Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > d. Lycées > Lycée Etienne Lenoir > Lycée Etienne Lenoir : photo de classe

Lycée Etienne Lenoir : photo de classe

Ecrit le 13 juin 2007

Sous la peau

Une « photo de classe » ? Oh non, pas seulement ! Arnaud Theval a voulu créer l’image d’un groupe de jeunes en train de devenir un groupe de professionnels. Les élèves de Seconde, préparant un BEP Conduite et Services, se sont prêtés au jeu. Ce fut l’occasion d’une réflexion : qu’est-ce qui caractérise un routier ? Les premières réponses relèvent de la publicité (les routiers sont sympas) et des clichés (les routiers sont musclés, tatoués, dragueurs ..).

Arnaud Theval a demandé aux jeunes de le conduire dans leurs espaces de travail au lycée. A sa grande surprise, les jeunes l’ont emmené ... dans leurs chambres (ils sont internes) et il a découvert, là, le rêve qui les habite : les posters, au mur, évoquent les camions, voire un élément de moteur. Rêve de liberté, pas de patron sur le dos. Mais comment traduire cela en image ?

En médaillon : Arnaud Th

« A ma seconde venue, je leur demande de venir avec leurs peluches, doudou ou fétiche, celle qui sera de tous les voyages. Nous sommes près du pont-atelier qui sert à décharger les marchandises.

A la stupeur générale, je leur demande de poser torse nu. Le groupe accepte mais tous ne le feront pas. La situation devient électrique. Il fait froid. Les autres élèves et enseignants des alentours sont estomùaqués. Un geste de défi d’un élève routier au premier plan et la situation s’arrête très vite ».

Pour réaliser cette image d’un stéréotype inattendu, Arnaud Theval a inscrusté, sur chaque élève, un tatouage, rejouant ainsi le cliché du routier tatoué et costaud. « sauf que la réalité de ces corps là et les motifs de leurs tatouages, ne correspondent pas complètement à l’attente. Cette distance, opérée par le subterfuge de l’œuvre, touche à nos croyances envers des clichés portés par les futurs routiers eux-mêmes, ou projetés par ceux qui les regardent, ceux qui les forment et ceux qui les font rêver ». Cette part d’invisible, cette adhésion à une identité partagée, c’est « sous la peu » qu’elle se trouve, une incrusttaion lente et certaine dont l’œuvre ici se joue.

Pour Arnaud Théval, les routiers-en-herbe sont fiers de leur formation, conscients d’être dans une filière d’excellence, heureux de leur bonne cohésion de groupe

Le lycée Etienne Lenoir


NOTES:

Le lycée Etienne Lenoir a son site internet : http://www.lplenoir.fr