Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Municipales > Municipales 2014 > PS : sortir la ville de l’isolement

PS : sortir la ville de l’isolement

Ecrit le 20 février 2013

 Pascal Pannier


(photo : Robert Bugel, Michel Neveu, Pascal Pannier)

Pascal Pannier, Michel Neveu, Robert Bugel, Jordan Esnault, Martine Buron, Pascal Bioret : une partie des 32 adhérents de la section castelbriantaise du Parti Socialiste a reçu la presse le 15 février 2013, en particulier pour présenter le nouveau secrétaire de section, Pascal Pannier, contrôleur des finances publiques, élu mutualiste (et à ce titre administrateur de diverses cliniques ou maisons de retraite et notamment de la Résidence Services de Châteaubriant). Il est par ailleurs conseiller municipal depuis octobre 2011.

« Je milite à gauche depuis l’âge de 16 ans », dit-il (il a actuellement 52 ans) et est arrivé à Châteaubriant depuis 22 ans.

« Le Parti Socialiste gère désormais la France » dit Pascal Pannier, « à nous d’assumer les choix qui sont faits ».

Il y aura bien entendu une liste de gauche aux municipales de 2014. Pascal Bioret annonce tout de suite qu’il ne la conduira pas. « Dans l’immédiat, nous n’en sommes pas à la constitution de la liste, même si nous pouvons dire qu’elle sera conduite pas un-e socialiste et ouverte aux autres formations de gauche (si Notre-Dame des Landes ne perturbe pas les accords) et à des personnalités non-encartées, impliquées dans la commune Nous n’excluons personne ! ».

Mais les choses ne sont pas simples ! « Au Conseil Municipal nous sommes six élus d’opposition, mais nous sommes seuls. Nous aimerions bien que des militants viennent nous soutenir, dans le public, lors des réunions de Conseil ».

[Ndlr : c’est vrai qu’à Châteaubriant les militants se font rares quand il s’agit de donner du temps à des actions sociales, humanitaires et à plus forte raison politiques ! ].

 Emploi, ABRF

La section PS se soucie beaucoup de questions d’emploi, qu’il s’agisse de grosses entreprises au bord du gouffre (type ABRF) ou de licenciements individuels. « Pour les ABRF, c’est un problème national, savoir si la SNCF va donner du travail à cette entreprise. Nous avons confié le dossier au député Yves Daniel et nous savons qu’il a des rendez-vous réguliers à ce sujet. ».

« Il est évident que les ABRF ne relèvent pas des compétences du maire de Châteaubriant. Mais nous nous inquiétons de ce qui peut se passer dans deux mois. Que fait la Com’Com’   pour accompagner ces salariés ? Pour mettre en place les formations qui pourront augmenter leurs compétences, leur permettant d’être opérationnels si l’entreprise redémarre ou de se reclasser correctement. » dit la section PS. …
… qui par ailleurs s’inquiète : « il y avait un responsable du développement économique à Châteaubriant, il est parti » [Ndlr, arrivé en août 2004, il a démissionné en
septembre 2008 et n’a pas été remplacé ! Tout comme la directrice des Services Techniques de la Com’Com’  , tout comme le directeur du Conservatoire   …].
« Et la commission du développement économique à la Com’Com’   de Châteaubriant ne s’est pas réunie depuis deux ans ! ».

Le PS rappelle le bas niveau des revenus dans la région de Châteaubriant, ce qui, conjugué avec les pertes d’emploi, conduit à une forte régression de la consommation, « ce qui met en péril les commerces de proximité ». « La population baisse, de nombreux commerces ferment et il y a beaucoup de logements vacants dans les HLM »

Le PS, qui est favorable à l’aéroport Notre Dame des Landes, s’inquiète par ailleurs des retards pris dans la construction de cet équipement « ce qui aura des conséquences graves pour les entreprises de travaux publics de notre région ».

 Splendide isolement

« Ici, le maire-président, Alain Hunault, a refermé la Com’Com’   sur elle-même. Il refuse de travailler avec les Com’Com’   de Nozay et Derval. Résultat : nous ne profitons pas de leur dynamisme ! Le Conseil Général avait envisagé une zone industrielle d’intérêt départemental, quelque part entre Derval et Châteaubriant, mais il n’y a pas eu accord. Le maire veut rester seul maître chez lui et refuse de s’ouvrir à d’autres. Ce splendide isolement, s’il continue, nous sera néfaste ».

C’est pourquoi le PS s’engagera, résolument, dans une politique d’ouverture, « y compris vers Pouancé et Martigné ». « Sinon, si nous continuons sur la lancée actuelle, nous allons continuer à perdre des habitants tandis que Erbray, Moisdon, Louisfert vont en gagner, parce qu’il sera aussi rapide, et moins onéreux, de s’installer dans ces communes que d’aller résider dans un futur lotissement à la Borderie à Châteaubriant ».

Le PS rappelle qu’il n’est pas favorable à la réalisation d’une 2x2 voies vers Nozay « car cela coûterait très cher, pour gagner seulement 2 ou 3 minutes de trajet » mais qu’il y aurait une réflexion collective à mener pour « saisir l’opportunité du tram-train et de Notre-Dame des-Landes »

« Actuellement on construit des bureaux, mais on ne réfléchit pas aux services à apporter pour rendre la ville attractive ! ».