire le travail par chez nous (pourquoi pas demander à une agence nationale, tant qu’à faire ?).

L’agence départementale a dit qu’elle ne pourrait pas jouer ce rôle. Elle propose la création d’un office de tourisme   de pays (comme dans le vignoble nantais) pour coordonner, les actions des trois offices existants, ce qui, bien sûr, ne devrait pas supprimer les locaux existants mais permettrait la mutualisation des ressources.

Ce qui manque à l’ADT   en ce moment, c’est 10 000 € pour boucler son budget, apport à partager entre les trois communautés de communes. Dix mille euros, c’est beaucoup ? Non, c’est une question de choix. On sait par exemple que la CCC   a prévu 40 000 € pour faire une étude sur la redevance incitative en matière de déchets ménagers (alors même qu’il suffirait de s’inspirer de ce qu’ont fait les Com’ Com’ voisines). On sait que la CCC   n’a pas hésité à faire une étude de 10 300 € HT   sur sa situation financière, auprès du cabinet Klopfer. On sait que la CCC   a décidé de verser 5000 € pour un futur arboretum (sans doute bien agréable quand il sera fait !). On sait aussi que le Conseil Général et le Conseil Régional versent des fonds pour les actions intercommunales : la réalisation de documents touristiques, à cette échelle, pourrait en être une, ce sont les Com’Com’   qui décident.

En attendant l’ADT   prépare le guide touristique du Pays de Châteaubriant   (sortie prévue en mars si l’ADT   existe toujours !) et le programme d’animations des IdéeS’tivales qui sortira en juin. N’hésitez pas à découvrir son site internet avec son agenda dynamique .

 Un bilan

Voici, en gros, le bilan de l’ADT   sur les années 2010-2011-2012 :

  • - 800 associations proposant 1200 animations par an, sur l’agenda. Celui-ci est envoyé chaque semaine à 3000 abonnés.
  • - 44 porteurs de projets suivis
  • - 158 000 pages vues sur le site internet, en 2012 (avec environ 35 000 visiteurs uniques par an)

188 km de chemins de randonnées validés sur la Com’Com’   de Derval et 170 km sur la Com’Com’   de Nozay. Signalétique en cours.

Présence aux salons du tourisme   des grandes villes (Rennes, Angers, Nantes) pour faire la promotion du Pays. La Rando-Mée, manifestation originale, a attiré une centaine de participants chaque année.


Ecrit le 8 mai 2013

 Des nouvelles de l’ADT  

(Association pour le Développement du Tourisme  )

Le Président Raymond Lebossé a présenté sa démission. Claude Bouron est désormais Président avec la désagréable mission de liquider l’association en septembre prochain puisque les collectivités territoriales ont réduit leurs dotations de 50%. Si aucune proposition de reclassement des deux salariés n’est proposée, il y aura obligation de les licencier. C’est démoralisant d’en arriver là quand on sait que l’ADT   a joué un rôle fondamental pour l’organisation du tourisme   sur tout le Pays de Châteaubriant   et pour l’aide apportée aux Professionnels du Tourisme  . Un dernier exemple : Mme Sophie Godin a obtenu le premier prix du Département pour la création d’un hébergement touristique insolite à Soudan dans un ancien moulin à vent.