Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Banque, assurances > Des banques et des frais

Des banques et des frais

Ecrit le 6 février 2013

C’est lorsqu’on n’en a pas beaucoup qu’il et bon d’être vigilant avec l’argent et les banques. La CLCV (association de consommateurs) et la revue Mieux Vivre Votre Argent ont examiné les tarifs applicables au 1er février 2013 dans 133 établissements bancaires soit la quasi-totalité des banques de détail en métropole et outre-mer. La facture annuelle des frais a été calculée, pour trois profils types de clients : petit consommateur, « consommateur moyen », « gros consommateur » en examinant les formules « package » et « à la carte ».

 Comparer les banques

Les tarifs varient de façon considérable d’une banque à une autre. Par exemple : pour un petit consommateur et pour un tarif à la carte, dans les Pays de Loire, le client du CIC devra payer pour les mêmes services 96% de plus que celui du Crédit Lyonnais (70,65 € contre 35.96€).

Tableau concernant les Pays de Loire :

 Etre vigilant

Les consommateurs doivent être vigilants même au sein d’un même établissement afin de bénéficier de la formule la plus adaptée à leurs besoins. La plupart des banques proposent l’abonnement à un panier de services, « le package », mais le client doit ouvrir l’oeil :

  • 1) le package est globalement plus cher (sauf une fois) – voir tableau ci-dessus.
  • 2) les services inclus ne sont pas forcément utiles au client.
  • 3) lorsque la banque propose plusieurs niveaux de package, il peut être plus intéressant pour le consommateur de choisir un produit de gamme moins élevée, quitte à payer à l’unité quelques opérations.

 Les incidents de paiement

Rejet d’un chèque pour défaut de provision, prélèvement impayé, opérations nécessitant un traitement particulier, compte débiteur, autant d’incidents qui peuvent donner lieu à facturation supplémentaire.

Presque toutes les banques appliquent une surfacturation de 50 € pour le rejet d’un chèque d’un montant de plus de 50 € Et 20 euros pour le rejet de prélèvements d’un montant supérieur à cette somme .

Des commissions d’intervention (d’un montant moyen de 8,53 €) sont perçues par les établissements bancaires lorsqu’une opération a entraîné une irrégularité nécessitant un traitement particulier (présentation d’un ordre de paiement irrégulier, coordonnées bancaires inexactes, absence ou insuffisance de provision...). Le montant à régler sur un mois peut atteindre plusieurs centaines d’euros. Ainsi, un client de la Banque Populaire Occitane peut se voir prélever sur son compte jusqu’à 350 € par mois (25 commissions de 14 €) ou encore celui du Crédit Agricole Languedoc 50 € par jour (5 commissions de 10 €). Critiquées dans leur principe et sur leur montant, ces commissions seront prochainement au cœur des débats parlementaires dans le cadre de l’examen du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires.

Les saisies/avis à tiers détenteur, sont pratiqués sur les comptes de personnes en difficultés financières, : le montant de la saisie est alourdi par les frais facturés par les banques, 91.25 € en moyenne.

Agios, lettre d’information préalable au rejet de chèque, suivi de compte interdit bancaire, enregistrement d’une interdiction bancaire.... Autant d’incidents qui peu-vent donner lieu à facturation. Le seul fait de vous informer que votre compte est débiteur est lui-aussi facturé par certains établissements. Par exemple, la lettre d’information vaut 21.38 euros au Crédit Agricole Corse, et 22 euros au Crédit Mutuel Massif Central.

Le suivi d’un compte peut également faire l’objet d’une facturation s’il est débiteur sur un nombre de jours.

 Cartes de crédit

Il existe deux types de cartes : les cartes à débit immédiat et les cartes à débit différé.

  • - Carte à débit immédiat Mastercard ou Visa, 59.8% des banques ont augmenté leur tarif. Le prix moyen s’élève cette année à 36.38 euros.
  • - Carte à paiement différé Mastercard ou Visa : 45.4% des caisses ont augmenté le tarif. Coût moyen de la carte : 43.98 €

Evidemment si vous voulez une carte haut de gamme, type Gold ou Visa Premier, il faut compter plus de 120 € en moyenne.

Quant aux cartes bancaires à autorisation systématique, utilisées principalement par des personnes en situation « fragile », 72 établissements sur les 129 enquêtés qui la proposent ont augmenté leur tarif. Son coût moyen est de 26.30 €. Ce coût moyen cache des disparités : de 35.46 € pour les Caisses d’Epargne, à 14,90 € dans quelques caisses du Crédit Agricole.

Source de l’article sur les banques

Comment vivre sans chéquier ->http://www.service-public.fr/actualites/00747.html?xtor=EPR-140]

Télécharger le document : Dosier banques , format pdf de 971.6 kilo octets