Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > François Hollande > Christiane Taubira, reine de l’Assemblée Nationale

Christiane Taubira, reine de l’Assemblée Nationale

Ecrit le 13 février 2013

Tout de suite la Droite l’a prise comme Tête de Turc : elle a raison, car Christiane Taubira est une femme, petite et noire et qui a des idées, qui les défend avec force, sans aide-mémoire ! Une femme qui a su se faire remarquer des députés surpris de sa combativité, de son style, de sa culture, de ses convictions.

« Taubira » : il n’est pas d’usage d’appeler une femme uniquement par son nom de famille, on réserve cette attitude aux hommes. Et, justement, Christiane Taubira sait s’imposer aux hommes !

L’accuse-t-on de laxisme ? Elle réplique : « la droite a quelques leçons à nous donner. C’est indiscutable lorsqu’on regarde comment elle a défait la législation sur la délinquance économique et financière, comment elle a démantelé les moyens des services administratifs, je pense à la Direction de la concurrence et de la répression des fraudes (...), quand on voit ce qu’elle a fait des juges d’instruction ».

L’accuse-t-on de supprimer les mots père et mère dans son projet de loi ? Elle répond vertement : « Les opposants au mariage pour tous font circuler de fausses informations » et dénonce la « campagne de panique des pseudo-suppressions des mots de père et mère dans le code civil ».

Et voilà qu’arrive une fameuse circulaire visant à régler le cas des « fantômes de la République », ces enfants conçus à l’étranger par Gestation Pour Autrui. Leur refuse-t-on la nationalité française ? Non, simplement les tribunaux traînent les pieds et C.Taubira leur rappelle la loi déjà existante, selon laquelle « un enfant est français si au moins l’un de ses parents est français ». Et Christiane Taubira se défend vivement : « je dis qu’il est hypocrite de faire semblant de ne pas voir ces familles homoparentales et ces milliers d’enfants exposés au regard social désapprobateur ».

Au député martiniquais Bruno Nestor Azerot, (Front de gauche), se disant « issu d’un peuple opprimé, réduit en esclavage » et attaquant violemment le mariage homosexuel à la tribune de l’Assemblée nationale, Christiane Taubira rappelle que les esclaves n’avaient pas le droit de se marier. « c’est que les esclaves n’étaient pas reconnus en tant que personnes humaines. Et c’est précisément parce que nous portons la mémoire vive de cette histoire que nous supporterions moins encore que le mariage fut aujourd’hui refusé à des personnes dont on douterait peut-être ! »

Et quand le député Elie About évoque non pas un « un triangle rose » mais « un triangle noir », elle répond que le procédé est inqualifiable. M. About précisera ensuite qu’il ne savait pas que, sous le régime nazi, le triangle noir marquait les personnes considérées comme asociales, marginales, handicapés mentaux, mais aussi prostituées et lesbiennes. Et qu’il n’avait pas voulu évoquer la couleur noire de la ministre.

Le discours de Christiane Taubira, le 29 janvier, au Palais Bourbon, a fait forte impression. Certains, dans la majorité, vont jusqu’à pousser la comparaison avec le discours de Simone Veil sur l’interruption volontaire de grossesses en 1975 ou avec le discours de Robert Badinter, en 1981, conduisant à l’abolition de la peine de mort. La plupart veulent croire, en tout cas, qu’il restera dans l’histoire.

Ce discours de Christiane Taubira se conclut avec quelques vers du poète guyanais Léon-Gontran Damas : l’acte que nous avons à accomplir est « beau comme une rose dont la Tour Eiffel assiégée à l’aube voit enfin s’épanouir les pétales, il est grand comme un besoin de changer d’air, il est fort comme le cri aigu d’un accent dans la nuit longue". Léon-Gontran Damas, un homme qui a combattu l’exclusion, la discrimination et lutté pour l’égalité.

Cette incursion dans la poésie a donné des idées à la Droite et le député Hervé Mariton a tenté de détourner les écrits du poète. Mais Christiane Taubira connaît les textes, elle cite, de mémoire : « Qu’attendons-nous, nous les gueux, les peu, les rien, les chiens, les maigres, les nègres, pour jouer aux fous, pisser un coup, tout à l’envi, contre la vie stupide et bête, qui nous est faite »

Décidément cette femme a du souffle ! Et réellement, ça décoiffe ! Même l’opposition le reconnaît ! Et sa cote de popularité monte dans les sondages. Comme quoi l’électeur sait reconnaître la force de caractère et la sincérité ! Bravo Mme Taubira

Le site
internet de
Christiane Taubira est à découvrir

T’as l’bonjour de Bertrand

Au sujet de la circulaire Taubira, concernant les enfants nés à l’étranger, de mère porteuse, il n’est pas inutile de rappeler ce que disait Xavier Bertrand, ministre UMP, le 10 février 2011 lors du débat sur la loi bioéthique : « la validité des actes d’état civil étranger et le lien de filiation qui en résulte ne sont pas contestés. Que ce soit pour l’inscription à l’école, pour l’accès de ces enfants aux soins ou pour le bénéfice des allocations familiales, il n’y a pas de difficultés ».

Il faut rappeler aussi une proposition de loi de 21 sénateurs UMP, enregistrée au Sénat le 27 janvier 2010, tendant à autoriser et encadrer la gestation pour autrui,

Télécharger le document : Proposition de loi sur la gestation pour autrui , format pdf de 144.4 kilo octets

Note du 12 avril 2013

Projet de loi adopté par le Sénat

« Nous avons souhaité ouvrir le mariage civil et républicain aux personnes de même sexe, sans créer un sous dispositif spécifique car nous estimons nécessaire de rassembler et non d’exclure une population au seul motif de sa sexualité. Nous souhaitions attribuer les mêmes droits protecteurs à tous les couples et leur permettre de choisir les modalités de leur union » dit Michelle Meunier.

Télécharger le document : Le Sénat adopte le projet de loi , format pdf de 125 kilo octets

Simone Veil, Robert Badinter et Christiane Taubira